Rang Yoshimo

Description
Avatar:
Pouvoir/Hybridité:
Âge:
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 120
Date d'inscription : 05/02/2017
Age : 26


 [FOLIE] Si tu étais un Hachoir... Serais-tu moi? (ft. Flonne Hokusai) [TERMINER]

 :: Cimetière RPs
ft.
Flonne Hokusai
« Si tu étais un Hachoir... Serais-tu moi? »
Flip! Flap! Flop! Cervelle en jus! ♪




Bonjour! Bonsoir! Chers téléspectateur; l'Emission de ce soir est votre émission tant attendu: "Bienvenue dans le merveilleux Univers duuuu TOUPOUTIIIII!". Chez les Toupoutis on chante le matin, on danse l'après-midi et on meurt la nuit. Le Matin on reviendu pour recommencer et ainsi de suite. Les Toupoutis sont comme des machines mais toute molle. Ils ne sont pas conscient qu'ils répètent inlassablement les même actes et que leur vie est totalement inutile si ce n'est à divertir les Moumandus! Les Moumandus sont des êtres splendidement horrifique sorti tout droit des pires cauchemars des Toupoutis. Leurs vies n'a pas de limites, pas de dictâtes moraux. Alors parfois ils s'ennuient et donc ils regardent avec amusement les Toupoutis et leurs vie répétitive en s'amusant à la perturber.
Vous ne comprenez pas ma petite histoire? Comment ça elle n'a pas de sens?


Je confirme, ça n'a absolument aucun sens.

Pourtant c'est une superbe référence à vous! Oui VOUS! Les gens de la Terre des Airs. Vous n'êtes que du bétails stupide qui vivez selon un tas de règles stupide et vous enfermez dans une prison mentale sans même vous en rendre compte. Vous êtes comme les Toupoutis, je suis un Moumandu. Donc je suis ici, dans votre petit monde de répétitions pour apporter un peu de changement à cette morne monotonie exaspérante à en mourir. Bwhéhé. J'ai trouvé un endroit très bien pour être le Moumandu. Un truc que l'on nomme Avenue Commerçante. Le plafond brille pas comme tout le reste du temps où la grosse lumière vous chauffe la peau comme du pain qu'on grille. Non, elle s'évapore à l'horizon, le plafond fait rouge-orangé. C'est beau, on dirait un Sac à Viande agonisant. C'est le moment que j'adore.

J'ai mon masque. Mon bonnet. Seul mon œil gauche est visible. Ma jolie veste en cuir noir avec des tâches de sang séché, mon jeans et mes bottes style botte de motard, noir. J'aime le noir, ça tranche avec ma pâleur. C'est jolie quoi. Je suis là et la foule du bétail ne me remarque même pas. Trop fatigué après ces heures de labeurs, trop éreinté après des heures à utiliser à mal leur matières cérébrale. Le bétail ne pense que à rentrer dans son enclos pour manger ou aller s'amuser pour le plus intelligent. Il ne me remarque pas, moi.

Je m'avance dans le bétail tel une ombre. J'en bouscule certain, attendant une réaction. Quand l'un d'eux réagit? Je le regarde de mon œil gauche blanc à l'iris rouge, l'écarquillant. Cela fait plus d'effet avec le masque. Le bétail panique, cours et hurle et je ricane puis je recommence mon petit manège tel un carrousel. Puis ça m'ennuis.

Changeons de refrain! Je me laisse bousculer par une Sac de Viande et me jette au sol, faisant en sorte de déboîter mon épaule dans un bruissement peu ragoutant. Le bétail alentours mort à l’hameçon. Je commence à hurler comme un dératé. Bon comédien je lâche même de l'eau de mon œil.


"Haaaa!! J'ai mal! J'ai mal! Il m'a violenter!" D'une voix de détresse.

Mais comment tu surjoues!

Je pointe le coupable. J'ai la face tourner vers le sol. Les gens s'arrête et observe la scène, ils regarde l'homme d'un regard accusateur. L'homme ne comprend pas, il fait deux tête de moins que moi et ne s'explique pas comment j'ai pu m'étaler lourdement au sol. Il bafouille, cherchant à comprendre. Certains cris au scandale de ne même pas reconnaître son tort. Je me relèves, cours en hurlant contre un mur et me replace l'épaule de cette manière. Les gens ébahit m'observe en silence, perplexe. Je me retourne, je ris, je ris. JE RIS! Dans un fou rire digne de ce que l'on nomme folie. Suite à quoi je m'exprime.

"Le bétail est stupide! ♪ Le Bétail est facile! ♪ On dirait les Toupoutis! ♪ Je suis le Moumandu! ♪"

Je me jette d'un bond sur l'homme et le fait tomber au sol et je le traîne à ma suite par le col. Je fredonne joyeusement, je traverse l’emmène dans un bâtiment. La foule intriguer regarde, apeuré mais au final elle reprend avec vivacité sa marche mécanique de Toupoutis. Je fini par arriver sur un toit. La bâtisse est haute et mon jouet est un peu abîmer, il est même plus conscient. Je le traîne et le pose sur le bord du toit. Puis je m'assois. On reste là en silence un long moment. Je colle ma tête conte la sienne alors qu'il ouvre les yeux.

"BONJOUR TOUPOUTI!" hurle-t-il.

Le bétail prend peur et... glisse. Je le regarde tomber.

"Fiuuuuuuuuuuuuuuuu... SPLASH!"

J'ouvre mes bras à l’onomatopée, Voilà, le bétail est tout raplapla. Comme un Toupouti, il est mort à la fin. Je reviens dans le bâtiment et descend avec nonchalance. Une larmichette coulant... un jouet m'a laisser. TANT PIS! On en trouvera bien un autre hein les coupains? Je sais que vous regardez ce qu'il se passe dans ma tête. JE LE SAIS! Pas la peine de vous cachez, je vous laisse y venir de toute façon.

Je sors de l'immeuble et m'éloigne de l'attroupement tranquillement. J'avance dans l'avenue. Je remarque alors un gens! Un gens bizarre. Mais il est loin... Je cours, je me faufile comme une anguille et je le dépasse.


"MERDE!"

Je freines, m'éclate au sol. Je fais des pompes puis quand je sens qu'il vient à mon niveau je me redresse dans un bon et fixe le gens... C'est une femme.

"Bonsoir Toupoutite! On danse?" On sent un sourire sous le masque au ton de la voix.

Fuit! Fuit loin demoiselle! La Folie te guette.



Dernière édition par Yoshimo Isatae le Sam 4 Mar - 5:30, édité 1 fois
Humain à don

Description
Avatar:
Pouvoir/Hybridité:
Âge:
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 81
Date d'inscription : 27/01/2017
Age : 25


 [FOLIE] Si tu étais un Hachoir... Serais-tu moi? (ft. Flonne Hokusai) [TERMINER]

 :: Cimetière RPs
détails
Le hachoir et la princesse
Who the fuck are you ?
ft. Le monstre de l'avenue commerçante
Ʃkaemp はは ™

L'air s'est refroidit lentement dans la ville, assez pour que je frissonne malgré le manteau que je porte par dessus ma robe. Je baille bruyamment, je fatigue un peu, à croire que la dose de caféine que j'ai dans le sang se dissipe lentement et emporte mon énergie.  On dirait que mon appartement est a des lieues du petit restaurant ou je me suis posée pour manger un brin après la fermeture de la boutique. Première fois depuis ce matin 6 heures que je m'arrêtes pour souffler… Une journée normale quoi. Je vais finir par me tuer à force… Un soupir m'échappe alors que je ferme les yeux et que je lève la tête vers le ciel pour prendre une grande gorgée d'air frais.
La nuit est relativement calme, jusqu'à ce que j'entende des cris venant de plus loin. Encore un barjo qui doit s'amuser à faire peur aux passants, ou bien quelqu'un qui se fait égorger vivant ? On raconte que des morceaux de cadavres sont trouvés ici et là en vie… ce qui donne légèrement froid dans le dos quand on y penses…

Instinctivement, j'accélère le pas pour retourner chez moi, pas envie de me faire découper ou de me faire chopper par un pervers, quoique je lui réglerais facilement son compte, mais ne tentons pas le loup, comme disent les petits humains fragiles dans les contes de fées. Il fallait bien que je dise ça pour que quelqu'un me dépasse en trombe et manque de ME faire tomber avant de s'étaler sur le sol à mes pieds. Mais quel langage vulgaire. J'amorce un mouvement pour le dépasser, mais il se redresse alors que j'arrive près de lui. Son visage est couvert par un masque et pas un joli masque ordinaire qui donne envie de se coller contre lui… plutôt le genre qui donne envie de courir et hurler de terreur. Qui donne l'impression qu'il va vous sauter dessus et tenter de vous manger ? Je recule d'un pas alors qu'il s'adresse à moi. Tout en moi hurle DANGER DANGER DANGER alors que je commence à être stressée, portant instinctivement ma main à mon sac pour y prendre ma paire de ciseaux.

- Non merci, je ne suis pas fan de danse…

Je continue de reculer, sans pour autant le lacher des yeux ou lui tourner le dos.

Please Hurt Me

Rang Yoshimo

Description
Avatar:
Pouvoir/Hybridité:
Âge:
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 120
Date d'inscription : 05/02/2017
Age : 26


 [FOLIE] Si tu étais un Hachoir... Serais-tu moi? (ft. Flonne Hokusai) [TERMINER]

 :: Cimetière RPs
ft.
Flonne Hokusai
« Si tu étais un Hachoir... Serais-tu moi? »
Flip! Flap! Flop! Cervelle en jus! ♪




Je me contente de l'observer de mon œil gauche, de mon splendide iris rouge. La Toupoutite recule, recule, recule lentement mais surement. La peur! J'hume l'air provenant de sa direction au travers de mon masque ce qui crée un sifflement pervers. LA PEUR SENT SI BON! La peur est fascinante, percutante, intransigeante, malsaine et tellement incontrôlable. Certains disent la contrôler... MENSONGES! Personne ne contrôle sa peur ou alors c'est que la véritable peur lui est inconnue. Moi j'adore cette sensation, on se sent tellement vivant. Le Bétail est si limité mentalement. Il se crée des barrières d'une inutilité... des barreaux psychologique. Pourquoi se limiter ainsi? Il faut ouvrir sont esprit et laisser les émotions prendre une ampleur sans retour afin de bien en profiter. VIVRE! Vivre ses émotions, sensations, impressions et ressentis. Nul ne peut vous faire sentir plus vivant. Hormis la douleur mais quand on la ressent pas? On fait avec le matériel à notre disposition non? Si on fait comme ça.

Je m'approche lentement de la demoiselle. Dans une marche cadencer, balançant mon corps à droite, puis à gauche. Pied gauche posé, je penche à gauche, la tête se penche aussi à gauche, sauf que ma tête répète le mouvement plusieurs fois rapidement comme un automate détraqué. Ensuite, ça recommence mais à droite. Mon œil gauche est vivace, presque vivant, gesticulant dans tous les sens comme si il voulait se sortir de la prison qu'est mon orbite osseux. C'est magnifique, je suis un ART incompris et fascinant. A chaque fois que je me penche d'un côté j'émet un petit son de manière mélodique.


"Paruuum! ♪ ... Paruuum! ♪ ... Paruuum! ♪ ..."

Je suis l'artiste de l'horreur, le cauchemar inconcevable. Un démon, un être inimaginable si ce n'est dans de terrifiantes histoire? Nooooonn! Je suis là. Bien réel et je viens faire découvrir à la Terre des Airs ce que c'est que la vie, la vraie. Pas ce simulacre qu'ils vivent. Non Je suis la miséricordieuse vérité. La Vie est un JEU! La Mort un Jeu. Tout n'est qu'un jeu. Tout est un jeu? Quel vision bien éclairé. OUI! Je ne sens pas la douleur, c'est donc une bonne comparaison.

J'avance encore, mais je brise ma lenteur et accélère un instant pour m'approcher plus vite, pour surprendre avant de me remettre à avancer lentement. Seul mes "Paruuum" mélodieux et machinaux rompent mon silence. Ma nuque craque à chaque changement de côté. Mes bras pendants se balancent comme si j'étais une marionnette que l'on manipule depuis le plafond noircissant. Joue, Danse! Entre dans la ronde de mon esprit. Ouvre moi les portes de ta prison, laisse mon incommensurable liberté briser tes barreaux pour que tu répande mon merveilleux monde mental à tes connaissances! Je suis ta libération mais je ne suis pas une clé douce. NON! Je suis un CHAR! Et je défonces tout, écrase, détruit sans vergogne vos esprits. Peur, Terreur, paranoïa, schizophrénie, dédoublement de personnalité, hallucinations! Il ne faut pas leurs dire non, c'est tellement beau. SI BEAU!

J'avance une fois de plus rapidement. Je saisi alors les poignets de la femme. Je commence à l'entraîner dans une valse macabre. Fredonnant un air d'enterrement, c'est joyeusement jouissif! Le blanc de mon œil devient noir et je la fixe alors en marquant un arrêt alors qu'elle se retrouve maintenue contre moi, même si je ne force pas. Je la fixe de cet œil noir à l'iris rouge.


"Petite, petite, petite CHOSE. Buvons un café. Je veux un repas à la saveur de Caféine!" Siffle-t-il d'un ton séducteur, charmeur.

On me prend pour un fou? Mais qu'est-ce que la folie? Simplement un mot utiliser par les esprits confiné des Bétails. JE SUIS UN DIEU! Je suis la liberté! Je suis... je suis...

"Moi c'est Folie et toi?" rigole-t-il en lâchant la fille.

Je tourne sur place trois fois puis fait une révérence. Tel un aristocrate d'antan. Je suis la star des films que vous ne verrez qu'une fois dans votre vie, après quoi vous serez digirez par mon estomac divin.

Ok... j'ai rien dit jusqu'ici mais là! Même un foutue camisole de force ne suffirait pas. On sait comment disséquer un esprit? Non parce que là on a un cas d'études vous pensez pas?

Humain à don

Description
Avatar:
Pouvoir/Hybridité:
Âge:
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 81
Date d'inscription : 27/01/2017
Age : 25


 [FOLIE] Si tu étais un Hachoir... Serais-tu moi? (ft. Flonne Hokusai) [TERMINER]

 :: Cimetière RPs
détails
Le hachoir et la princesse
Who the fuck are you ?
ft. Le monstre de l'avenue commerçante
Ʃkaemp はは ™

Ok. Ce mec devient carrément flippant et je commence sérieusement à avoir la trouille. Il est très clair qu'il viens de la terre d'en bas, si non il ne serait pas si… étrange et effrayant ? Taré de service oui. JE n'aime pas le fait qu'il continue d'avancer vers moi, je n'aime pas le fait que la rue soit déserte, je n'aime pas le fait qu'il me regarde comme si j'étais un putain de morceau de viande qu'il attend tout simplement de bouffer tout cru. Je dois avouer qu'il me glace le sang cet énergumène…et je n'ai que moi, ma paire de ciseaux et mon pouvoir pour me défendre. Quoique mon pouvoir seul peut suffire à le mettre au plancher, mais encore faut-il que je sois assez près pour lui toucher le front… et je suis LOIN d'être sure de vraiment vouloir m'approcher de lui au final.
J'échappe un cri et je recule d'un bond lorsqu'il accélère le pas vers moi, me flageolant mentalement de montrer d'Autres signes de faiblesses. Il soit déjà voir et sentir que j'ai peur, pas envie de lui donner totale satisfaction à ce dégénéré. Ravalant ma peur comme je le peux, je resserre mes doigts sur mes ciseaux juste avant de sentir sa peau contre la mienne, ses doigts entourer mon poignet. Je retreint un frisson de dégoût et ouvre la bouche pour parler mais il m’entraîne dans une pseudo valse qui me soulève l'estomac et me donne envie de vomir. Étourdie, je met un moment à reprendre mes esprits une fois qu'il m'a lâchée et je pose ma mais libre contre mon cœur qui menace de sortir de ma poitrine tant ses battements sont puissants. J'ai la nausée, mon souffle est court et je sens la sueur froide dégouliner sur mon front alors que je m'incline vers l'avant sans répondre à ses provocations.

"Un repas à saveur de café" ? Ce fou veut vraiment me bouffer ?! J'ai le vertige, mais si je m'effondre tout de suite, tout sera fini et je ne reverrai jamais la lumière du jour. Paniquée, je me redresse du mieux que je peux, sortant ma paire de ciseaux de mon sac, mes doigts tellement serrés dessus que mes jointures on du blanchir.

- Je ne sais pas…qui tu es réellement, ni ce que tu veux, mais fiches moi la paix avant de le regretter… Ils m'appellent Douleur… ce n'est pas pour rien…

J'ai vraiment envie de vomir, mais je ne lui offrirai pas le plaisir de me pourchasser ou de m'avoir toute crue sur un plateau. J'ai survécu à pire…Je lui survivrai, ou je crèverai en me battant pour ma vie.

Please Hurt Me

Rang Yoshimo

Description
Avatar:
Pouvoir/Hybridité:
Âge:
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 120
Date d'inscription : 05/02/2017
Age : 26


 [FOLIE] Si tu étais un Hachoir... Serais-tu moi? (ft. Flonne Hokusai) [TERMINER]

 :: Cimetière RPs
ft.
Flonne Hokusai
« Si tu étais un Hachoir... Serais-tu moi? »
Flip! Flap! Flop! Cervelle en jus! ♪




J'hume l'air, encore et encore et le plus fortement possible. Créant à plusieurs reprise ce sifflement nasal pervers. Il a toujours un petit effet bœuf comme le craquement d'un œuf quand il rompt le silence. Elle a peur. Petite Toupoutite sait que je suis Moumandu. Son corps est crispé pendant notre resplendissante valse de rencontre. Je le sens, je le ressens. C'est exquis, c'est exaltant. C'est TOURMENTANT! Mais... Qu'avons-nous là? Qu'est-ce donc? Des ciseaux? Ils sont très jolies mais il y a un problèmes. Où, où est-il? Où EST-IL?! Mon œil devient totalement noir si ce n'est l'iris qui reste rouge et n'en ressort que d'autant plus.

- Je ne sais pas…qui tu es réellement, ni ce que tu veux, mais fiches moi la paix avant de le regretter… Ils m'appellent Douleur… ce n'est pas pour rien…

Mais que viens-tu de dire? Serais-tu suicidaire? C'est à ce demander qui est le plus fou des deux. Bordel on est vraiment pas aider par ici!

Je ne l'entend pas. La rage que cet instrument de souffrance qu'elle tiens si fermement ne soit pas parsemé de sang m’horripile. Elle n'a aucun respect pour les ciseaux? Il me faut comprendre ce stupide bétail, c'est d'un épuisant...

"Où est le sang séché sur ce merveilleux instrument de torture? POURQUOI IL N'Y EN A PAS?!" hurle-t-il d'un ton colérique.

A peine ai-je lancer cela que je prend conscience de ce qu'elle viens de dire... Douleur, douleur, douleur. DOULEUR! Je m'approche d'elle si près qu'elle peut sentir le souffle de ma respiration sur la peau de son visage malgré mon masque. Mon oeil visible fixé dans son oeil droit. J'empale ma main sur son ciseaux pour l'enjolivé, le rendre plus beau, plus comme il devrait l'être et tout en faisant cela je lui parle.

"Douleur... Racontes-moi ce que ça fait? Comment on se sent quand on a mal? Que pense-t-on lorsque l'on souffre? Est-ce aussi merveilleux que ce que le bétail dans ton genre laisse croire? Est-ce si joyeusement jouissif?" d'un ton plein d'intérêt.

Ma main traverser par le ciseaux touche la sienne, déversant mon sang sur la main de la femme. Mes doigts se repliant sur la main assassine de la femme. Je ne le sens pas, je le sens. Il est là, en travers de ma main, je le sens mais... rien. Cela ne me fait rien. Je veux savoir ce que je devrais sentir à ce moment précis. Que quelqu'un me fasse ressentir ce que tout le monde hormis moi peut déloyalement sentir.

Est-elle celle qui pourra me faire découvrir ce manque, ce manque que j'ai depuis le début de mon existence? Ce manque si perturbant, obnubilant et pourtant dérisoirement inutile tant je suis libre. Je suis pourtant appeler par la douleur. Elle me cherche, elle veut m'intégrer. A l'inverse je la maîtrise, c'est un outil, une compagne, une épouse que je manipule à ma guise et pourtant. POURTANT! Nous sommes si loin l'un de l'autre. Ce bétail, cette Toupoutite... Son nom est Douleur. Le Bétail l'appel Douleur. Est-elle l'incarnation de la douleur? Est-elle la réponses à ces années de torture de gens? La réponse à cette question récurrente?


"Si tu es réellement Douleur alors fait-la moi ressentir dès à présent et tu ne finira pas dans mon estomac." ordonne-t-il froidement.

Je tiens l'occasion! Peut-être cette rencontre était prédestiné. Cette merveilleuse valse. Ma venue! L'on m'avait dit que je trouverais de succulent repas aux saveurs incomparable. Que je pourrais découvrir la douleur. L'on ne m'avait pas menti pour les repas. J'étais sceptique et curieux mais on ne m'avais pas menti. Et me voilà face à Douleur. Apprend-moi. APPREND-MOI! Permet à mon esprit libre d'être plein! Je pourrais ainsi libérer celui des autres de la douleur! Les guider sur les pas du l'incommensurable liberté que mon esprit peut offrir. Je suis un prophète à qui il manque un morceau. Et ce morceau se tiens peut-être devant moi.

J'impose ma volonté par ma grandeur, je sers ma main traversé du ciseau sur la sienne. Je ne laisserais pas partir la potentiel réponse à cette immense question. Qu'est-ce qu'on ressent quand on a Mal?


Je crois qu'il est désormais trop tard pour toi habitante d'Ariesten...

Humain à don

Description
Avatar:
Pouvoir/Hybridité:
Âge:
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 81
Date d'inscription : 27/01/2017
Age : 25


 [FOLIE] Si tu étais un Hachoir... Serais-tu moi? (ft. Flonne Hokusai) [TERMINER]

 :: Cimetière RPs
détails
Le hachoir et la princesse
Who the fuck are you ?
ft. Le monstre de l'avenue commerçante
Ʃkaemp はは ™

À chaque fois qu'il ouvre la bouche pour parler, il m'horripile un peu plus et me glace le sang. Il est vraiment fou… bon à enfermer et encore, je ne sais pas si ce serait suffisant, il a l'air d'être passé le stade du guérissable… c'est en prison qu'il devrait se trouver… ou se faire jetter du haut de l'île serait-il plus efficace pour se débarrasser de lui ? J'ouvre la bouche pour parler, mais me bloque dans mon élan alors que son visage se trouve à quelques centimètre du mien, son souffle caressant perversement mon visage alors que je déglutis avec difficulté et que mon cœur s'emballe de nouveau, ma main tremblant autour du métal des ciseaux. Je ne comprend pas ce qu'il dit, ce qu'il tente de faire…jusqu'à ce que je sente ses doigts sur ma peau, sa main se refermer sur la mienne. Je n'ai pas besoin de regarder pour savoir qu'il vient d'empaler sa main sur mes ciseaux. Mes yeux se son écarquiller sous le choc, mes tremblements se sont arrêté et mon estomac s'est soulevé.

Ma tête tourne, il veut que je lui fasse ressentir de la douleur ? Mes ciseaux transperçant sa main ne sont-ils pas suffisant ?! Je sens la panique m'envahir alors que sa main se fait plus insistante sur la mienne et que l'odeur du sang devient plus persistante. J'ai envie de hurler, je dois me défaire de lui, je dois m'écarter, le faire me lâcher je dois… Par instinct de survie, ma main libre se soulève pour que mon indexe se pose sur son front, entre les yeux, juste à la limite de son masque. Terrifiée, j'envoie une décharge de mon pouvoir, la plus violente possible, si violente que mon estomac se soulève de nouveau. Si violente qu'avec ce ciseau en travers de la main c'est presque l'orgasme qu'il atteindra…

Je ferme les yeux sur le coup, contentant mon envie de vomir du mieux que je peux, espérant que ce soit assez pour qu'il me lâche et que je puisse m'éloigner de lui.


Please Hurt Me

Rang Yoshimo

Description
Avatar:
Pouvoir/Hybridité:
Âge:
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 120
Date d'inscription : 05/02/2017
Age : 26


 [FOLIE] Si tu étais un Hachoir... Serais-tu moi? (ft. Flonne Hokusai) [TERMINER]

 :: Cimetière RPs
ft.
Flonne Hokusai
« Si tu étais un Hachoir... Serais-tu moi? »
Flip! Flap! Flop! Cervelle en jus! ♪




J'hume d'une profondeur insondable la terreur de cette femme pitoyablement inutile mais qui me laisse un espoir d'achever ma quête de la Douleur. Ma main fini d'enserrer la sienne avec une ferveur fanatique comme si elle était l'idole d'un culte resplendissant et aveuglant. Douleur, douleur, DOULEUR APPRENDS-MOI TON UNIVERS! Je veux tout connaître, tout ressentir comme un réceptacle infini pouvant contenir l'intensité incommensurable de la totalité du panel des émotions et sensations que l'on puisse ressentir. Je ne suis pas vraiment complet. Je suis un apôtre, un inquisiteur de la Douleur, un bourreau d'exception, un scientifique de la souffrance, un artiste de la torture en tout genre. La Douleur est mon royaume et pourtant je ne la connais pas personnellement. Je n'ai jamais eu l'occasion de l'embrasser, de lui faire l'amour comme à une amante que l'on souhaite engrosser juste par obsession purement malsaine.  

Ok, là c'est le moment où tu va te pendre d'accord?

La frêle femme se débat, elle lutte, elle panique, elle est dans un état second. Les effluves que sont corps dégage m'amuse, m'excite, me donne faim. Je vois alors une main se lever dans les airs. Une main... Pathétique. Elle pose son index sur mon front. A la lisière de mon masque entre mes arcades sourcilières. Et ensuite? C'est donc sa réponse? Elle compte me faire ressentir la douleur en me caressant tendrement d'un doigt vulgaire? Ressent-elle le besoin de toucher le Divin?

"Alors Douleur?! Où est ma douleur promise? Où est ma leçon? Pourquoi me faire attendre? A quoi bon me caresser de ton doigt répugnant?! JE VEUX DE LA DOULEUR FOUTU BETAIL!" crache-t-il avec rage.

Pourquoi? POURQUOI? Cette saleté veut me refuser cette simple demande? Elle se croit trop bien par rapport à moi pour donner suite à ma requête si humble?... Inconcevable! Inacceptable! Intolérable! Inadmissible! Je hais lorsque le bétail s'autorise à se pensé supérieur à moi. Stupide créature inutile faite pour être dévorer vive...

Mais... attends, il me semble avoir déjà entendu parler que la majorité du bétail de la Terre des Airs à des pouvoirs, des pouvoirs qui se manifeste de bien des façons... Réfléchissons. Elle s'appel douleur, je lui demande la douleur et elle pose son horrible index sur moi... Mais oui! C'est comme ça qu'elle donne la douleur... Quel piètre Douleur, je ne ressens rien. C'est désespérant, le comble de l'ironie, un pur sarcasme vivant. Douleur ne peut me faire ressentir la douleur. Je rigole, je ris tel un dément en me rendant compte de ce fait. La douleur m'est donc interdite. Quel comble. Quel ignominie. Ils me punissent pour mon indescriptible liberté d'esprit en me privant de la douleur. C'est à mourir de rire, d'ailleurs je me tords littéralement de rire contre la femme.


Par Ying! Tu sais réfléchir? Comme quoi, les miracles existent.

"Je viens de comprendre, tu viens de me transmettre de la douleur en fait avec ton doigt. C'est... c'est tellement drôle! Je ne sens rien! Pas la moindre once de picotement, pas même un chatouillement. Inutile! Douleur, ta douleur ne m'atteint pas. Tu es ridiculement inutile." dit-il dans son fou rire.

J'ouvre la fermeture éclair de mon masque pour délivrer ma bouche. Je saisi ensuite de la main droite les cheveux de la femme après lui avoir mit à nue son épaule droite. Je tire par les cheveux vers la gauche. Esquissant un sourire je lui susurre.

"Laisse-moi t'apprendre ce qu'est la douleur petit bétail."

Je viens vivement coller mes lèvres ouvertes contre la peau de la femme. Ma splendide dentition pénètre la peau, traçant son chemin dans la chaire, déchirant tout sur son passage. Je fini par faire rejoindre les dents supérieurs et inférieur dans un "CLAC" bruyant et tire un coup sec pour récupérer le morceau de l'épaule que je viens de prendre. Je retire ma main empaler du ciseaux pendant que j'ai agit. Je me sépare d'elle en mâchant sa chaire. Le sang coule. Je lui flanque un grand coup de pied dans le ventre dans le but de l'envoyer sur le sol.

"Le bétail ne devrait pas prétendre pouvoir offrir ce qu'il ne peut pas. Tu es tellement inutile que je ne vois même pas l'intérêt de continuer à te grignoter. Profite de ta vie vide de sens, un jour. Oui un jour je viendrais reprendre le repas que tu es, d'ici là, continue à errer sans but." lance-t-il menaçant et d'un ton pourtant totalement indifférent.

Je me tourne en fermant la fermeture éclair de mon masque et je me faufile rapidement vers une ruelle sombre non loin. Je n'ai pas l'intention de me faire prendre par les dictateur de cette île. J'ai encore beaucoup de leçon à donner aux bétails peuplant cette terre d'ineptie.

Je suis la Personnification de l'Horreur la plus pure et je vais vous faire comprendre que la réalité est terriblement mouvementé malgré les blasphèmes de joie dont votre dieu stupide pense qu'il faille vous maintenir. Votre vie est une illusion, j'en suis le remède.


Humain à don

Description
Avatar:
Pouvoir/Hybridité:
Âge:
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 81
Date d'inscription : 27/01/2017
Age : 25


 [FOLIE] Si tu étais un Hachoir... Serais-tu moi? (ft. Flonne Hokusai) [TERMINER]

 :: Cimetière RPs
détails
Le hachoir et la princesse
Who the fuck are you ?
ft. Le monstre de l'avenue commerçante
Ʃkaemp はは ™

Rien… il ne se passe RIEN, si ce n'était que ce fou furieux qui s'égosille devant moi en me hurlant dessus parce que je ne lui ai pas donner ce qu'il voulait. POURQUOI ?! Mes yeux s'écarquillent dans l'incompréhension. Je lui ai tout donner ou presque… un peu plus et ce sont mes sens qui s'envolent, pourquoi ça ne fonctionne pas ?! Pourquoi ne ressent-il rien ? C'est la panique pure et simple qui s'empare de moi alors que je me met à trembler désespérément, les larmes ruisselant sur mes joues alors qu'il ne reste rien en moi de plus que le mot "pourquoi". J'ai envie de hurler, de lui arracher la main de…

J'échappe un hoquet de terreur alors que sa main se referme dans mes cheveux. Qu'est-ce qu'il va me faire, qu'est-ce qu'il veut dire par m'apprendre la douleur ?! Je sais DÉJÀ ce que douleur veut dire ! JE me débat faiblement en le voyant approcher de moi, puis l'air se bloque dans mes poumons alors que ses dents se plantent dans ma peau. J'ouvre grand les yeux et je lâche un hurlement à m'en fendre la voix avant de rouler les yeux vers l'arrière alors qu'un frisson de plaisir parcourt ma colonne vertébrale et couvre ma peau de chair de poule. Le choc est brutal.

Je tombe au sol et me tape le crane contre le béton du trottoir. Si j'ai de la chance, je ne m'en sortirai pas, il me tuera… J'ai du mal a respirer, j'ai envie de vomir, mais surtout, je veux que tout cela se termine. J'échappe un gémissement entre douleur et plaisir alors qu'il me parle, mais je ne comprend rien, ses mots n'ont plus aucun sens, je sens la noirceur autour de moi. J'entends des bruits de pas qui s'éloignent. Il me laisse là… il me laisse là SEULE.

Je vais mourir sur le bord de la route, au bout de mon sang… agoniser entre douleur et plaisir, sans savoir à quoi m'en tenir, à me détester d'avoir été si faible. Dans un dernier élan de désespoir, je soulève ma main, celle dont l'épaule est toujours intacte, et je referme mes doigts de façon à pointer mon index que je pose dans mon front, entre mes sourcil, m'envoyant une décharge de mon pouvoir avec ce qui me reste d'énergie. Brutal et délicieux à la fois, j'échappe un cri étouffé dans un sanglot avant de laisser ma main retomber sur le sol. Plus rien… je ne ressent plus rien. Continuant de sangloter, je me laisse aller au néant qui m'ouvre les bras.


Please Hurt Me

 
[FOLIE] Si tu étais un Hachoir... Serais-tu moi? (ft. Flonne Hokusai) [TERMINER]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [FOLIE] Si tu étais un Hachoir... Serais-tu moi? (ft. Flonne Hokusai) [TERMINER]
» Si j'étais ... je serais ...
» Si j'étais... je serais...
» Si j'étais..., je serais...
» Si j'étais... Je serais...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ariesten :: Cimetière RPs-
Sauter vers: