Humain à don

Description
Avatar: Nagisa Shiota - Assassination Classroom
Pouvoir/Hybridité:
Âge: 22 ans
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 41
Date d'inscription : 02/04/2017
Age : 20


 Heroes always save princess... (PV : Mars A. Walker)

 :: Ville :: La Place :: Le Bar
Une longue respiration au milieu d'une demeure sombre. L'assassin enfile tranquillement ses longues mitaines, remontant jusqu'à ses coudes, pendant qu'il se regarde paisiblement dans le miroir. Son reflet souriant le nargue presque alors que son regard affuté s'examine longuement. Oui... Son déguisement est parfait pour ce soir.

Fenrir pris un sac avant de se diriger tranquillement vers la porte, sortant dans le couloir. Il descendit rapidement les escaliers, désireux de vite pouvoir ressentir la fraicheur nocturne. Tirant un peu sur le bas de sa tenue, il avait son léger sourire des jours où il pouvait s'amuser... Et ce soir, oui, il voulait s'amuser.
Arrivé dehors, il se mit à longuement réfléchir. Où pouvait il bien allez ce soir... Il repensa au bar devant lequel il était déjà régulièrement passé en rentrant de l'école. Oui, il irait là bas !

Sa marche se fit rapide, se déplaçant parmi les ombres. Il avait beau être méconnaissable, des gens qui le côtoyaient un peu trop pourrait certainement le reconnaitre... Ce n'était pas dans ses projets.

L'avantage, c'est que le bar semblaient bondé. Par contre, l'arrivée discrète serait à revoir.
A peine poussait-il la porte du bar qu'il ressentait déjà la lourdeur de certain regard dans son dos. Son passage fut même suivi de certain soupir intéressé, ce qui étira ses lèvres d'un long sourire glacé.

Fen' se posa au comptoir, commandant un cocktail bien glacé, avant de commencer à jouer un peu avec ses longs cheveux. Il scrutait un peu la salle, repérant le coin dansant où la musique résonnait encore calmement. Rien n'était très palpitant pour le moment, pas grand chose à se mettre sous la dent en tout cas.

- Bah, la soirée commence à peine de toute façon... murmura t'il pour lui même alors que sa commande arrivait. Il afficha un grand sourire charmeur de ses lèvres légèrement bleuté et il aurait juré avoir vue le serveur rougir : amusant, non ?
Amusant qu'un homme rougisse ainsi mais bon, n'était ce pas le but du jeune instit ? Il ne voulait pas être reconnu après tout...

Il tira un peu sur son collier noir, jouant avec en rigolant de sa voix la plus douce, pendant qu'il examinait un peu sa tenue. Des bottes noires au styles très punk, des collants épais noires qui remontait jusqu'au cuisse paraient le bas de son corps avec, pour compléter la tenue, une robe noire avec un corset léger et des volants couvrant le haut de ses jambes.

Oui, il était vraiment méconnaissable... Surtout avec le léger maquillage qu'il s'était amusé à faire : se basant sur un thème très hivernale, il s'était palis un peu plus la peau avant de jouer sur des teintes bleues claires autour des yeux et sur ses lèvres. Le bleu ressortait d'ailleurs très bien avec ses cheveux couleur ciel qui tombait en cascade dans le creux de son dos.
N'aimant que peut les bijoux, il n'avait mis qu'un large collier en dentelle et un anneau avec plusieurs flocons gravés dessus à la main droite.

Il espérait vraiment que cette soirée allait lui apporter un peu d'amusement car il aurait vraiment regretté de s'être travesti ainsi sans pouvoir en profiter...
rang Mars

Description
Avatar: Len Kagamine de Vocaloid
Pouvoir/Hybridité: Panda roux
Âge: 22ans
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 215
Date d'inscription : 14/01/2016


 Heroes always save princess... (PV : Mars A. Walker)

 :: Ville :: La Place :: Le Bar
Le jour se meurt tandis que le soir nait. Voilà bien deux bonnes heures que Mars a terminé son service à la caserne. Voilà deux bonnes heures qu’il devrait être là-bas, au dehors, dans les bas-fonds flirtant avec son ‘repaire de héros’, à courir après les malfrats. Voilà deux bonnes heures qu’il aurait dû enfiler sa tenue complètement immaculée, brodée par ses soins, et son échappe d’un rouge si vif, qu’il est persuadé de l’imprimer dans l’inconscient des bandits qu’il arrête. Voilà deux bonnes heures qu’il aurait dû, oui. Il aurait dû se relever de son lit simple et poussiéreux. Il aurait dû sortir de cet appartement sans charme, et gris pour faire ce qui le maintien debout depuis...depuis... plus d’un an et demi ? Déjà ? Le héros lui-même s’en étonne et soupire doucement. Son regard bleu s’est perdu depuis trop longtemps dans les lézards du plafond plus tout à fait blanc. Ne devrait-il pas déjà être parti ? Ne devrait-il pas quitter ses vêtements de civils ? Déjà plus d’un an et demi que la mort l’a acceptée une première fois, que Ying l’y a arraché pour faire de lui le fantôme de ce qu’il était. Existant, mais transparent pour les autres, et surtout, pour ses êtres les plus chers. 

Plus d’un an et demi à embrasser pleinement son rôle héroïque, à nier ce qu’il est pour endosser ce fardeau de son plein grès. La justice est une maitresse bien exigeante, mais il est la seule qui l’accepte pour ce qu’il est : un panda roux un peu fou et complètement idéaliste. On peut bien le frapper, le nier, le mettre à terre, lui briser les os, les genoux... toujours, il se relèvera. Mais, cette fois-ci, ce n’est pas un coup au corps qu’il avait reçu, mais bien à l’âme. Un double tranchoir s’est fixé en plein cœur. Et il saigne. Et il saigne. La période hivernale ne l’a pas épargné, en lui offrant un amour qui s’est dérobé sous ses doigts. Il a vraiment cru effleurer la stabilité du bout du doigt, un semblant d’ordre dans cette course effrénée qu’il s’est imposé. A croire qu’être un héros est bel et bien un obstacle à sa vie personnelle... Un idiot ? Est-il un idiot pour avoir laissé un coup de cœur guider ses actions ? Pour être tombée sous le charme d’une jolie brune ? Pour s’être laissé utiliser pour une simple nuit d’oubli ? Peut-être, sans doute, à jamais. Le temps n’a plus de prise sur lui, et il sera à jamais coincé dans cet « entre-deux ». Plus tout à fait un ado, pas encore un adulte. L’âge des erreurs sans raison mais que l’on doit tout de même assumer. Premier coup au cœur, il aurait pu se soigner, sans le second. Il le sait, il le savait. En revenant parmi les vivants, sa vie changerait. Elle ne serait plus jamais la même, puisque ses êtres chers n’auraient plus aucun souvenir de lui. Pire. Il n’a même jamais existé. Il le sait, il le savait, mais l’avoir constaté est différent. Une nuit de neige, second coup au cœur, il est devenu un inconnu pour ceux -pour elle- qu’il a pratiquement élevé. Il pensait pouvoir assumer. Il pensait pouvoir. Cet âge est-il aussi celui de la naïveté ? 

Le héros n’est pas parfait. Il ne pourra jamais l’être. Et, ce soir, alors que le crépuscule se fane, voilà deux bonnes heures qu’il aurait dû être au dehors, à protéger les gens. Mais un poids de plomb l’en empêche. Un poids nommé souvenir, un poids nommé oubli. Une nuit. Il a pu tout oublier une nuit. Il a pu s’oublier une nuit. Compte-t-il abandonner sa mission quasi-divine ? Donnée pratiquement en personne des mains de Ying ? Cette question ne lui traverse même pas l’esprit. Héros il est, héros il sera. Pour l’éternité à venir. Mais Mars, ce soir, n’endosse pas son rôle de héros. Mars, ce soir, a besoin d’oubli. Besoin d’être un autre, besoin d’être quelque chose d’autre. Une seule soirée pour oublier, pour mieux repartir le lendemain, son éternel sourire accroché aux lèvres. Au milieu du flottement de son esprit, une idée le traverse. Voilà qui est...inattendu. Il se sait particulièrement doué en la matière, il sait posséder tout le matériel dont il a besoin pour se lancer dans cette...folie. Il l’a déjà après tout, mais toujours avec une bonne raison. L’oubli en est-elle une bonne ? 

S’il le décide, oui. 

La réflexion n’est pas son point fort, il préfère l’action. Alors, il agit. D’un bond, il se relève sur ses deux jambes et se débarrasse de son haut. Un an et demi, et sa stature ne s’est même pas tellement développée. Il est figé dans un temps qui n’a plus envie de lui, et, pour ce soir, heureusement. Son manque de carrure, sa petite taille qui l’a toujours complexé, vont lui servir. Dans l’armoire défoncée où s’entasse le peu de vêtement qu’il a, il y a un coin de sa penderie parfaitement et impeccablement rangé : celui de ses vêtements de femme. Quelques robes, et bas, quelques blouses également, le tout s’accompagne de deux paires de chaussures et d’une boite de carton où il entrepose quelques touches de maquillages. Juste un coin de son armoire que l’on croirait appartenir à une compagne. Mais tout y est à sa taille. ‘Pour raisons héroïques’, évidemment. ‘Pour espionner sans être vu’, évidemment. ‘Pour oublier’, l’espace d’une soirée. Il dépend l’une de ses robes, pas trop poche du corps, pas trop éloigné non plus et ramasse sa boite si spéciale. La salle de bain l’attend, ainsi qu’une douche qu’il aurait souhaité chaude, qui ne sera que légèrement tiède. Il n’y reste que quelques minutes, le temps de se rafraichir. Mouillés, ses cheveux détachés lui arrivent facilement jusqu’aux épaules. Il n’a jamais le temps de les couper. Ni le temps, ni l’argent, ni véritablement l’envie. Ce soir, il prend un soin particulier à les coiffer. Pas de simple nœud pour les retenir, mais un véritable brushing. Il a élevé deux filles après tout. Il sait les gestes, il les a appris pour les leur apprendre. Dans une autre vie. Il ouvre la boite, y découvre un soutien féminin, ainsi que de quoi le remplir. Il est svelte, presque frêle diront certains, mais est définitivement un homme. Pour changer, pour s’oublier, il doit se transformer. Ceci fait, il enfile sa tenue pour la soirée : Une robe à courtes manches s’arrêtant à mi-cuisse sertie entièrement de sequins argentés dont les bords sont cousus d’un liseré noir, des bas opaques de la même teinte obscure, et une paire d’escarpins pailletés. Les accessoires sont simples. Un ras-de-cou noir et simple, assez large pour masquer sa pomme d’Adam, un serre tête pour discipliner ses mèches rebelles et quelques bracelets-breloques qui masquent à peine sa marque d’ombre. Ah, même lui a un peu de mal à se reconnaitre. Ne manque que la touche de ‘femme’, un maquillage de fête. Du fard, de la poudre, étirer les cils, soigner le teint, rougir les lèvres. Le rouge a toujours été sa couleur fétiche après tout. Le voilà prêt, reste un dernier, dernier détail, pour détourner l’attention. Là où il compte se rendre, les apparences sont un tout à ne pas négliger. Une expiration et il se pare de ses attributs de panda roux. Une queue touffue au creux de ses reins, un regard luisant, captant la moindre parcelle de lumière et une paire d’oreilles « absolument adorables », s’il en croit les dires. 
Il est prêt. Prêt à oublier le temps d’un soir.

***************


La soirée est encore jeune, et, pour preuve, le bar n’est guère bondé. Cependant, à l’instant où Mars entre dans cet établissement, il n’est plus le héros. Pour ce soir, il est ‘Ashelia’. Il est une autre, il est une ‘proie de choix’, dans le monde de la nuit. Il faut dire que les hybrides féminins ont toujours eu ce petit effet en plus sur la gente masculine qui fréquentent les débits de boissons. L’air « sauvage », sans doute, ou la promesse qui accompagne ce mot aussi. Bien sûre, aucun de ceux qui laissent trainer leurs yeux indélicatement ne savent à qui ils ont affaire. Et c’est tant mieux. L’ambiance de l’endroit colle parfaitement à l’idée que l’on peut se faire dès l’extérieur. Il y a des tables à part, une piste de danse pour les plus téméraires, un comptoir pour les âmes esseulées... Un comptoir où un être à part accroche son regard. Pourquoi ? Le style ? Les cheveux bleus qui se remarquent à des lieues ? Ou le fait qu’une jolie femme -pourquoi se priverait-il de regarder aussi ?- se retrouve seule à un bar ? Un peu de tout cela sans doute, un peu le hasard aussi, puisqu’il comptait s’accouder au comptoir de toutes les manières. Il s’avance, la démarche assurée malgré les talons, une main glissée négligemment sur son clutch qu’il tient en bandoulière et s’approche de la délicieuse inconnue.

« Cette place est prise ? » 

Commence-t-il en la détaillant, le sourire aux lèvres, puis en s’installant sans trop attendre la réponse. Sa voix se place entre deux eaux, ni aigue, ni grave. Le ‘devant’ est aussi satisfaisant que le ‘derrière’. Bien que les courbes se font discrètes sous cette robe entièrement noire, il n’est pas contre passer la soirée en compagnie d’une petite garçonne. Vraiment petite, puisque sans mal, il parvient à la dépasser malgré sa taille modeste. Puis, le minois vaut largement les larges hanches de certaines sur la piste. Mars n’est pas venu pour la ‘chasse’, juste pour l’oubli de soi, mais nul ne sait comment cette soirée va se terminer. Le barman s’approche, et il commande.

« Un bloody Mary. » Juste pour le rouge, juste pour la tomate aussi qui aidera son estomac de panda à digérer l’alcool. Il est prévoyant avec ça, et connait les limites de son ‘don’. Il reporte de suite son attention sur sa nouvelle amie bleutée. « Ashelia, enchantée. Tu viens souvent ici ? »

Le barman revient avec le cocktail et il le remercie d’un doux sourire et d’un clin d’œil. Ce soir, il s’oublie. Entièrement.
Humain à don

Description
Avatar: Nagisa Shiota - Assassination Classroom
Pouvoir/Hybridité:
Âge: 22 ans
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 41
Date d'inscription : 02/04/2017
Age : 20


 Heroes always save princess... (PV : Mars A. Walker)

 :: Ville :: La Place :: Le Bar
L'ennui est une entrave puissante quand elle vous prend aux tripes. Ça, Fenrir s'en rendait bien compte ce soir... Et ça l'agaçait pas mal. L'heure n'avait beau ne pas être avancé, il ne voyait toujours rien à se mettre sous la dent. Et aucune petite aventure nocturne ne semblait vouloir pointer le bout de son nez dans ce bar où de nombreux motards s'amusait sur un billard usé. Il regardait avec un air profondément blasé son cocktail bleuté. Il hésiterait presque à le vider d'un trait avant d'aller voir ailleurs...

Puis, un léger son cristallin retenti : une nouvelle personne entre dans le bar.
Y jetant un regard négligeant, pensant qu'il s'agit simplement d'un autre motard bien gras venu se remplir la panse d'alcool, il reste un instant bloqué sur ce qu'il voit.
Une jeune beauté blonde venant de passer le pas de la porte. D'un oeil discret et entrainé, l'assassin la détaille de haut en bas. Menue, une poitrine faible mais présente, à peu prés de sa taille et le tout contenu dans une jolie robe argenté simple mais brillante.
Un mince sourire carnassier s'étend temporairement sur ses lèvres : peut être que, finalement, il aura de quoi s'amuser...

Et, coup de chance, elle semble avoir repéré la seule femme présente en ce lieu : lui.
Il feinte de se reconcentrer sur son verre à moitié rempli, l'entendant lui demander pour lui place, ce à quoi il ne répond que pas un vague hochement négatif de la tête. Il n'allait tout de même pas repousser une compagnie potentiellement agréable !

Il se rend assez vite compte que la jeune femme se serait assis même sans son accord puisqu'elle se pose à ses côté sans vraiment attendre son avis. Bon, elle est finalement plus grande que lui elle aussi... Fenrir retint à soupir à grande peine, préférant étouffer ce genre d'inconfort en sirotant sa boisson. Il sait que son don est puissant mais ce genre de contre coup l'agace toujours autant !
Même une femme, peut être plus jeune que lui, est plus grande !

Il sent clairement le regarde de sa voisine le détailler de long en large. Serait-il, avec de la chance, tomber sur une amatrice de yuri ? Ou au moins, le genre de femme attiré par une autre ? C'était une certaine veine pour le coup, bien qu'elle risquait sans doute d'être déçu en voyant ce qu'il avait dans la culotte... Bon, c'était pas non plus vraiment prévu qu'il aille jusqu'au lit avec elle. Bien que ça pouvait être agréable, en fin de compte.

Il entend alors la jeune fille à ses côté s'adresser à lui. Lui donnant son nom, que Fenrir enregistre sans mal, bien que la voix lui semble étrange. Asse aigu pour être celle d'une jeune fille, elle lui semble pourtant teinté d'un grave étrange... Rangeant juste l'information dans sa tête, il prend sa voix la plus douce et la plus féminine possible.

- Olyvia... Non, je suis venu ici pour me détendre un peu mais je le regretterais presque avec ces lourdeaux...

Il ponctue la fin de sa phrase par un vague signe de la main, indiquant les motards non loin qui ne se rend même pas compte qu'on parle d'eux. Une musique entrainante se fait entendre dans le coin dansant de la salle, quelques courageux se mettant à danser tandis que les plus timides reste posé dans leur coin. Fenrir finit son verre encore bien frais, se relève de sa chaise avant de tendre la main à sa voisine.

- Et si on allait s'amuser un peu ? Montrons leur ce qu'on vaux !

Il ne vérifie pas vraiment si elle le suit tout de suite avant de s'empresser de se rendre sur la piste. La chaleur lui est encore supportable, une bonne brise nocturne s'infiltrant par les fenêtres ouvertes du bar, tandis que son corps se met à se déhancher doucement en rythme avec la mélodie.
Ouais, il a définitivement besoin de s'amuser ce soir....
 
Heroes always save princess... (PV : Mars A. Walker)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un renard à l'eau [PV: Mars A.Walker] [Terminé]
» Save The human right to food: International mission to Haiti
» Twilight Imperium - Samedi 19 Mars
» Mardi 1er mars 2011
» Rapport d'activité du 20-21-22 mars 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ariesten :: Ville :: La Place :: Le Bar-
Sauter vers: