Invité


 Don't play with the fear ♦ Privé Lovely P.

 :: Cimetière RPs
Don't play with the fear
« My mind's like a deadly disease and it's threatening you. »

Plusieurs cercles pourpre la transperça avant qu'une lueur de cette même couleur émane de son corps. Elle ne sentit rien et ne vu rien, son comportement commençait simplement à changer. Elle semblait d'un coup bien plus paniquée qu'elle ne l'était quelques secondes auparavant. C'était compréhensible quand on savait qu'elle voyait et sentait des insectes grouillés dans tout son corps, se déplaçant sous sa peau. Elle hurlait paniquée, grattait sa douce peau blanche laissant de fine lignes blanches à chaque passage. Rapidement sa peau prit une teinte un peu plus rosée, à ce moment là je pouvais facilement deviner que ses bras commençaient à lui brûler. Elle était tellement paniquée, incapable de comprendre ce qui lui arrivait que des larmes vinrent au bord de ses yeux avant de rouler le long de ses joues. Cette scène m'arrachait un long rire sadique, elle le méritait. Tout ça, toute cette peur qui la rongeait intérieurement, elle l'avait bien cherché ! Elle m'avait cherché et maintenant elle regrettait !

Je cessais d'user de mon pouvoir, tout s'arrêta brusquement et elle s'écroula sur le sol toujours choquée. Elle regardait ses bras qu'elle avait tant griffés, je la voyais tremblée et un large sourire illuminait mon visage. J'étais assez satisfaite, je vins sous la lumière ocre du lampadaire en saluant la jeune femme aux cheveux noirs. Celle-ci se releva avant de me répondre en crachant au sol, non loin de moi. Je fronçais les sourcils, mais avant de pouvoir dire ou faire quoique ce soit elle disparut dans l'obscurité de la nuit. La garce ! Heureusement pour elle que je n'étais pas d'humeur à la poursuivre, de toute façon elle m'avait déjà amusée pour la soirée. Je ne comptais pas encore user de mon pouvoir, qui sait qu'elle cicatrice allais-je gardée sur mon corps et pour combien de temps ? Je ne savais pas, mais sa terreur n'avait pas durée assez longtemps pour que je commence à en craindre les conséquences.
FEAT. LOVELY P. ALLEN
© ASHLING POUR LIBRE GRAPH'


Invité


 Don't play with the fear ♦ Privé Lovely P.

 :: Cimetière RPs

img_entete
Don't play with the fear
Don't mix Fear and Empathy!
Feat: Lovely P. Allen & Darcy Ariadness
Je suis dans l’un des cafés de la rue commerçante avec ma meilleure amie Alice. L’ambiance y est chaleureuse et accueillante. L’heure tardive permet aux clients de profiter pleinement de la salle. Les fauteuils en cuirs bruns permettent le confort tandis que la musique reste à peine perceptible tant il y a de personnes. Le tout est baigné dans une lumière orangée teintée de rouge.

Je suis assis à ma table, face à Alice et Ethan (le copain d’Alice). Je viens d’arriver, quinze minutes en retard, après un rendez-vous qui a duré plus longtemps que prévu. Je m'assieds en vitesse tout en apercevant le visage d’Ethan. Il n’est pas content, mais cela se comprend si l’on prend en compte qu’il ne m’a jamais aimé et que je ne suis pas à l’heure. Pourtant, l’amour qu’il éprouve pour ma meilleure amie est sincère et c’est tout ce qui m’importe.

"Un client bavard ?"

"C'est ça!"

Instinctivement, je lui souris. Je ne lui mens pas après tout. Pourtant, ce sourire donne naissance à une rancœur de la part de l’homme avec nous qui daigne me faire un faux sourire. Peut-être ne m’a-t-il toujours pas pardonné la faute de l’année dernière. Celle où j’ai, accidentellement, oublié l’heure et que je me suis pointée à la fin du rendez-vous.

"En passant, joyeux anniversaire Alice, dis-je en tenant à mon amie le cadeau soigneusement emballé dans du papier beige et bleu pâle avec des motifs représentant des hiboux. Le tout sur des tons pastelles."

Alice possède un tempérament calme, mais lorsqu’il s’agit d’un cadeau, elle ressemble à une gamine de trois ans comprenant pour la première fois ce que signifie Noël. Elle est belle à regarder, arrachant le papier pour y découvrir le trésor qu’il protège.

"Tu l’as trouvé ! Comment tu as fait ?"

C’est un livre, d’une édition très rare. Un original pour être exact. Alice est une mordue de la littérature en tout genre.

Disons que mon métier m’apporte des contacts."

Sautillante, elle se lève pour venir me faire une étreinte et je ressens alors toute la joie qu’elle me transmet. C’est plaisant ses petits moments et Alice le sait bien. Par contre, Ethan me fusille du regard ce qui remet mon niveau de joies à son niveau initial.

"Ho ! Et on va se marier aussi !", me lance Ethan avec un sourire narquois que sa futur femme n’a pas le temps de voir.

"Ethan !, dit-elle en frappant amoureusement le ventre de celui-ci, JE devais le dire."

"Tu aurais pris toute la soirée de toute façon ! Et puis, Lovely est quelqu’un de pressée non ? Elle n’a pas d’autres clients ?"


Je souris bêtement, ce qui calme le couple. Je suis heureuse pour Alice, même si, au fond, j’ai l’impression que le médecin n’est peut-être pas le bon choix. Oui, je suis jalouse de lui. J’aurais souhaité être à sa place, mais Alice ne voit en moi qu’une amie. C’est aussi pour cela que je ne lui ai jamais avouée ce que je ressentais réellement pour elle.

"Mes félicitations ! C’est prévu pour quand ?"

"On n’a pas encore fixé la date !"


Elle est heureuse. Alice. Pas besoin de don pour le percevoir. Je n’en ai rarement besoin d’ailleurs. Pourtant, ça me laisse un poids sur le cœur. Heureusement, mon amie et son fiancé ne sont pas doués pour lire à travers les gens.

La soirée se passe bien, jusqu’à ce qu’une femme apeurée et hystérique hurle à l’extérieur qu’elle venait de se faire agresser dans une ruelle. Beaucoup de clients se mirent à rire, croyant qu’elle était tout simplement sous l’effet de psychotropes.

"Je vais allez voir!"

(…)

Je suis en direction de mon petit logis, mon petit cocon familial dont je suis la seule propriétaire. Je venais de terminer de calmer la jeune femme à l’aide de mon don et Alice était repartie toute heureuse dans les bras de son fiancer. L’une des lumières du lampadaire était brisée, elle ne fonctionnait que de façon intermittente, comme l’avait mentionnée la jeune femme. Sans compter le son grisonnant de l’électricité parcourant mal les fils. Puis, je continue mon chemin tout en continuant de réfléchir à ce que venait de m’annoncer Alice. Son mariage avec Ethan et tout ce que j’aimerais lui dire et dont j’étais incapable. Pourtant, j'observe du coin de l'oeil, depuis un bon moment, une jeune femme correspondant à la description que m'avais donné la pauvre victime apeurée. Intérieurement, je rage pour cette femme ayant souffert au point que mon don ne puisse complètement l'apaiser.

"Ho ! Pardon ! Je suis vraiment navrée … j’étais tellement absorbée que je ne vous ais pas vu !"


Mains sur la bouche.
Expression de surprise sur le visage.
J’avais réellement l’air stupide.
Pourtant, tout était prévus.
Il faut parfois faire face à ses peurs pour permettre aux autres de comprendre.


Dernière édition par Lovely P. Allen le Sam 4 Fév - 0:44, édité 1 fois
Invité


 Don't play with the fear ♦ Privé Lovely P.

 :: Cimetière RPs
Don't play with the fear
« My mind's like a deadly disease and it's threatening you. »

Une silhouette aussi claire que la neige se dessina au bout de la ruelle sous une fine lumière dorée issue d'un lampadaire. Je disparus de la lumière ocre pour me diriger vers l'inconnue, le cœur de la ruelle n'était pas éclairé contrairement à ses extrémités. J'étais toujours vêtue de mauve, mais dans cette obscurité distinguer les couleurs était une tâche assez compliqué. Cependant, on pouvait remarquer sans mal que je portais un sarouel avec un haut troué au niveau des épaules dont les manches tombaient jusqu'à mes genoux. J'avais des bottes dont le talon me rajoutait une dizaine de centimètres.

« Ho ! Pardon ! Je suis vraiment navrée… j’étais tellement absorbée que je ne vous ais pas vu ! »

Elle venait de sursauter en me voyant, ses mains étaient placées sur sa bouche comme pour stopper un cri de surprise qu'elle n'eut pas réellement. Je lui affichais un sourire amusé accompagné d'une légère lueur d'hypocrisie dans le regard.

« Ce n'est pas grave. »

Dis-je poliment avant de détailler un peu plus l'inconnue du regard. Elle avait de long cheveux blancs ce qui la rendait assez lumineuse et un peu plus voyant que moi qui me fondait sans problème dans l'obscurité. Ses traits de visages étaient assez fins ce qui lui donnait un air assez doux, bien plus que moi.

Je repensais à cette autre garce, je savais qu'il y avait un bar non loin d'ici et le fait de m'imaginer ce qu'elle avait put faire m'amusait autant que ça m'amusait. Cependant, il ne semblait rien avoir de spécial, la nuit était redevenue calme après ses cris d'effrois. Je pensais que si on l'avait vu, elle avait juste réussit à se faire passer pour une folle. Rien de plus. Après tout qu'est-ce qu'elle avait put dire d'autre que raconter qu'il y avait des insectes sous sa peau quelques minutes auparavant ? C'était absurde !
FEAT. LOVELY P. ALLEN
© ASHLING POUR LIBRE GRAPH'


Invité


 Don't play with the fear ♦ Privé Lovely P.

 :: Cimetière RPs
Spoiler:
 

img_entete
Don't play with the fear
Don't mix Fear and Empathy!
Feat: Lovely P. Allen & Darcy Ariadness
De simples mots.
De simples gestes.
De simples silences.

Se sont parfois que de simples mots qui font toutes la différence, mais parsemé de silence, cela forme souvent dans l’esprit des autres le doute. Un simple et poli, « Ce n’est pas grave ». Sans plus, sans moins. Selon les dires de la victime, la femme face à moi n’était qu’un monstre cherchant le mal autour d’elle. Je ne voyais qu’une femme seule prête à quitter les lieux sans le moindre anicroche. Cela me rappelait Ethan, souhaitant que je quitte la vie de sa future femme.

"Non, je suis vraiment désolée. J’étais complètement distraite. Imaginez ce qui aurait pu m’arriver si vous étiez une voiture ?"

Je venais de réaliser à quel point ma comparaison était stupide. Je venais de comparer la jeune femme à une voiture. Aussi bien tout de suite lui dire qu’elle prenait la place d’un éléphant sur le trottoir (ce qui n’était pas le cas naturellement).

"Ce n’est pas ce que je désirais dire, vraiment navrée. Je ne voulais pas vous comparez à une voiture … c’est juste que, une voiture aurait eu plus d’impact que te foncer sur une personne."

Je reprends tranquillement mon calme, laissant la jeune femme continuer son examen sur ma personne. À croire que j’étais une lumière ambulante lors des nuits sombres.

 
Don't play with the fear ♦ Privé Lovely P.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Enfin.... : Passage en Free to Play « imminent » en Europe
» 05. The games we play
» Nouvelle structure de la Partie Privée
» Guide pour étoffer votre rôle-play
» Nano. Role Play !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ariesten :: Cimetière RPs-
Sauter vers: