AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

❝ Au milieu de la blancheur immaculée. •• Etsujiro.
Invité
Mer 6 Jan - 0:28

Etsu & Ryo

Au milieu de la rue.

Le soleil déclinait à l'horizon, laissant entrevoir l'astre lunaire qui pointait le bout de son nez. Une chaleur frêle persistait en ce temps hivernal. Une épaisse couche immaculée recouvrait dès lors le sol, ne voulant guère fondre encore. On voyait les nuages froids s'extirpant des lippes des passants signifier que la saison de Noël ne voulait pas encore laisser sa place à la suivante. Les flocons viendraient peut-être à tomber à nouveau, épaississant les ruelles jusqu'à vous empêcher de sortir de chez vous. Une possibilité qui ne semblait alors pas du tout plaire au manager du mannequin. Dans un bureau vitré en grande partie d'un immeuble au centre-ville, appuyé contre le bois massif du mobilier, ses orbes fixaient dehors.

« Ryo, tu m'écoutes ? Ne va pas encore te battre en sortant, c'est clair ? J'ai besoin de toi dans un shooting bientôt et puis va en cours aussi un peu ! »

Un bref soupir frôlait les crocs acérés de la bête, une main venant se perdre dans sa chevelure rougeâtre. Toujours les mêmes remontrances qui n'avaient de cesse de se faire entendre. Les mêmes mots encore et encore. Si la phrase pouvait varier, l'idée restait inexorablement la même.

« Ouais, ouais, j'ai compris. Aller, salut le vieux ! »

Se redressant, attrapant sa veste qui trônait sur un divan, le tigre sortait enfin de la pièce. Probablement que son manager devait alors lui hurler tout un tas d'insultes vaines qui ne faisaient que le faire sourire silencieusement. Un signe de main se dessinait seulement pour lui dire au revoir, fermant ensuite la porte.

* * * * * *

Si tout ceci semblait d'un ordinaire banal, les choses avaient alors changé à la seconde où ses pieds avaient foulé le sol d'une blancheur lumineuse. Dans les rues le hasard donnait un goût d'inédit à chaque être vivant. Des possibilités de rencontres, des situations terrorisantes, le fait de croiser des personnes qui n'avaient rien de mieux à faire que de vous emmerder, des entités qui ne vous voyaient que par votre visage... Un lot d'instant qui sortait toujours la bête de sa bonne routine.

Pourtant, au fil du temps même tout ceci devenait routinier.

Notamment lorsqu'au coin d'une ruelle plus ou moins sombre, prenant toujours les chemins dépeuplés pour rentrer tranquillement, le mannequin avait alors croisé les orbes d'un garçon effrayé. Qui avait appelé cette Terre, une terre de paix de nouveau ? C'est immuable que ceux qui pensent sont différents, que les différences divergent toujours à un moment donné, que le conflit est inévitable. Peu importe l'illusion de paix, ce n'était rien d'autre qu'un rêve éphémère. Notamment lorsque le jeune homme lui rentrait dedans de plein fouet, le faisant légèrement tanguer.

« Pardon... Pardonnez-moi ! »

Un regard qui trahissait si bien les sentiments instables de la peur et la confusion. Alors prenant ses jambes à son cou, l'enfant avait couru aussi vite à la recherche de la paix. Une question de survie probablement. Le tigre avait laissé son expression de surprise disparaître, laissant ses traits prendre un air indifférent quand des voix résonnaient dans son dos.

« Hé, il est où le gamin ? On avait pas fini de lui causer ! »

Si ennuyant. Et pourtant cet instinct de ne pouvoir cautionner des adultes qui cherchent un gamin. Sans savoir les raisons, ses paroles ne pouvaient se stopper à cet instant précis.

« Si tu veux quelque chose à ce gamin, faudra d'abord passer par moi. »

Il suffit d'un rien pour échauffer un esprit abruti. Un rien pour leur donner l'envie absurde de prouver leur force. La sensation d'une supériorité inutile. Une fierté mal placée. Voilà ce qui avait guidé le poing de cet homme contre l'arcade de l'animal. Un jet de liquide acre venait repeindre le mur blanchi par les intempéries de cette saison. Une seconde s'écoulait alors, laissant les orbes rouges se poser sur ledit mur. Un grognement sourd passait ses lippes, accompagné d'un coup de pied de sa part.

Les choses auraient pu se passer simplement. Un combat dans les règles de l'art. Une correction pour l'un ou l'autre. Seuls les êtres vivants sont avides de victoire quitte à être lâche. C'est à trois contre un que c'était joué ce match. Ainsi lorsque le second avait osé le prendre en traître avec le troisième, la colère avait éclaté furieusement au fond de ses tripes.

Une longue inspiration s'était faite entendre et les mains le long du corps, la bête n'avait pas eu d'autres choix que d'attendre que cela passe. Parce que le tigre ne pouvait se permettre de laisser libre cours à sa rage, mais avant que tout cela n'atteigne un point de non-retour, un rire sarcastique entrait en scène.

« Vous tapez comme des gonzesses ma parole ! Je m'ennuie les gars... Mais si vous continuez à m'énerver, je garantis pas votre survie... Les dérivés sont encore plus fous qu'on ne le dit, vous voulez tester ? »

Le doute s'était installé. Un doute qui avait finalement eu raison de leur stupidité, laissant enfin le tigre seul avec ses propres démons.

* * * * * *

Assis contre un mur, laissant les minutes s'écouler, les orbes balayaient les lieux, laissant entrevoir un énième soupir de sa part.

« Fait chier, il va encore gueuler ! Tch... »

Et malgré ses mots, c'est un sourire qui se dessinait à l'imagination de la future scène avec son manager.
Cependant la colère guettait encore, bouleversant ses tripes.

(made by voodoo doll)
❝ Au milieu de la blancheur immaculée. •• Etsujiro.
rang Etsujiro
avatar
Messages : 170
Date d'inscription : 28/11/2015
Age : 21

Description
Avatar: Shin Koganei
Pouvoir/Hybridité:
Âge: 23
Mer 6 Jan - 1:36

Ryo & Etsu

Au milieu de la rue.



"N'oublier pas de lire le texte sur la concentration que je vous ai donn..."

J'entendis la porte se claqué... Je n'ai même pas pu terminer ma phrase que le dernier élève était sortit... Je me sentais seul dans ma petite salle, j'ai l'impression qu'il voulait surtout profiter de leur week-end ce qui est normal après tous quand on est jeune Ah ah... Je me mis à rigoler tous seul dans ma salle... Franchement faut que j'arrête parfois je me fais peur moi même... Je sortis de ma salle, je ferma à clé, je salua tous le monde avant de sortir de l'enceinte de l'établissement. 

Aujourd'hui c'était une soirée habituelle sur notre petit île volante. Nous sommes en période d'hiver, la neige danse avec le froid en faisant une valse au dessus de nos têtes, je la regarde souvent en sortant de l'école, je me sent détendus et reposé. La glace m'a toujours fasciné, comment elle peut être détourné sous différents états, ou même sa puissance qui peut être dévastatrice par sa température ou même par sa composition. Après tous c'est devenu mon don et j'en suis très fière.



Je me balada dans la petite ville qui battait son pleins, J'adore cette période de l'année ou les rues sont illuminées, les passants qui regardent les vitrines, on sent que Noël approche à grand pas. L'horloge au centre était magnifique encerclé par toute ses lumières, elle était reine de la ville, on pouvait voir à son pied un couple qui se cherchait alors qu'ils étaient juste derrière l'un de l'autre. L'instant est magique mais je me mis à soupirer et à penser que je devais me trouver un mec un jour car rentrer tous les soirs seuls pendant cette période c'est pas vraiment la joie je vous le dis... Je voulu rendre ce couple heureux, je respira un bon coup, je colla mes mains pour former une boule de glace et je la jeta dans les airs puis je la fis exploser pour faire apparaître des éclats dans les airs, les deux personnes qui étaient caché à travers l'horloge se rapprochèrent et se virent. Ils s’enlacèrent en me remerciant j'étais content de voir se couple heureux et des gens illuminé par ce spectacle.

On m’applaudissait pour la beauté du spectacle, je disais que ce n'était rien et que je devais y aller. Je repris ma petite balade à travers les rues de Ariesten, c'était calme... Lorsque tout d'un coup j'entendis le bruit d'un petit garçon sortir d'une boutique avec un sac à la main, une sorte de bande commença à l'interpeller, le gamin par réflexe se mit à courir, trois mecs se mirent à sa poursuite, le quatrième resta en retraite, je me mis à courire vers lui pour arriver sur le trottoir d'en fasse. Je me mis face à lui et je me mis à soupirer, quel boulet ce type...

"Qu'est ce que tu as connard à me regarder en soupirant ?!" Il commença à sortir un couteaux et courra vers moi en le pointant. Mon premier réflexe fut de taper dans le sol pour faire apparaître du verglas pour qu'il tombe et se fracas le crane, je fis disparaître le verglas par la suite pour aller le voir avec des menottes de glaces que je fis apparaître dans ma main droite et je l'attacha à un poteau. Je n'oublia pas de prendre son couteaux et de le mettre dans ma poche, j'appela la police en expliquant brièvement la situation et qu'il devait prendre une scie pour mes menottes car c'est de la bonne glace quand même ce que je produis !
Merde ! Le gamin je me mis à courir vers le gamin, je le croisa, il était près d'un jeune homme dans une ruelle. Il me regarda avec des larmes :

-"Il m'a protégé..."

Je lui tapota la tête et lui fit un grand sourire :

-"T'inquiète pas bonhomme, tu peux rentrer chez toi, je vais m'occuper du monsieur."

Je vis le gamin s'en aller en me regardant, je lui fis un signe de la main. Bon, je regarda le jeune homme dos contre le mur par terre. Je sortis de mon cartable, une trousse de secours. Chaque prof doit en avoir un, heureusement qu'elle neuve... Je regarde le jeune homme de plus prêt, il a des cheveux rouges orangés qui sont magnifique, on peut distinguer à travers ses vêtements un corps assez musclé mais aussi de belle plaie sur son visage qui est assez carré au passage mais on peut distinguer qu'il souffre quand même... Je me mis à genoux face à lui.

-" Est-ce que tu vas bien ?"

Je lui montre ma carte d'enseignant pour le rassurer et le mettre en confiance, je le voyait qu'il était méfiant ce qui est tout à fait compréhensible.

-"Ne t'inquiète pas je ne te veux pas de mal..."


Je mis à enlever mes gants pour augmenter un peux mon don, je sortis de mes mains un petit bloc de glace et je l'appliqua sur la peaux du jeune homme pour nettoyer les plaies.

-" Ça risque de piquer..."


Je pris l’alcool de la trousse de secours et l'appliqua sur du coton pour faire désinfecté les plaies.

"C'est pour ton bien..."


Je caressa sa tête en disant cela en même temps, j'ai toujours été calme et posé avec les gens. Je veux les mettre en confiance surtout dans ce genre de situation...

"Voila c'est finis..."

Je commença à avoir des vertiges... Voila ce qui arrive quand on utilise trop son pouvoir... Je m’essaya à coter de lui, ma respiration était saccadé...  

 



(made by voodoo doll)
❝ Au milieu de la blancheur immaculée. •• Etsujiro.
Invité
Jeu 7 Jan - 1:07

Etsu & Ryo

Au milieu de la rue.

Un silence régnait presque dans cette ruelle à présent déserte. Au fond, le tigre espérait sincèrement que ces gars se soient seulement tirés, n'essayant plus de chercher des noises à ce pauvre gamin. Et pourtant au fond, il persistait toujours ce doute. Peut-être que tout n'était pas aussi beau que sa pensée pouvait l'imaginer. Ces trois hommes pourraient encore lui courir après actuellement. Finalement, ses mots n'auraient alors servis à rien. Pourtant un vague son annonçant la police parvenait jusqu'à son ouïe plus développée naturellement par sa race. Un soupir se faisait entendre, résonnant faiblement entre les murs blancs.

Soudainement cependant, une voix qui sonnait aucunement étrangère à présent, s'élevait dans un coin.

« Il m'a protégé. »

Alors instinctivement ses orbes glissaient jusque sur l'endroit d'où semblait provenir sa petite voix encore apeurée en un sens. Probablement avait-il trouvé secours auprès de quelqu'un de plus fiable que sa personne et c'était pour le mieux pour ainsi dire. Une seconde voix semblait vibrait dans l'air, mais ce n'était guère son problème maintenant. Les sirènes de la police sonnaient tout simplement la fin de son combat et de son implication. Le rouge savait pouvoir laisser l'enfant entre leur main sans crainte.

Fermant les yeux une seconde, soupirant à nouveau comme pour extirper toute l'air encore présente dans ses poumons, des pas venaient à lui. Qui pouvait bien venir l'ennuyer ?  Et pourtant sans bouger, la bête restait ainsi, entre-ouvrant légèrement les yeux. Peut-être que cette personne ne ferait que passer son chemin. Une bonne chose tant le tigre ne voulait aucunement que des rumeurs remontent jusqu'à son manager avant d'avoir pu lui expliquer les choses de sa bouche. Les remontrances seraient toujours là, mais moins insistantes si les autres laissaient la possibilité de le dire lui même.

Cependant, au contraire de qui aurait dû arriver, les pas se stoppaient devant sa personne, se mettant à genoux même. Une question s'élevait, s'adressant directement au dérivé sans peur. Naturellement puisqu'il n'y avait, finalement, aucun signe pour mettre cet homme sur la voie.

« C'est une question stupide à poser. »

Quelques mots seulement, un murmure même. Si en temps normal sa réponse aurait été toute autre, bien plus amicale, ses instincts ne s'étaient pas encore calmés à vrai dire. Au fond de ses tripes bouillaient toujours cette envie d'exploser de rage. Amoindrie néanmoins avec les secondes de calme qui s'étaient écoulés, mais bien loin de la tarir totalement.

Arquant un sourcil en voyant une carte se présenter sous ses yeux, c'est un nouveau soupir qui passait ses lippes. Voilà qu'un enseignant devait se montrer maintenant. Une chance peut-être pour le tigre qu'ils ne se connaissent pas. Probablement n'aurait-il aucun ennuis inutile de ce fait.

Sans rien faire, ne bougeant pas, ses orbes ne faisaient qu'observer ses gestes à son encontre sans crainte. Parce que la peur ne régnait pas chez la bête. Un léger picotement parvint jusqu'à lui et pourtant sans broncher, Ryo se contentait d'écouter. Et un sourcil ne faisait que s'arquer d'avantage de minutes en minutes avant que cela ne soit finalement terminé.

« Dit... T'as pas l'impression de me prendre un peu trop pour un gosse par hasard ? »

Et alors que ses mots passaient ses lèvres, un vertige semblait prendre son vis-à-vis. Instinctivement sa main se tendait pour le rattraper au cas où, mais ce dernier venait s'asseoir à côté de lui dans une respiration visiblement difficile.

« Tu vas bien ? Tu veux un truc à manger ou quelque chose comme ça ? »

Un calme semblait le tenir. Il fallait avouer que le tigre ne paniquait pas souvent et encore moins avec des inconnus. Seul les personnes les plus proches de sa personne pouvait le mettre dans tout ses états. Parce que l'affection pousse souvent le moindre de vos sentiments à l'extrême quand cela sonne grave. Alors c'est seulement une main qui se posait sur le front de la tête blanchâtre qui survenait.

« Je vérifie juste si t'as pas de la fièvre ou quelque chose comme ça monsieur l'enseignant, mais je suppose que ce n'est pas ça, hein ? »


Les pouvoirs et la limite de ces derniers étaient un peu inconnu à l'animal. Tout ce qui était animal en revanche, c'était une autre histoire du fait des similitudes entre eux et lui-même. Une certaine logique en soi.

« Merci de ton aide, tu devrais partir quand t’ira mieux ! »

Un sentiment de solitude semblait le presser. Du calme et de la paix pour mettre ses idées en places à nouveau. Ou chercher un exutoire à sa colère.Cependant, le rouge ne pouvait pas faire tout ceci si cet homme restait.

(made by voodoo doll)
❝ Au milieu de la blancheur immaculée. •• Etsujiro.
rang Etsujiro
avatar
Messages : 170
Date d'inscription : 28/11/2015
Age : 21

Description
Avatar: Shin Koganei
Pouvoir/Hybridité:
Âge: 23
Jeu 7 Jan - 17:13

Ryo & Etsu

Au milieu de la rue.



Il faisait froid, la neige commençait à tomber, le vent frottait ma peau, cela ne m'affectait pas mais bon, il ne faut pas penser qu'à penser à soit. J'étais en face du jeune homme, je vis qu'il était dans un sale état. Le pauvre il a du en baver même en ayant une musculature & une taille imposante, je suppose qu'il devait être plusieurs contre lui... Encore des lâches comme la plupart des hommes dans ce monde...
J'étais en face du jeune homme, je traitais chaque blessure une par une avec du coton et ma glace, à chaque fois que je traitais une plaie je me sentais plus faible, j'avais l'impression que mes forces me quittaient mais je me donnais à fond quand même j'allais pas le laisser dans la merde... Il faut que j'y arrive !
Je me pris certaines remarque tel que :

« C'est une question stupide à poser. »

Vis à vis de ma question si il allait bien au début...mais bon c'est normal pour moi de demander à quelqu'un si il va bien. C'est un réflexe chez moi...

Ou bien ceci :

« Dit... T'as pas l'impression de me prendre un peu trop pour un gosse par hasard ? »

Je pense qu'il doit être énerve encore par rapport à la baston qu'il y a eu, ils ont dut être plusieurs à s'acharné sur lui quand je remarqua ses différentes plaies... Ce que les hommes peuvent être cruel de se prendre déjà à un gamin en 4 contre 1 pour ensuite enchaîner sur un autre homme en 3 contre 1. Certaines personnes mériteraient d'être jeter de cette île et dévoré par Mohana par la même occasion...

J'aurais été sur mes gardes aussi si un inconnu arrivait de nul part, perdrait son temps à soigner mes plaies une par une et à m'aider... Enfin je pense...? Je peux le comprendre et je prenais sur moi; mais quand même le pauvre cela me faisait de la peine... J'avais une petite larme qui commençait à arriver. Oui j'ai un défaut je pleure souvent pour rien ou pour des trucs qui sont peut être banales pour quelqu'un d'autre mais qui peuvent être très fort pour moi... Je passa ma manche sur mes yeux et je me mis à sourire.

"Tu sais si on traite pas tes plaies, cela risque de s'infecter surtout dans une rue ou je pense que le sol ne vas pas t'aider et en plus avec le froid et la neige cela ne va arranger les choses. Après c'est toi qui choisis, enfin non mais bon..."


Je traita la plus grosse plaie en dernier, j'utilisa les dernières reste de mes forces pour faire un plus gros glaçon que d'habitude, j'appliqua de l’alcool sur la plaie et je mis un bandage dessus. J'eu des vertiges, je me mis à coter de lui en me laissant tomber... J'avais mal, ma respiration était saccadé, je sentais que ma température chutait très vite... Je vis qu'il a tendu sa main au cas ou si je tombais, il commença a être plus calme et serein. J'ai du le mettre en confiance, je suis content je me mis à sourire. Il sentit que ma respiration était saccadé mais bon après tous vu comment que je respirais on ne pouvait que l'entendre...

« Tu vas bien ? Tu veux un truc à manger ou quelque chose comme ça ? »

Je souris et murmura pour économiser le peux de force qu'il me restait :

"T'inquiète pas je vais bien c'est juste le contrecoup... J'ai utilisé toute ma magie...pour te soigner..."


Je sentis la main du jeune homme sur mon front... C'était agréable, sa main était rassurante, grande et chaude. J'étais bien, j'aurais tellement voulu que ce moment continu encore quelques instant... J'avais l'impression d'être protégé par quelqu'un... "Monsieur l'enseignant" raisonna dans ma tête, je me tourna vers lui et j'essaya de formuler une phrase :


-"Je m'appel Etsujiro..." Je suffoqua un peux avant de reprendre "...mais tu peux appelé Etsu si tu veux..."


Je continua mon discours avec difficulté... :

"...ne t'inquiète pas pour ma température c'est la répercutions que j'ai quand j'utilise trop ma magie de glâce...*tousse*... Vu que j'ai soigné tes plaies entièrement et que j'ai arrête un des malfrats au début, je me retrouve dans cet état la... Alors que je le sais..."

Je regarda le jeune homme avec ses cheveux de couleur rubis, je remarqua que son blouson et son t-shirt était déchiré, on pouvait voir des parties de son torse mélangé avec des bouts de tissus déchiré... Je me leva péniblement avec le peux de force qu'il me restait, j'ôtai mon blouson et je lui mis sur ses épaules pour essayer de cacher un maximum son corps et pour le réchauffer un peux. Je souris.

"Je sais que l'on a pas le même gabarit ni la même taille mais j'espère que ça te couvrira un peux et que cela te permettra d’éviter t’attirer les regards surtout à cette période de l'année...et surtout de ne pas attraper froid..."


J'étais tellement fatigué que je me laissa tombé à coté de lui contre le mur de tous mon poids...

"Aie...j'espère que ça va aller..."


Je ferma les yeux...


(made by voodoo doll)
❝ Au milieu de la blancheur immaculée. •• Etsujiro.
Invité
Jeu 7 Jan - 22:06

Etsu & Ryo

Au milieu de la rue.

Le tigre semblait légèrement perturbé face à cet homme. Peut-être parce que cette sensation persistait encore. Celle qui donnait l'impression d'être un môme fragile qu'il faille protéger. C'était tellement stupide de le traiter ainsi vu sa carrure et sa musculature que cela le laissait perplexe en un sens. Enfin, aucunement sur ses gardes, c'est seulement quelques soupirs qui résonnaient alors à chacune de ses phrases un peu trop « mielleuse » à son goût. Ryo avait toujours eu la franche habitude d'être désinvolte et pas trop nian-nian avec ses amis ou ceux qu'il ne connaissait pas forcément. Seul son masque changeait avec les étrangers quand ces derniers le reconnaissait en tant que mannequin. Cette affection et son côté nounours ne ressortait définitivement qu'avec les gens les plus proches de lui. Alors effectivement, cette manière de l'aborder le laissait sur le carreau.

Une main venait finalement passait sa crinière en soupirant pour la énième fois depuis le début de cette conversation. Se laissant toujours soigner gentiment bien que cela ne soit guère nécessaire à vrai dire. L'habitude d'être blessé probablement. Il était endurcit depuis fort longtemps.

« Te fais pas de bile comme ça, j'ai l'habitude d'être blessé ! »

Sa voix n'avait rien d'agressive ou tranchée. Plutôt neutre à vrai dire avec un soupçon d'un sourire inexistant sur ses lèvres, mais qui s'entendait cependant. Parce que la gentillesse du tigre n'était pas une légende à vrai dire. Bien que ses pulsions rongeaient encore ses sangs, lui donnant cette envie de sauter sur quelqu'un pour le frapper à mort, la bête tentait tant bien que mal de regagner sa simplicité.

Alors finalement ce dernier venait se poser à ses côtés visiblement exténué par l'utilisation de sa magie à son égard. Naturellement, en un sens, il était du devoir du tigre de le soutenir ou s'assurer que tout aille bien pour lui également. Donnant-donnant bien que se faire soigner n'avait guère était sa demande à la base. Sa main était donc venu rejoindre son front, ses dires semblaient passer légèrement au-dessus de cette personne et au lieu de partir, venait lui donner son nom. Chose qui surpris légèrement la bête un instant avant de sourire brièvement en coin.

« Ryo. Je m'appelle Ryo pour ma part. »

La suite sonnait étrangement. Non pas ses dires, mais ses actions comme toujours. Alors que ce Etsu lui expliquait plus ou moins le pourquoi du comment sa situation actuelle, il finissait par se relever et venir poser son manteau sur ses épaules. Un nouveau soupir se faisait alors entendre. Est-ce qu'il avait l'air à ce point d'être un gamin pour qu'on le traite comme ça ? En un sens, cela l'ennuyait et le dérangeait. Une main passait donc sa crinière comme précédemment, retirant la veste pour lui redonner, la posant sur son torse.

« Je n'ai pas besoin de ça. C'est toi qui a la température qui chute ici, pas moi. Je sais pas si tu me vois comme un gamin, mais ce n'est pas nécessaire. Je ne vais pas mourir de froid alors tu devrais plutôt te préoccuper de toi ! »

Sa voix se faisait toujours neutre avec ce soupçon de gentillesse. Parce qu'il n'y avait plus lieu de se mettre dans des états d'énervement et ses instincts semblaient s'apaiser d'eux-mêmes comme toujours. Lorsque la source d'adrénaline ou de sentiments négatifs s'échappaient, naturellement quelques minutes suffisaient à le calmer. Tout du moins pour l'instant. Un jour viendrait peut-être le point de non-retour. C'était une possibilité.

« Tu ne devrais pas rentrer te mettre au chaud quelque part ? »

Réfléchissant un instant, le tigre finissait alors par se redresser sans trop de mal. Ses mains venaient machinalement retirer la neige qui s'était peut-être insinuée sur ses vêtements avant de tendre la main vers son vis-à-vis.

« Allez, lève-toi, je t'emmène dans mon agence. »

N'attendant pas réellement qu'il essaye de se redresser lui-même, ses bras venaient le prendre de part et d'autres de sa taille pour l'aider à se soulever. Vu son état, c'était bien une chose à faire s'il souhaitait réellement l'emmener quelque part. S'ensuivait que le rouge prenait l'un de ses bras pour le passer sur ses épaules. Ainsi, son corps ferait office de soutien pour avancer.

« Ce n'est pas très loin et il fait chaud là-bas. »

Les employés devaient encore s'y trouver autant que son manager, mais cet homme devrait comprendre le pourquoi de sa venue accompagnée. La confrontation quant à ses blessures se ferait plus rapidement que prévu, mais dans le fond, ça ne changeait pas grand chose. Cela ne ferait que l'amuser et l'énerver faussement pour la forme. Aussi pourrait-il enfiler des vêtements digne de ce nom au vu de l'état des siens actuellement.

« Tu me dis si ça va pas ou si tu veux t'arrêter hein ? Au pire j'te porterais, t'as pas l'air bien lourd vu comme ça ! »

Ainsi ses pas le menaient déjà jusqu'à son agence. C'était encore l'endroit le plus proche entre chez lui et cette dernière. Autant prendre ce qui semblait le moins compliqué à atteindre. Question de logique évidente à vrai dire. Si Etsu n'était pas d'accord, alors il n'insisterait pas cependant. Mais toujours était-il que cela se révélait être une meilleure option que rester dehors à se frigorifié lentement.

« La prochaine fois si tu me retrouves comme ça, laisse-moi tout seul ! Te fous pas dans des états comme ça pour un inconnu ! »

Un bref sourire pointait le nez sur ses lippes. Au fond, ce n'était pas mal un peu de gentillesse, mais il ne fallait pas se montrer imprudent pour autant.

(made by voodoo doll)
❝ Au milieu de la blancheur immaculée. •• Etsujiro.
rang Etsujiro
avatar
Messages : 170
Date d'inscription : 28/11/2015
Age : 21

Description
Avatar: Shin Koganei
Pouvoir/Hybridité:
Âge: 23
Jeu 7 Jan - 23:59

Ryo & Etsu

Au milieu de la rue.



J'étais fatigué par tous ses efforts, je me sentais tellement mal que cela soit extérieurement ou bien intérieurement, je ne savais que faire ni comment agir a propos de lui mais bon apparemment il ne fait plus de remarque désagréable vis à vis de mes gestes et de mes actions peut être que j'ai aussi été un peux gaga alors que déjà il est plus muscle & plus grand que moi mais bon après je n'y peux rien c'est mon côté prof et tuteur qui ressort. Aider les élèves c'est dans ma vie donc je n'y peux rien si j'essaye d'aider tous le monde. Je repensa à la remarqua qu'il m'a fait quand je le soignais :

- « Te fais pas de bile comme ça, j'ai l'habitude d'être blessé ! »

Et en plus il a l'habitude d'être blessé... Mais avec qui je suis encore tombé sérieusement... Encore un voyou de Ariesten qui doit se battre entre différents clan. Mais bon ce que j'ai remarqué quand il m'a dit cela, c'était la gentillesse dont il l'a dit, c'était simple, limpide et claire. On ne pouvait pas le critiquer ou lui dire que c'était mal ce qu'il disait. Je pense juste qu'il voulait pas que je me tracasse à me donner à fond. Trop tard très cher, je suis toujours déterminé dans les actions que je fais, je n'abandonne jamais ! Oui je suis quelqu'un d'assez borné on va dire et qui se retrouve comme la actuellement contre un mur entrain de limite se vider entièrement de son énergie vital pour un pauvre inconnue au cheveux du soleil. Je me mis à soupirer.

Sa main était venu rejoindre mon front quand je m'étais assis à coter de lui brutalement à cause des derniers soins, il s'inquiétait je suppose car quand je sentis le contact de sa main sur ma peau on n'imaginait pas du tous quelqu'un de grand & de muscle qui était derrière cette main mais plutôt une personne attentionné, gentille et qui ne voulait que le bien de la personne qu'il contrôlait. On pouvait sentir de l'attendrissement dans ses gestes, de la compassion qui illustrait un peux le comportement qu'il avait repris quelque minutes après les restes de la bataille. Il est quand même gentil ce jeune homme. Je lui avais donné mon prénom pour le mettre un peux plus en confiance et pour qu'il soit vraiment détendu car on ne sait jamais, parfois la moindre remarque et tous peut faire basculer dans le bien ou même dans le mal. Il était étonne par l'entente de mon prénom mais je lisais sur son visage un sourire amicale. J'apprend qu'il s'appel Ryo, c'est un joli prénom et je trouve que cela lui correspond bien, c'est court, rapide & efficace tous comme lui apparemment.

Par la suite j'avais eu du mal à me lever pour pouvoir poser mon manteau sur ses épaules pour essayer de couvrir les blessures et son corps en lui même pour pas qu'il n'ai froid mais apparemment pour lui cela n'avait aucun sens... Ah les jeunes de nos jours...

- « Je n'ai pas besoin de ça. C'est toi qui a la température qui chute ici, pas moi. Je sais pas si tu me vois comme un gamin, mais ce n'est pas nécessaire. Je ne vais pas mourir de froid alors tu devrais plutôt te préoccuper de toi ! »

Je me mis à rigoler un peux vis à vis de cette remarque et je pris un ton gentil pour essayer de le convaincre mais les chances de succès étaient très négligeable... :

- " C'est vrai tu n'as pas besoin de ça ou tu peux la mettre c'est au bon vouloir mais bon vu ton état, si tu ne te fais pas arrêter par les flics tu as de la chance... Et je ne te vois pas comme un gamin, je te vois juste comme une personne qui est dans le besoin et que j'essaye d'aider en me foutant dans un état de m***e. Mais bon j'avoue que c'est bizarre surtout par rapport à la différence de taille."


Je me mis à pouffer un peux de rire, ce qui me fit oublier un peux ma douleur mais qu'un court instant car les plaisanteries les plus courtes sont les meilleurs et que la douleur préfère détruire ton bonheur...

J'entendis la question par la suite de cette événement si je ne devais pas rentrer chez moi pour me mettre au chaud. Je le regarda gentiment et lui dit d'une façon simple :

-" Je préfère être ici avec toi que d'être chez moi."


Je déteste mon chez moi, je ne dis pas que mon duplex est mal placé, qu'il est mal décoré ou que même l’environnement m’insupporte mais c'est le fait d'être seul, je n'aime pas cela... J'aime être avec au moins une personne, car j'ai peur... Oui j'ai peur d'être seul... C'est con mais c'est une vérité j'ai besoin d'un peux de compagnie, quelqu'un avec qui discuter... Juste cela quoi, mon éducation n'a été faite que de travail et de solitude, pas d'amis ni de petit amis pour pouvoir s'évader de toute cette pression familiale et scolaire. Mais bon l'avantage que j'ai c'est que à 24 ans je suis enseignant ce qui n'est pas très commun, mais bon gâché sa jeunesse pour au final être seul quand même en étant adulte, j'aurais limite préférer être plus libre dans mon enfance mais bon c'est du passé mais cela me hante encore...

Je vis que le tigre se leva naturellement comme si il n'avait rien subit, si j'aurais su je me serais pas foutu ma santé en l'air pour rien mais bon j'ai quand même réduit ses plaies à majorité même la plus grosse qui était de 10 cm est passé à 3 cm, j'avais un sentiment de fierté et ceci me redonna un peux de force, j'étais content de ce que j'avais fait. Je nota qu'il me tendit la main pour m'aider à me relever en me disant :

- « Allez, lève-toi, je t'emmène dans mon agence. »

Son agence, qu'est ce qu'il veut dire par la ? C'est une célébrité ? A vrai dire vis à vis des célébrités je me demande si entre Mohana et moi lequel est celui qui oublie le plus ceci... C'est un musicien, acteur, chanteur, manequin ? J'en sais rien et je m'en fous... Tans qu'il est content de sa vie c'est le principal à vrai dire. Je n'ai même pas eu le temps de saisir sa main qu'il me saisit par ma taille et me souleva d'un coup, je décolla du sol, j'eu un moment de peur.

-"Ahhhh..!"

Je repris mes esprits rapidement, je lui fis un petit sourire :

-"Mine de rien tu as de la force pour un mec qui s'est fait encercler par 3 voyous. Ah et au fait tu devrais regarder tes plaies, elles ont bien réduites quand même. Mine de rien j'ai servis quand même."

Je lui tendis le miroir qui était dans la trousse à pharmacie, pourquoi il y en a un ? Moi même je me souviens plus trop... A la formation je crois qu'il avait expliquer que c'était pour rassurer la personne enfin bref.

Jr remarqua que Ryo me pris le bras pour le faire passer sur son épaule. Son corps me servait de soutien pour marcher, je trouvais ce geste tellement mignon de sa part que je me mis à rougir vis à vis de la scène et je murmura pour éviter qu'il entende...

- "Tu sais...t'embêtes pas...c'est mignon de ta part..."

Il rajouta par la suite en me regardant :

- « Ce n'est pas très loin et il fait chaud là-bas. »

J'étais impatient de pouvoir m'allonger sur quelque chose de douillet et boire juste de l'eau ! J'en ai besoin pour ma glace, du repos et de l'eau. Manger c'est pas vitale pour mon pouvoir mais ça l'est pour mon ventre ! Mais je n'avais pas faim, j'avais le sentiment de me sentir à ce moment la le gamin et que Ryo était l'adulte qui s'occupait de moi... C'est fous ce que les rôles peuvent changer aussi vite...

Aussi ma béquille géante me disait :

- « Tu me dis si ça va pas ou si tu veux t'arrêter hein ? Au pire j'te porterais, t'as pas l'air bien lourd vu comme ça ! »

Je me mis à rigoler, je lui répondis du tac au tac :

- "Je pense que l'on se fait déjà bien remarquer par la différence de notre taille et vu comment on est en ce moment même... Donc t'embête pas en plus... Mais merci en tous cas d'être la pour moi ça me réchauffe déjà le cœur."

Je lui fis un sourire à pleine dent en fermant les yeux. On me dit que quand je faisais cela, j'étais adorable et que je le faisais aux personnes qui me remontait le moral ou qui m'avait aider dans ses situations pittoresques. On était déjà à l'agence à force de parler, c'est fous comment le temps passe vite... Il m'expliqua :

- « La prochaine fois si tu me retrouves comme ça, laisse-moi tout seul ! Te fous pas dans des états comme ça pour un inconnu ! »

Je recula la tête en le regardant et en disant d'un ton gentil & attentionné :

- " Pourquoi est ce que je ferais cela ? Tu es stupide ou quoi ? Si je te vois la prochaine fois je ferais pareil & si tu le ferais encore et bah je continuerais moi aussi. C'est à cela que sert les amis non ? Et après tous inconnu, inconnu... On s'est bien aidé mutuellement la non ? Et après tous c'est comme cela que l'on fait les plus belles rencontres."


Je refis mon beau sourire et je me blottis à lui en finissant cette dernière phrase pour me réchauffer et pour aussi passer l'entrée de l'agence car à deux ce n'est pas facile de passer une petite porte, mais bon j'en ai profiter un peux on va dire de ce petit moment...








(made by voodoo doll)
❝ Au milieu de la blancheur immaculée. •• Etsujiro.
Invité
Dim 10 Jan - 16:53

Etsu & Ryo

Au milieu de la rue.

Dans la vie, on rencontrait souvent des personnes de tous horizons. C'était le luxe d'être humain et d'avoir la parole autant que c'était l'enfer d'avoir ce droit au contraire. Parce que les gens pouvaient être si différents que certains en devenaient extrêmement collant ou ennuyeux pour d'autres. C'était le lot du hasard autant que des rencontres. Un fait immuable que chacun expérimenterait forcément un jour ou l'autre. Si c'était une réalité, cela l'était encore plus quand on avait un peu de reconnaissance public. Un mannequin extrêmement connu était probablement le plus à plaindre, mais inévitablement, même les moins connus n'avaient pas toujours de chance.

Ryo n'était pas spécialement très connu dans le monde du mannequinat, pourtant ce n'était pas cela qui empêchait le hasard de lui faire rencontrer parfois certain(e)s fans. Cependant, il fallait avouer qu'aujourd'hui était probablement un jour de chance alors qu'autant que le gamin que ses abrutis que le prof ne le connaissaient aucunement. En un sens, c'était une bonne situation pour se détendre et c'est bien ce que son corps avait alors commencé à faire quand les pulsions se calmaient également.

Ses blessures avaient largement réduites, mais en soi pour le tigre c'était un détail. Parce que l'habitude des plaies avait finalement eu raison de son jugement sur la question. Aller chez un médecin semblait si inutile que l'homme pouvait bien passer des jours à souffrir dans son lit, ce n'était pas pour cela qu'il irait. Après tout comme la plupart du commun des mortels disaient dans ce genre de situation : Ce n'est rien. Et le dérivé représentait très bien cette partie-là de la population. Néanmoins, le manteau était arrivé, mais repartit aussi vite et la réponse de son vis-à-vis le faisait légèrement sourire. Notamment la question de la police.

« J'ai l'habitude de voir les flics aussi ! »

Un rire passait ses lèvres. Un rire qui semblait aussi franc que très amusé à ses dires, accompagnant inévitablement celui d'Etsu à ses côtés. C'était toujours agréable de rire un peu et cela changeait des pensées obscures qui pouvaient ronger un esprit. Cependant, ce ne fut guère le moment de songer à tout ceci, se relevant pour l'emmener à son agence. Parce que le chaud serait toujours mieux que le froid et que le tigre n'avait pas réellement écouté ses mots concernant son chez lui. Instinctivement tout de même, le jeune homme pouvait comprendre. Peut-être parce que longtemps lui-même avait senti cette grande solitude dans cet appartement sans souvenir et vide à son sens.

Secouant légèrement la tête, ses bras étaient donc venu soulever son « sauveur » pour l'aider à marcher par la suite. Sa réaction de surprise arrachait inévitablement un sourire à la bête autant que ce qu'il insinuait par la suite.

« Faut pas avoir peur comme ça ! »

Puis un rire passait la barrière de ses lippes à nouveau.

« J'ai l'habitude de me battre je te dis, alors forcément ça forge un corps et la force hein ? Eh oui, j'ai remarqué. Merci à toi ! »

Ainsi son bras était venu porter le sien sur ses épaules pour le soutenir dans sa marche, entendant parfaitement sa remarquer, mais ne disant rien. Mignon, cela faisait bien longtemps que personne n'avait osé lui dire ceci. Probablement depuis que sa mère était morte pour ne pas mentir. Inéluctablement, Ryo changeait de sujet sans s'attarder sur la chose.

Marchant tranquillement pour ne presser le pas à un blesser et prendre le risque de lui soutirer des cris de douleurs, le plus jeune prenait soin de faire attention autant que de lui dire. Parce que le rouge était et resterait toujours une personne attentive aux autres et attentionné. C'était aussi naturel que de respirer. Bien que cela pouvait disparaître selon les masques qui se peignait sur ses traits et dans son esprit. Mais les personnes qui aidaient, devaient être soignée par la suite, n'est-ce pas ?

Néanmoins, aucun mot ne passaient la barrière de ses lèvres à cet instant, se contentant de lui sourire alors à nouveau. Léger et en coin comme à son habitude pour répondre au sien qui semblait bien lumineux tout à coup. Et si beaucoup songeait que c'était mignon, la bête en pensait de même.

« Tu devrais sourire comme ça plus souvent ! »

Une pensée qui se faisait entendre de sa part alors que leur chemin arrivait à l'agence, passant la porte non sans un peu de mal à deux. Et lorsque cela fut fait, le dérivé pouvait répondre tout en continuant son chemin, appelant un ascenseur.

« Parce que j'ai l'habitude d'être blessé donc tu n'as pas besoin de faire tout cela. Même si c'est très gentil et noble de ta part, je sais m'arrêter quand j'atteins ma limite ! En plus, j'guéris vite naturellement alors bon. »

Encore une fois, le plus jeune voulait faire entendre que l'aider n'était pas une nécessité autant que de se mettre dans des états pareils pour un étranger. Fais ce que je dis, mais ne fais pas ce que je fais. C'était à cet instant, la phrase précise qui correspondait à ses pensées et sa manière d'agir.

Grimpant finalement dans l'ascenseur qui ne tardait guère à arriver, il ne fallait que deux étages pour atterrir au bon endroit et avant que les portes ne s'ouvrent, l'hybride tenait à dire une dernière chose à son vis-à-vis actuel.

« Quand on va arriver, ne prend pas peur, ok ? »


Des mots qui ne sonnaient peut-être pas tout à fait rassurant pour la plupart des personnes saines d'esprits, mais un sourire accompagnait ses mots à l'idée de ce qui allait suivre. Ainsi les portes s'étaient ouvertes, dévoilant l'antre de son agence et encore quelques personnes semblaient se motiver à finir leur boulot.

« Tiens Ryo, qu'est-ce que tu fais ici.... TU T'ES ENCORE BATTU ? LE MANAGER VA....
▬ RYOOOOO QU'EST-CE QUE T'AS FOUTU ENCORE ?!
▬ Oups... Tu crois que j'ai parlé trop fort ? »


Un rire franc passait ses lippes alors que ses pieds le menait dans l'entrée, aidant Etsu à s'asseoir sur un banc qui se trouvait là. Une fontaine à eau régnait au bord de ce dernier ainsi qu'une plante verte. L'asseoir fut la meilleure idée alors que son manager débarquait pour venir directement lui donner un coup de poing « gentil » sur le crâne.

« Abruti !! J't'ai déjà dis que demain tu avais un shooting, qu'est-ce que t'as foutu encore ? Bordel on peut vraiment pas te laisser tout seul, sale gosse !!
▬ Argh, ça va vieux schnock, j'ai juste aidé un gamin qui s'faisait agresser, tu devrais plutôt me dire que j'ai bien agi au lieu de...
▬ LA FERME !! Agi bien en ne prenant aucun coup sur le visage !!... Aaaah... Qu'est-ce que je vais faire de toi...
▬ Boss, nous avons qu'à faire un énième footing avec ses blessures... ? Vous savez bien que Ryo devient plus populaire quand il est blessé, ça lui donne un côté... Sauvage, j'imagine !
▬ Faites ce que vous voulez, moi je dois m'occuper d'Etsu, il a soigné certaine de mes blessures ! »


Alors les orbes se posaient toutes sur lui, le fixant un long moment avant que le manager ne s'approche du banc pour s'y asseoir, baissant la tête en soupirant, presque désolé.

« Pardon, vous avez dû vous occuper de mon "fiston"... Il vous a causé des ennuis j'imagine ? Bien entendu, déjà qu'il me cause des ennuis à moi ! Un jour, je vais avoir une crise cardiaque à cause de lui, c'est obligé !
▬ Qu'est-ce que tu racontes vieux débris ? Même la maladie pourrait pas t'emporter tellement que t'es buté ! »


Un rire se faisait entendre à nouveau. C'était toujours amusant pour le tigre de se trouver ici.

(made by voodoo doll)
❝ Au milieu de la blancheur immaculée. •• Etsujiro.
rang Etsujiro
avatar
Messages : 170
Date d'inscription : 28/11/2015
Age : 21

Description
Avatar: Shin Koganei
Pouvoir/Hybridité:
Âge: 23
Dim 10 Jan - 18:52

Ryo & Etsu

Au milieu de la rue.



Dans le corps enseignant, on nous apprend qu’il faut être humble avec soit même, penser à son prochain et mettre les élèves en premier avant nous même si nous le apprécions pas tous. C’est sur, je suis d’accord avec tous cela mais de la à ce que affecte ma manière d’agir et de sauver n’importe qui comme un homme aux cheveux rouges assis contre un mur blesser que je connais pas… Je pense que tout est dit, mais bon ça fait partis de ma personne et que je me serais sentit mal si je l’avais laisser comme ça. C’est cruel même ! Mais c’est un autre débat, la je me retrouve au final à me faire transporter par un homme qui se prénomme Ryo auquel j’ai utilisé presque entièrement ma magie pour essayer de réduire ses blessures, franchement je devrais me féliciter mais bon c’est un type bien et il est agréable et souriant. Je ne le regretterai pour rien au monde d’avoir agis ainsi.

En effet être un enseignant d’élite (apparemment c’est ce que je suis d’après le directeur et qu’il était heureux de m’avoir dans ses rangs et qu’il ne me lâcherait pas pour rien au monde et que j’étais même connus dans la ville… Mais… Je suis qu’un prof ! Pff…)  à pour but d’aider son prochain surtout que je suis tuteur et que j’aide les élèves en difficultés ou même les personnes en elle-même. C’est sur je maîtrise la magie c’est cool mais il ne faut pas oublier qu’on a des limites, j’ai besoin de beaucoup d’eau et de repos surtout, heureusement que j’avais bien dormis la veille… J’espère qu’au moins je n’ai pas trop fait mal à Ryo quand je l’ai soigné… Le pauvre ça se tombe j’ai mal appliqué l’alcool… J’espère que ça va aller… Mon inquiétude fut vite pris par la joie que j’avais avec lui.

On avait rigolé sur le fait qu’il avait l’habitude de voir les « flics » comme il dit, ce qui est drôle c’est que certes on a pas le même vocabulaire pour certaines choses mais j’ai l’impression que derrière l’homme rebelle qui n’en faisait qu’à sa tête on pouvait voir un homme gentil, attentionné qu’il voulait faire attention aux personnes avec qui il était. Je me mis à sourire en pensant à ceci et mon souffle reprit une respiration régulière. Mon fondement fut confirmé par la suite quand il m’avait soulevé d’une facilité (certes je suis un poids plume mais bon il ne faut pas le dire ! Je suis quand même grand et musclé mine de rien !) en me disant qu’il ne fallait pas que j’ai peur comme ça ! Non mais franchement est ce qu’il s’est vu ? Il fait une tête de plus que moi & il est taillé comme une montagne… En plus il avait rigolé par la suite en me disant qu’il avait l’habitude de se battre et que ça lui forgeait son corps et sa force... Oui c’est sur mais bon un abonnement à la salle de sport fait le même effet... Je pense que je me renseignerais la prochaine fois pour lui… Ah et il avait remarqué que les plaies avaient réduites j’étais soulagé, un poids en moins à enlever !

Par la suite il m’avait pris le bras pour que je le passe sur son épaule pour qu’il me serve de support, c’était gentil qu’il m’aide alors que l’on se connait pas du tout mais bon c’est peut être sa façon de me remercier, j’avais murmurer cette affection en l’illustrant par un enchaînement de mot qui lui était favorable mais bon je pense que ça du le gêner vu qu’il a changer directe de sujet… Ce n’est pas grave, il faut parfois que je surveille mon langage…

Je sentais qu’il marchait tranquillement pour ne pas me brusquer et me faire souffrir, c’est sur je traînais des pieds mais ma respiration avait repris un rythme normal, il faut juste que je m’assoie et que je bois beaucoup d’eau pour pouvoir être en meilleur état… Je ne savais pas trop comment agir quand il me portait, ni trop quoi dire pour être franc… Il a de l’allure le gamin mine de rien ! Déjà qu’il arrive à me soulever sans trop de problème c’est qu’il doit être bien musclé mais bon la n’est pas la question car on est arrivé devant l’agence. Je lui avais fait mon plus beau sourire pour le remercier, il m’avait dit que je devais le faire souvent et qui se terminait par un sourire de sa part. C’était gentil, même très gentil… Je ne savais pas ou me mettre… Je me mis à rougir comme une tomate (Oui je rougis beaucoup… Boulet suis-je non ? )

On avait discuté de mon comportement vis-à-vis de lui devant ascenseur que l’on attendait, et que l’on était pas vraiment d’accord sur mon opinion de sauver quelqu’un et qu’il préférait lui être laisser tous seul et que je ne devais pas me donner à fond pour une personne que je ne connaissais à peine et qu’il avait l’habitude d’être baissé vu apparemment il avait une guérison plus rapide que la normal. Je réfléchis à ce qu’il m’avait dit dans tête, mon âme de professeur ne put répondre qu’en une phrase en le serrant fort pour montrer mon attention vis à vis de lui... :

« Fait juste attention à toi d’accord… »

C’est sur je me dis avec sa musculature et sa taille, la majorité des voyous ne lui causeront pas de soucis mais bon si un jour il tombe dans une embuscade ou je ne sais quoi… Le malheur peut très vite arrivé par la suite…

Nous décidâmes de grimper dans l’ascenseur, il était petit mais tout en longueur, j’étais collé à lui, je pouvais sentir son parfum qui était agréable, j’étais en sécurité avec le jeune homme car il me serrait fort pour ne pas me laisser tomber certes mais j’avais un autre sentiment… Je ne sais pas…
Avant que les portes ne s’ouvrent il m’adressa un dernier message :

«   Quand on va arriver, ne prend pas peur, ok ? »


J’étais étonné par ce qu’il me disait j’enchaina en disant :

« Comment ce… »

Je me fis vite interrompre par la porte de ascenseur qui donnait sur l’agence, elle était sympathique, on pouvait distinguer différentes personnes en train de peaufiner leur travail mais bon on pouvait voir la fatigue se dessiner sur leurs visages. J’entendis une voie adressé à ma béquille géante :

« Tiens Ryo, qu'est-ce que tu fais ici.... TU T'ES ENCORE BATTU ? LE MANAGER VA....

Lorsque j’entendis une autre voix plus imposante et très comment dire… Stridente… ?

« RYOOOOO QU'EST-CE QUE T'AS FOUTU ENCORE ?!


Je sursota, je m'agrippa par réflexe sur l’épaule de Ryo :

«Aie… »

L’autre interlocuteur ajouta par la suite :

« Oups... Tu crois que j'ai parlé trop fort ? »

Je sais pas si il t’a entendu je pense que oui ! Pensais-je dans ma petite tête avec une expression de douleur sur mon visage dut à la peur et à la contraction de mes muscles…  Ryo se mit à rire par la suite et me posa délicatement sur un banc, j’étais enfin libéré de son étreinte mais j’étais un peux triste car je sentais qu’il me manquait quelque chose ou que l’on venait de m’enlever un objet que je chérissais temps… Mon visage était un peux triste mais satisfait de ne plus l'embêter, je massais ma cheville.

J’étais au première loge pour assister à la grande première entre Ryo & son manager d’après ce que j’ai compris je put entendre :

« Abruti !! J't'ai déjà dis que demain tu avais un shooting, qu'est-ce que t'as foutu encore ? Bordel on peut vraiment pas te laisser tout seul, sale gosse !!
▬Argh, ça va vieux schnock, j'ai juste aidé un gamin qui s'faisait agresser, tu devrais plutôt me dire que j'ai bien agi au lieu de...
▬LA FERME !! Agi bien en ne prenant aucun coup sur le visage !!... Aaaah... Qu'est-ce que je vais faire de toi...
▬ Boss, nous avons qu'à faire un énième footing avec ses blessures... ? Vous savez bien que Ryo devient plus populaire quand il est blessé, ça lui donne un côté... Sauvage, j'imagine !
▬ Faites ce que vous voulez, moi je dois m'occuper d'Etsu, il a soigné certaine de mes blessures ! »


Lorsque j’entendis ses dernières phrases, j’étais quand même gêné je ne voulais pas lui apporter de problème ni même l’embêter de travailler… Je me fis tous petit…Je pencha la tête mais lorsque je la releva je vis tous les yeux sur moi je me mis à sursauter par toute cette attention !

«  Désole du dérangement… »


Le manager s’assit à coter de moi, je vis qu’il baissa la tête et qu’il se mit à soupirer. On pouvait sentir qu’il était désole de Ryo :

« Pardon, vous avez dû vous occuper de mon "fiston"... Il vous a causé des ennuis j'imagine ? Bien entendu, déjà qu'il me cause des ennuis à moi ! Un jour, je vais avoir une crise cardiaque à cause de lui, c'est obligé ! »

Je regarda Ryo un moment et murmura :

« Fiston… ? »


Cela doit être un terme dans ce type de business… Ma béquille répliqua en disant :

« Qu'est-ce que tu racontes vieux débris ? Même la maladie pourrait pas t'emporter tellement que t'es buté ! »


Il se mit à rire à la fin de sa phrase, on sentait dans cette petite entreprise une bonne comme une famille unis, c’était merveilleux à  voir, j'adressa d'une voix posé et gentille au manager en mettant ma main sur son épaule pour le mettre en confiance et le soutenir :  

« Vous savez votre « fiston » est vraiment quelqu’un de bien, comme il vous l’a dit, il a sauvé un enfant qui s’était fait agresser dans la rue, mais ne vous inquiétez pas on leur a collé une bonne raclée dont ils s’en souviendront. Ryo ne m’a pas causé d’ennuis, la preuve, heureusement qu’il était la sinon je ne sais pas où est-ce que je serais actuellement si il n’était pas la, peut être chez moi au chaud mais bon je n’aurais pas fait une rencontre formidable avec ce jeune homme avec un gros cœur mine de rien derrière son air de rebelle et je n’aurais pas découvert cette charmante petite agence qui m’a l’air de faire de l’excellent travail. Sachant que je suis enseignant je peux vous le dire, Ryo est vraiment un garçon de charmant et de gentils par rapport à d'autres élèves que j'ai.»

Je finissais ma phrase en regardant les différents clichés sur le mur et je fis un clin d’œil discret à Ryo.

- « Excusez-moi… »

Je longeai le banc pour éviter de me lever, je me dirigeai vers la fontaine pour me servir un verre, puis un autre, encore et encore… Jusqu’à que je n’ai plus soif, je ferma les yeux et j’essayai de former de la glace encore, je me concentrai puis je fis apparaître un glaçon de ma main. Ouf je pense que j’ai dû me reposer un peu quand Ryo m’a porte. Sauf que je viens de m’en rendre compte que je viens de produire de la glace devant tout le monde… Je me tournai vers la population , je lâchai mon glaçon dans le gobelet comme si je n’avais rien fait :

- « Oh oh… »



(made by voodoo doll)
❝ Au milieu de la blancheur immaculée. •• Etsujiro.
Invité
Mar 12 Jan - 18:24

Etsu & Ryo

Au milieu de la rue.

Tout n'était que légèreté par ici. Dans cette agence, on avait alors beau entendre le manager hurlait tout le temps sur le même mannequin, on sentait clairement qu'il y avait quelque chose entre eux. Un sentiment de famille probablement. Un tuteur également qui prenait soin de son protégé. Mais surtout on sentait que ledit mannequin accepterait tout de cet homme aussi imposant que sa personne. Parce qu'il l'avait sauvé d'un Enfer qui n'avait pas de fin, d'un monde qui se brisait sous ses pas. Alors Ryo avait juré de ne vivre que pour le remercier. Cependant, on sentait que le manager n'aimait guère cela. Peut-être était-ce pour cette raison qu'il ne cessait dès lors d'être toujours près de lui, de l'engueuler faussement et de le frapper affectueusement, pour lui faire comprendre que ce n'était pas nécessaire. Parce que Ryo devait vivre pour lui. Et cette relation entraînait toujours une animation certaine dans ces lieux.

« Vous êtes toujours aussi proche tous les deux ! »


C'est une voix féminine qui survenait alors. La voix de la commerciale qui se chargeait de propager les clichés des mannequins au plus grand nombre. Une femme que le tigre respectait beaucoup et au vu de son attitude qui changeait, ce n'était guère difficile de le remarquer. Elle profitait de la petite entrevue entre le manager et le professeur pour débarquer discrètement vers le centre de l'attention comme bien souvent par ici.

« Je ne pensais pas que tu serais toujours là, Ilia, mais je suis content de te revoir !
▬ Tu vas bien mon p'tit Ryo ? Montre-moi ton visage et retire-moi ce t-shirt que je puisse mieux voir.
▬ Je vais bien...
▬ On ne discute pas, aller aller ! »


Probablement y avait-il ce sentiment d'une mère qui commande à son enfant. Une pensée qui faisait sourire le tigre alors que son haut se retirait finalement. Vu son état, le jeter semblait encore la meilleur option. Alors les mains de la jeune femme d'une trentaine d'année venaient s'assurer que tout allait bien, le tournant de tous les côtés. C'est à ce moment-là que la bête avait pu entendre le petit discours d'Etsu à son manager. Cela le surprenait autant qu'un léger sourire venait naître sur ses lippes.

Le manager ne réagissait pas de suite, plutôt surpris de voir que quelqu'un prenait la défense du dérivé. Quoiqu'il n'était pas le seul surprit, à vrai dire, tout le monde avait la franche habitude de voir le manager l'engueuler et rien d'autre. C'est ce qui faisait le quotidien de cet endroit et peut-être même sa force en un sens. En un sens, toutes les personnes présentes avaient pris cette habitude et la voyait comme la scène la plus mignonne qui soit. Cependant, à présent un silence se profilait, regardant seulement le professeur faire de la glace avant de le mettre dans son verre. C'est la voix de la chère Ilia qui sortait à nouveau tout le monde de ses pensées.

« Comme d'habitude, notre petit Ryo sait se faire aimer à ce que je vois ! T'as vraiment la côte, tu sais que je suis jalouse de toi ? »

Un rire passait les lippes de la bête, mais son manager se remettait d'aplomb, sortant de sa rêverie soudaine. Se redressant subitement, il venait se placer à leur côté.

« Mais qu'est-ce que tu racontes ?! Ryo est encore blessé et peu importe pourquoi, ça ne change pas le problème du shooting de demain !!
▬ Pourquoi ne pas faire un shooting animal ? On ne verra pas ses blessures ainsi il me semble ! »


Le concerné semblait faire une mine étrange, pris entre l'hésitation et le je m'en foutiste complet. Jamais encore un shooting sous sa vraie forme n'avait vu le jour.

« Hum... Nous pouvons toujours essayer... T'as un peu de temps tout de suite Ryo ? Nous allons prendre quelques clichés maintenant pour voir comment ça rend !
▬ Ok. Faut juste que je discute un peu avec Etsu si ça vous dérange pas ! »


Alors qu'une dizaine de personne s'était amassés dans le coin, lorsque sa phrase touchait à sa fin, ce petit monde disparaissait, commençant à préparer ledit mini shooting. L'heure se faisait tardivement, mais c'était là, des passionnés à n'en pas douter.

Ainsi le tigre en profitait pour venir finalement s'asseoir aux côtés d'Etsu, soupirant bruyamment avant de passer une main dans sa crinière rougeâtre. Au vu de son torse dénudé, ses mains en profitaient pour vérifier son état de plus près, laissant sa voix résonner en même temps.

« Désolé pour ça, le manager est toujours obligé d'faire une scène, mais il est cool ! »

Un sourire franc voyait le jour en invoquant cet homme, portant finalement ses orbes sur son « sauveur ».

« Tu vas mieux ? Tu peux encore rester un peu ici si tu veux et même t'allonger une fois que j'serais partit. J'risque d'être occupé un moment avec ce shooting improvisé, donc hésite pas à rentrer quand tu veux ! »

L'animal ne semblait aucunement nerveux de devoir dévoiler sa vraie forme ici. Une forme que la plupart avaient déjà eu le luxe de pouvoir admirer dans les pires conditions qui soit à vrai dire. Mais ce n'était pas le propos actuel. A cet instant précisément, le regard rouge se fixait sur le professeur, l'analysant un moment avant de sourire en coin.

« J'suppose que le manager va quand même vouloir te remercier de m'avoir filé un coup de main, si j'étais toi... Je refuserais pas, il peut-être très tenace si on lui dit non ! »

Un rire se faisait entendre, mais ce dernier s'interrompait soudainement lorsque son prénom résonnait dans la pièce plus loin.

« Ryo, on est prêt !
▬ J'arrive ! … Bon, je te laisse. Encore mer...
▬ AH !! Monsieur le prof peut venir aussi s'il veut ! »


Le tigre soupirait, une main venant passait sa crinière, baissant la tête soudainement. Non pas que le fait qu'Etsu puisse le voir sous cette forme le dérangeait, mais en un sens, il y avait probablement un certain sentiment de gêne là-dedans de se savoir observé par quelqu'un qui n'avait pas l'habitude d'être sur le plateau. Néanmoins, un sourire s'adressait encore à son encontre.

« Tu veux venir voir ? »

(made by voodoo doll)
❝ Au milieu de la blancheur immaculée. •• Etsujiro.
rang Etsujiro
avatar
Messages : 170
Date d'inscription : 28/11/2015
Age : 21

Description
Avatar: Shin Koganei
Pouvoir/Hybridité:
Âge: 23
Mar 12 Jan - 22:48

Ryo & Etsu

Au milieu de la rue.



Cette agence était lumineuse que cela soit dans la décoration qui est très bien disposé dans chaque moindre recoin de cette petite entreprise mais aussi dans l’ambiance, on voyait que le personnel était bien traité, une ambiance bonne enfant entre le manager et Ryo, bref un petit havre de paix d’après mes petits yeux. On se sentait à l’air, la chose qui m’a le plus marquer quand j’ai franchis le premier pas dans ces lieux c’était… Comment dire… La sérénité ! Oui c’est cela, d’après le sentiment que j’ai ressenti et que j’ai assisté, je constate que le personnel n’est pas sous pression et n’est pas au boulot à contre cœur pour obtenir un salaire qui permettrait de se nourrir et de profiter de différents bien pour nous distraire dans notre vie. Ce n’était pas le cas ici, tout le monde se donnait à fond et voulait faire de son mieux et c’était en tout bien tout honneur.

Après la petite pièce de théâtre entre le manager et ma béquille, un troisième protagoniste entra en scène, c’était une femme d’une trentaine d’année, elle avait du charme cette demoiselle même si elle n’est pas mon genre si vous voyez ce que je veux dire… Je constatai que Ryo s’entendait bien avec apparemment car on pouvait le voir dans son comportement physique comment il était détendu et apaisé. Cependant notre nouvelle protagoniste en profita pour nous faire une jolie péripétie :

« Je ne pensais pas que tu serais toujours là, Ilia, mais je suis content de te revoir !
▬ Tu vas bien mon p'tit Ryo ? Montre-moi ton visage et retire-moi ce t-shirt que je puisse mieux voir.
▬ Je vais bien...
▬ On ne discute pas, aller aller ! »

J’étais en train de discuter avec le manager en disant qu’il n’y avait rien de grave et qu’il ne fallait pas s’inquiéter pour la suite, enfin bref la routine… Lorsque que je vis Ryo se mettre torse nu je détournai le regard et oublia un peux le manager sans m’en rendre compte. Mes yeux étaient absorbé par la carrure du jeune homme, il était musclé comme il fallait, un bon équilibre avec son corps, ses épaules carré et ses abdos p***** ! Mon dieu mais maintenant je comprends pourquoi ma béquille il fait de la photo… Je me mis à rougir comme à mon habitude pour n’importe quel situation qu’elle soit embarrassante ou non… Franchement la discrétion avec moi je pense que j’aurais eu le premier prix… Mais je suis vraiment un boulet… Je me leva brusquement comme un robot et me précipita vers la fontaine pour boire au moins 3 verre d’eau d’affiler pour essayer de faire disparaitre mes put**** de rougeurs !
Mon corps, sache que je déteste, cordialement, Etsujiro Gotô.
Lorsque je repris une couleur « naturel rougeâtre… », je me rassis avec le manager en m’excusant car je trouvais qu’il faisait trop chaud d’un coup. Pourquoi je sors cela ?! Mais je suis stupide ?! Tu veux attirer encore plus l’œil ou quoi ! Ce n’est pas possible… Je continuai par la suite mon texte consacré à Ryo en le défendant corps & âme contre le manager pour terminer sur une belle note de fin :

-«  Ryo est vraiment un garçon de charmant et de gentils par rapport à d'autres élèves que j'ai.»


Un silence  s’était instauré dans la pièce tout le monde me regardé même Ryo avec un sourire aux lèvres, je détournai la tête directe et je sentis le sang monter dans mes joues encore plus, je me penchai directement la tête pour essayer de cacher ma timidité et le fait que ma béquille me regarde… Je mis à parler à voix base :

« Je suis timide… Et c’est juste la vérité ce que je viens de dire… »

La nouvelle protagoniste ajouta par la suite :

« Comme d'habitude, notre petit Ryo sait se faire aimer à ce que je vois ! T'as vraiment la côte, tu sais que je suis jalouse de toi ? »

Je me mis à sursauter lorsque j’entendis ces deux phrases dans ma tête, je vais exploser… Je passe pourquoi maintenant… ? Devant tout le monde, avec ses regards posse sur moi… Je veux juste mourir mon Ying… Je pouvais entendre le rire de Ryo mais j’osais pas relever la tête tellement j’avais honte de mon comportement et de la situation dans laquelle je m’étais retrouvé… C’est pour cela que je déteste les femmes, manipulatrice et horrible avec les hommes, elles peuvent mettre n’importe qui dans l’embarra que tu sois gay, hétéro, bi ect… Je les déteste… ! Je vis que le manager qui était dans ses rêves se releva d’un coup, je sursautai car oui j’ai peur facilement… Franchement j’ai toute les qualités du monde ! Le manager monta sur ses grands chevaux en s’exclamant :

« Mais qu'est-ce que tu racontes ?! Ryo est encore blessé et peu importe pourquoi, ça ne change pas le problème du shooting de demain !! »


Je levai progressivement la tête pour voir la scène, je vis que Ryo était dubitatif, on sentait qu’il y avait un truc qui lui plaisait pas quand même derrière un air de je m’en foutiste, la discution prit forme par la suite :

« Hum... Nous pouvons toujours essayer... T'as un peu de temps tout de suite Ryo ? Nous allons prendre quelques clichés maintenant pour voir comment ça rend ! »


▬ Ok. Faut juste que je discute un peu avec Etsu si ça vous dérange pas ! »

Pardon ?! Tu veux discuter avec moi ?! Mais…Mais… je suis rouge comme une tomate, je relava la tête lorsque j’entendis mon prénom par respect, j’assuma mes rougeurs, faudra bien qu’il s’y habitue un moment ou l’autre, et dire que je suis comme ça que quand je sors de l’école c’est un comble non pour un professeur ?

Je vis que les protagonistes s’étaient éparpillés un peux partout dans l’agence, Ryo vaint me voir en s’asseyant à côté de moi… Il est torse nu ! Mais mon Ying ! Il est magnifique ! Je dois me ressaisir ! Je pris une grande respiration discrète, je fut pris de court par sa voix :

« Désolé pour ça, le manager est toujours obligé d'faire une scène, mais il est cool ! »

«Oh t’excuse pas ! Je trouve ça génial moi ! Si seulement l’école serait comme ça, j’irais plus rapidement au boulot ça s’est sur !  Quel ambiance ici quand même,  ça doit être la fête tous les jours ! »


Je vis qu’il me regarda avec un sourire de toute beauté, sa bouche était magnifique, ses dents étaient parfaitement allignés, bref, un visage de tombeur quoi, je vous fait pas un dessin ! Il ajouta par son sourire :

« Tu vas mieux ? Tu peux encore rester un peu ici si tu veux et même t'allonger une fois que j'serais partit. J'risque d'être occupé un moment avec ce shooting improvisé, donc hésite pas à rentrer quand tu veux ! »

Je lui répondis du tac au tac en lui montrant mon beau sourire :

« Oui t’inquiète pas je vais mieux, merci d’avoir été la quand même, bon après je suppose que tu as entendu ce que j’ai dit à ton manager… Donc tu sais ce que je pense de tous cela… »


Je mis à rougir en me frottant les mains puis j’ajouta en murmurant pour que lui seul entende :

« « J'ai l'habitude de me battre je te dis, alors forcément ça forge un corps et la force hein ? »  C’est sur j’ai pas la même force ni la carrure que toi mais bon je vais essayer en tous cas… »

Ma béquille ajouta par la suite :

« J'suppose que le manager va quand même vouloir te remercier de m'avoir filé un coup de main, si j'étais toi... Je refuserais pas, il peut-être très tenace si on lui dit non ! »

Nous riâmes ensemble par la conclusion de cette phrase mais notre joie fut couper par une annonce de notre cher et tendre manager… Je pourais jamais profiter du rire de Ryo ?... Je suis maudit je pense…  J’entendis :

« Ryo, on est prêt !
▬ J'arrive ! … Bon, je te laisse. Encore mer...
▬Heu mais c’est normal, tu le sais déjà de toute fa…
▬ AH !! Monsieur le prof peut venir aussi s'il veut ! »


Ma phrase fut couper par cette proposition… DILEME QUE FAIRE ?! Je ne sais pas quoi répondre ! J’étais embéte et généer ce sentiment que tu as quand tu ne sais pas quoi faire ni quoi répondre, tu te retrouves à t’interroger sur toi-même et pourquoi tu te parles en ce moment à toi-même… Même si c’est ce que je fais depuis le début mais bon… :

«  Heu… »


Je vis que Ryo soupira quand il entendit cela, est ce qu’il voulait  que je m’en aille pour que son corps brille de mille feux devant l’objectif ? Est-ce qu’il en avait marre de me voir ? Ou est ce que je fais tout un cinéma pour rien… Mais je vis son sourire, cette illumination dans son visage qui montrait toute sa gentillesse que j’ai rencontré depuis notre rencontre.  Ce sourire me poussa à répondre :

« J’en serais ravis ! Mais je vous rappelle que j’ai un prénom ! Etsujiro ! »

Je m’approcha de l’oreille de Ryo pour lui murmurer ce que j’avais sur le cœur :

« Merci beaucoup d’être la, ça me réchauffe le cœur de ne plus trop être seul le soir…  et je me ferais tous petit t’inquiète pas, de toute façon j’ai des copies à corriger en même temps pour demain, je t’embêterais pas promis…»

Je me dirigea vers la voix qui m’avait appelé !




(made by voodoo doll)
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Début de soirée en milieu hostile ...
» les viandes que mangent les habitants de la terre du milieu
» gauche, droite, milieu.......
» La venue des Numénoriens en Terre du Milieu
» Le nom des armes en Terre du Milieu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ariesten :: Cimetière RPs-
Sauter vers: