Cyborg

Description
Avatar: Gunji - TNC
Pouvoir/Hybridité: Truc qui fait ronron mais pas que les boulons.
Âge: 27 ans
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 54
Date d'inscription : 22/02/2017
Age : 21


 Let it go above the temple. [Pv Ding.]

 :: Cimetière RPs

Let it Go !

ft. Ding Dong
Because when you touch my tralala, I become like a ding ding dong.

« Let it goooo ! Let it gooo ! Nah ‘cause this is the worst to stay above the toilets and can’t let anything go. »

Naître pour bouffer, bouffer pour vivre et vivre pour crever. Quel triste sort que l’on réserve aux gens. Franchement, qui voudrait vivre une vie pareille dans ce genre de cas ? Être étreint par l’angoisse incessante qu’un jour, la faucheuse vienne te prendre les derniers instants que tu aurais pu vivre. On aimerait tous se libérer un jour de cet étau qui nous maintient à un stade de folie paranoïaque. Pourtant au milieu de cette cacophonie, il existe encore des gens qui attendent que la mort vienne les cueillir, sans peur, ni angoisse, ils attendent patiemment et profitent de la vie. Profiter, c’est un bien grand mot. Survie, et tourner comme un lion en cage, l’impression devient davantage celle de l’éternité, mais quel ennui. Alors autant vivre pour bouffer que l’inverse, car franchement, la bouffe, c’est le seul truc réconfortant, et qui te décevra le moins.

Quel fardeau, c’était durant ces jours qu’on se faisait chier au possible, crevarde de vie, tu laisses esquisser un vieux temps de merde et en plus tu fais chier ton monde, elle le méritait son prix d’emmerdeuse. À la base, le blonde avait clairement décidé de bouger son cul dehors parce qu’il se faisait chier dans son appartement, ni plus ni moins, il s’égara à l’extérieur, claquant la porte d’un coup de pied et sans se soucier davantage de ce que son pitoyable appartement contenait. Totalement indifférent de ce qui l’entourait, il mâchouilla le bâton de sucette qu’il lui restait comme seul vestige de sa sucrerie. Il se laissa emporter par le courant de l’air, suivant un chemin dessiné par l’encre du destin. Autant dire qu’il ne savait absolument pas où il allait. Parce qu’aussi débile que ça aurait pu être, sa façon de divertir son trajet serait similaire que de suivre un papillon voletant à travers quelques fourrées. Au gré du vent furent ses envies de se déplacer.  Rapidement, il trouva place sur une aire dont il ne connaissait absolument rien. Quelle merde, il était paumé, il se gratta les couilles de sa main mécanique, balayant la place d’un œil torve. Bon, l’avantage, c’est qu’il découvrait, l’inconvénient c’est que d’ici trois jours, il serait toujours pas rentré chez lui. Un grognement lui échappa, alors qu’il se rapprocha de la bâtisse. Curieux des sons qui parvenaient à ses oreilles.

-Tain, si on m’avait dit que je m’approcherais d’un temple un jour….
Invité


 Let it go above the temple. [Pv Ding.]

 :: Cimetière RPs

HEYYEYAAEYAAAEYAEYAA

Y’a des matins, tu ferais mieux d’rester coucher.

« Encore un matin ! Qui cherche et qui doute ! »

Vraiment couché, Lowell. Vraiment.
Fallait dire que ta matinée, elle débitait mal, comme d’hab, en fait. Premièrement, tu t’étais encore perdu dans le bordel ambulant qu’est ton chez-toi. Ton chez-toi, c’est la caverne d’Ali baba couplée aux archives poussiéreuses et désordonnées d’un vieil hosto perdu. La totale, clairement. Il devient même impossible de différencier le sol, les murs et le plafond. En fait, ton chez-toi, c’est une dimension parallèle vers un autre univers. Donc, ce matin, en bon Indiana Jones, t’as bravé ton foutoir pour atteindre ta belle. Ouais, t’es comme ça. Une clope, un café et tu rampes vers ta belle et ses cordes. Sauf que t’avais pas prévu ça. Que ta belle t’agresse si violemment. Tu te penchais seulement - sur la pointe des pieds, parce qu’un monticule de bordel t’empêchait de l’atteindre - et c’est le drame.

T’as glissé comme une merde, tu t’es retamé tête la première sur le sol et le meilleur reste à venir, ta belle t’as chuté dessus de tout son poids, tout droit dans les guiboles. T’as souffert. Beaucoup. Pendant que tu agonisais en te tenant le paquet et en injuriant Ying de tous les noms possibles, tu t’es dit que t’allais lui rendre. Ce fut après une relevée douloureuse et des mots doux vers ta chérie que tu te fringuais. Un peu lentement, tu faisais encore le deuil de tes bijoux d’famille qui s’en remettrait pas si facilement. Ying, sérieusement. T’avais quoi contre c’pauvre Lowell ? Déjà que ça l’fait chier que tu l’es ramené mais en plus t’en fais un eunuque de bon matin. Quelle vie d’chien mon pauvre Lowell. T’avais vraiment du mal, avec l’idée d’pas avoir crevé comme une fiotte ce jour-là. Tu t’y attendais tellement pas - comme ce coup droit dans les peanuts - .

C’était une belle journée, non ? Nan. Ça l’était pas. T’aurais préféré être mort. Au pire, tu t’en branles… Ouais, non, c’compliqué là. Disons que t’avais ta dent contre Ying et que tu décidais de rembourser chaque jour de ta misérable existence par un enchaînement de conneries. C’était pour ça, qu’t’étais là, devant son temple, ta guitare sur le dos, habillé comme un vieux clochard qui sortait tout droit d’un tas d’ordures. Tu t’avançais sans la moindre gêne, sifflotant et souriant à tous ces fidèles qui te défiguraient. Ils avaient jamais dû voir un con comme toi ? Sisi, ils devaient juste savoir ce qui allait leur tomber d’ssus. Ni une, ni deux, ce fut avec un déhanché ravageur que tu t’armais de ta précieuse et commençais à jouer affreusement mal. Extrêmement mal. Un viol auditif, pur et simple.

Et comme si ça suffisait pas, tu décidais d’pousser la chansonnette, en te trémoussant tel un vioc sous lsd mais qui aurait pris trop d’laxatifs avant. La honte, tu lui as pissé d’ssus dès ta naissance. T’en profitais même pour te dessaper, finissant en caleçon devant les visages outragés des personnes autour d’toi. Rien à péter, tu t’en donnais même à cœur joie, alors que l’on tentait de te faire taire. Comme si ça allait y changer un truc. Toi, tu continuais ta danse idiote, muni de ta voix d’crécelle et de toute ta bêtise. Tu dégageais même ceux qui osaient s’approcher de toi, miment un homme ivre. Il t’a fait quoi c’bon Dieu, d’jà ? Ah oui, il t’a laissé en vie.

[HRP : J’te pose ça là, tu me diras. Je peux modifier pour que Lowell parlotte à Duriff, ou j’laisse Duriff se faire dégommer les tympans, comme t’veux. :v]


(⚡) Ft. Duriff ❤
 
Let it go above the temple. [Pv Ding.]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un temple sous terre [PV Kusari]
» Temple Zen du Thé sacré de Kami-sama [libre et pas sérieux]
» Temple de Danava
» [Evènement] : L'Assaut du Temple
» Temple of forgetfulness...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ariesten :: Cimetière RPs-
Sauter vers: