Invité


 Pour une panne, rien de mieux qu'une lampe et qu'une torche [Pv Lysandre]

 :: Cimetière RPs
Le centre commercial d'Ariesten avait cela de magique qu'il semblait refléter dans son carrelage toujours impeccablement lustré toutes les nuances du ciel, quelle que soit l'heure à laquelle on s'y promenait. Il y avait bien sûr des galeries où il était impossible de circuler sans lumière artificielle, elles étaient bien trop enfouies sous les différents étages qu'il paraissait difficile de permettre à la lumière du jour d'atteindre les étages les plus proches du plancher des vaches. Une odeur ascéptisée semblait reine à toute heure du jour dans la grande artère principale, mais une fois que l'on s'éloignait du centre de ce flux constant de visiteurs, un mélange odorant de tout ce qui pouvait se faire de comestible -du meilleur petit plat fait avec soin par les membres d'une petite entreprise familiale jusqu'à la chaîne de restauration de qualité moyenne en passant par quelques enseignes de semi-luxe- venait vous chatouiller les narines jusqu'à vous permettre de vous vautrer allègrement dans la tentation la plus vile. Plus vile encore que celle de suivre des yeux une stature agréable d'un homme que l'on aborderait jamais et dont le chemin croise le vôtre de façon la plus optimale qui soit : la perpendiculaire. Vous êtes obligée de le regarder, il le sait, et ne peut se douter un instant que vos yeux le suivent si votre visage ne bouge pas d'un millimètre. Mohana n'était pas passée experte en matière de reluquage. Mais les deux filles devant elle qu'elle suivait jusqu'à l'embranchement qui l'intéressait, elles, semblaient avoir parfaitement développé leur technique pour qu'elle soit la plus discrète possible. Chacun s'occupe comme il peut, et chacun voit ses priorités, pourvu qu'elles ne dérangent pas le voisin !

Mohana n'aimait pas tant que ça se rendre dans le centre commercial : il y avait du monde, il fallait sans cesse se concentrer, ne pas louper une seconde les mouvements de vos congénères plus ou moins bien éduqués et surtout ne pas louper le coche. Certes, les boutiques étaient toutes indiquées sur des panneaux exposés de façon être bien vus, sa taille modeste en milieu urbain devenait vite un désavantage quand il s'agissait de pouvoir lire convenablement les dits panneaux, sans cesse obstrués par des têtes appartenant à des personnes bien plus grandes ou perchées sur des talons vertigineux audacieusement en équilibre sur un carrelage, qui, nous le rappelons, était toujours parfaitement lustré, et donc potentiellement dangereux si comme certaines dames l'on se sentait d'humeur à pratiquer la marche en échasses avec toute la grâce et la volupté d'un oiseau dont les plumes, embourbée d'eau de pluie légèrement marécageuse, alourdiraient une silhouette qui aurait pu être tout à fait appréciable si elle ne se mouvait pas définitivement vers une direction irrémédiablement contrôlée par d'irrésistiblement disgrâcieux hauchement d'un bassin qui devenait de plus en plus douloureux à chaque pas. Si la jeune femme avait pu marcher pieds nus en permanence, elle l'aurait sans doute fait, mais la répugnance qu'elle aurait à sentir ces dalles si froides sous sa peau lui faisait immédiatement oublier cette idée finalement absurce. Sans parler de toute la saleté que les citadins, tous autant qu'ils soient, pouvaient amasser sous leurs semelles.

Elle avisa une galerie où il ne semblait pas y avoir trop de monde et qui pourrait tout à fait la mener là où elle le désirait. Depuis peu, elle s'essayait à la restauration d'enluminures, et ne pouvait qu'essayer également d'en créer. Les bases, elle les avait bien entendu vues et revues pendant sa formation, mais il restait bon nombre de choses qu'elle avait envie d'apprendre à maîtriser, et depuis qu'elle avait jeté un coup d'oeil à tous ces vieux rouleaux et ces quelques traités d'histoire de l'art que Zanmai et elle avaient ressortis du fin fond de la réserve pour les remettre en état et les proposer à la lecture sur place, elle n'avait qu'une envie : faire de nouvelles expérimentations pour améliorer sa technique. Et pour cela, il lui fallait du matériel de meilleure qualité, car elle le savait, elle ne pourrait accomplir son travail correctement qu'en utilisant des outils plus adéquats. Elle ferait bien entendu des tests chez elle avant de pouvoir affirmer à Zanmai qu'il faudrait envisager des modifications dans le choix des matières premières.

Elle biffurqua dans l'une des veines aux allures de sous-terrain du rez-de-chaussée, regardant d'un air distrait devant elle. Puis soudain... La lumière venait-elle de s'éteindre ? Une sorte de vague de cris monta, légère, ridicule, mais pourtant bien là. Je crains que la commande du système électrique ne soit pas à activation vocale, pensa-t-elle avec un demi-sourire tandis qu'elle resta parfaitement en place, ne bougeant pas d'un millimètre. Se mettre à bouger dans une telle situation serait le meilleur moyen pour blesser quelqu'un, et il y aurait suffisamment de monde pour faire cette bêtise. Certains commerçants, plus rapides que d'autres, se jetèrent sur leur lampe électrique, des passants allumèrent le flash de leur téléphone, pour ceux qui disposaient de tels appareils, et rapidement des tâches lumineuses firent leur apparition un peu partout dans les couloirs. Dans celui où elle se trouvait, il n'y avait pas beaucoup de monde. Elle en profita pour sortir les mains de ses poches et les faire briller faiblement, se concentrant un instant pour que leur hallo puisse être suffisamment large pour qu'elle voit le sol. Une voix retentit alors dans les haut-parleur.

« Mesdames, messieurs, bonjour. Ici la direction de la sécurité. Nous demandons à tous de bien vouloir rester calme et de ne pas provoquer de mouvements de foule. Le centre commercial connaît actuellement une panne généralisée de courant due à un problème technique. Nous faisons tout notre possible pour que les portes puissent être ouvertes rapidement. Des équipes viendront à votre rencontre pour vous ramener vers des zones plus sûres. En attendant, nous vous prions de bien vouloir rester où vous êtes et d'attendre. Nous faisons notre possible pour que les choses aillent vite. Nous vous remercions de votre compréhension et vous prions de bien vouloir nous excuser pour la gêne occasionnée. »

Ah, visiblement ils allaient en avoir pour un petit moment. Peut-être qu'elle devrait envisager de ne pas laisser ses mains allumées trop longtemps ? Si elle venait à se sentir faible, elle serait un poids pour les équipes de sécurité qui viendraient à leur rencontre. Un commerçant sortit sur le seuil de son échoppe, une lampe de chantier à la main.

« Si vous voulez venir vous asseoir dans ma boutique, j'ai quelques bancs de libre, je dois avoir quelques chaises en réserve. »

La proposition n'attendit pas longtemps de réponse et la petite dizaine de personnes qui se trouvait dans cette petite traverse se rendit à petits pas sûrs jusque dans le magasin de chaussures où elles purent en effet trouver de quoi s'asseoir. Préférant laisser le loisir à des groupes de se retrouver, la jeune femme s'installa en bout d'un banc et posa sa besace sur ses genoux. Elle sentit alors le poids d'une bouteille toute neuve qu'elle avait dû prendre en prévision pour son déjeuner. D'une voix assez forte pour être entendue, elle déclara alors :

« Si quelqu'un veut de l'eau, qu'il n'hésite pas, celle que j'ai doit être encore fraîche. »

Un peu d'altruisme, ça ne faisait de mal à personne !
Invité


 Pour une panne, rien de mieux qu'une lampe et qu'une torche [Pv Lysandre]

 :: Cimetière RPs
Je me baladais bien tranquillement non pas sur l'avenue le coeur ouvert à l'inconnu, mais plutôt dans le centre commercial de la ville. Je profitais de mon jour de récupération pour simplement faire autre chose que dormir chez moi, passe-temps préféré quand je suis en congé. Ainsi, donc, je flânais de vitrine en vitrine, quittant le coeur du centre pour les parties plus discrète. Le but de cette journée était de m'offrir quelques nouveaux vêtements, ceux que j'avais pouvant être considéré comme démodé, usé, pâlot ou autre. Bref, une nouvelle chemise ne me ferait ainsi pas de mal. Sauf au porte feuille, peut-être.

Mais soudain, le noir survint. Pourquoi y avait-il une coupure de courant ainsi en pleine journée ? Ou alors aussi pourquoi me trouvais-je dans cette zone où sans lumière on y voyait rien ? Certes, je pouvais créer une flamme pour m'éclairer mais je n'avais pas envie de faire un incendie. Oui, ma confiance par rapport à mon pouvoir est gigantesque...

Puis il y eut ce message d'appel au calme. La vaste blague. Je poussais un soupire dans mon coin, j'avais juste envie d'une chose, c'était de rentrer chez moi. Pourquoi étais je sorti en ce jour ?

Malgré tout je continuais à avancer, une flamme dans la main me guidant et moi me concentrant plus sur celle-ci pour qu'elle conserve sa taille que là où je marchais vraiment. J'entendis un commerçant qui proposait de s'installer chez lui le temps que la lumière revienne et une vois de femme proposant de l'eau. Mais c'était vague, comme lointain, tout ça parce que ma concentration était ailleurs.

Et finalement vint le moment où je percutais une personne. Le flamme disparut sur le moment et je demandais alors :

-ça va ? Je ne vous ai pas fait mal ?


Je n'avais qu'à espérer que ce ne soit pas un mannequin... Rallumant alors mon feu, je vis que ce n'étais pas le cas. Une jolie jeune femme se tenait face à moi, cela devait être la même qui avait proposé sa boisson.
Invité


 Pour une panne, rien de mieux qu'une lampe et qu'une torche [Pv Lysandre]

 :: Cimetière RPs
Le souci d'être dans le noir complet, c'est que la moindre source de lumière censée vous apporter un peu de luminosité vous plonge immédiatement dans une sorte de cécité entre autres due au fait que la lumière que vous produisez est bien trop forte en comparaison avec l'obscurité totale dans laquelle vous essayez d'évoluer avec plus ou moins de bonheur. Elle ne fut absolument pas surprise que le jeune homme avec une flamme dans la main lui rentre dedans au sens premier du terme, exactement pour cette raison. Il fallait dire qu'elle n'avait rien pour aranger la chose : en noir de la tête aux pieds, cheveux noirs... Et sa peau ne suffisait sans doute pas à éclairer le tableau. Heureusement, il avait éteint la flamme au moment de la heurter doucement, car même si elle ne doutait absolument pas qu'il sache maîtriser son don, le feu restait tout de même un élément assez dangereux à manipuler. Surtout avec toutes ces matières synthétiques qui flambaient à vue d'oeil, même si Mohana n'en portait la plupart du temps pas pour des raisons de confort.

Elle lui adressa un sourire avenant, légèrement gêné, puis alluma elle-même ses mains pour qu'il ne soit pas le seul à faire un effort.

« ça va, ne vous en faites pas. Je suis solide. »

Elle le dévisagea un court instant. Un jeune homme au visage doux, qui avait l'air d'avoir les yeux de deux couleurs différentes, mais dans la pénombre elle avait du mal à parfaitement discerner les nuances, alors elle ne s'avancerait à donner aucune conclusion hâtive. D'un léger signe de tête, elle désigna la flamme dans la main de l'inconnu :

« C'est sympa, comme don. Et pratique, ça doit rendre pas mal de services. »

Bien, c'était peut-être le moment d'arrêter de rêvasser, non ?

« Mohana, enchantée. Vous... vous voulez vous asseoir ? On a encore un peu de place. »

Elle désigna les sièges derrière elle, puis s'assit elle-même.

« J'espère qu'ils rétabliront vite le courant, ça serait dommage de passer la journée bloqués ici de force, n'est-ce pas ? »
 
Pour une panne, rien de mieux qu'une lampe et qu'une torche [Pv Lysandre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rien de mieux qu'un enfant pour rendre le sourire ... Part II [Nahla Maluka]
» Car il n'y a rien de mieux que de se revoir, peu importe ce qui nous sépare [Les jumeaux:P ]
» Rien de mieux que l'air marin! (libre!)
» Comment régaler pour la prochaine réunion ?
» Ya rien de mieux pour se Zenifier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ariesten :: Cimetière RPs-
Sauter vers: