AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Ce soir, c'est moi qui fais le dîner [Aza et Temp]
Invité
Mer 7 Déc - 14:33
Elle était là, dans l’ombre de la ruelle. Animal repliée sur elle même, humaine, et pourtant bien sauvage. Attendant que la nuit tombe pour embarquer ce chien bruyant. Pour l’égorger loin des regards, et en faire son dîner. Il aboyait, mais attaché à ce lampadaire, on aurait cru que c’était contre les passants qui le dévisageaient. Tempérance savait quand à elle, que c’était parce qu’il avait sentit sa présence. Qu’il mordait sur sa laisse en cuir pour tenter de s’enfuir, qu’il hurlait pour la dissuader de l’attaquer. Son agitation n’avait pour cause que la peur qu’elle engendrait en lui. Rien de plus. Et pourtant, elle allait le tuer. Dès que les passants se feraient plus rares, elle l’embarquerait. Loin, très loin de son véritable propriétaire.

C’était le crépuscule, la jeune femme n’avait donc pas à attendre longtemps. Les gens n’aimaient pas la nuit, ils commençaient déjà à se presser. Rentrer le vite possible chez eux, pour tenter de se mettre en sécurité. Le noir était synonyme de bien des choses, après tout, les monstres rodaient dedans. On le leurs répétait depuis qu’ils étaient enfants. Même involontairement, c’était ancré dans leurs inconscients. C’était le chasseur qui le lui avait appris. Alors, suivant ses enseignements, Tempérance n’avait qu’à attendre. Bientôt, elle pourrait cueillir cette chose gigotante sans que personne ne s’en rende compte. Sans que personne ne vienne la réclamer.

De longs instants plus tard, elle sortit de sa cachette, protégée par l’obscurité. Ce fut à ce moment qu’en tirant, l’animal réussit à casser sa laisse. Courant en sens inverse, il tenta de s’enfuir, et cru un instant pouvoir y arriver. Mais la sauvage, sortant son bolat de l’emplacement prévu à sa ceinture, le lança sur lui. D’un geste souple du poignet, elle atteignit le chien à dix mètres d’elle. C’est dans un craquement sinistre qu’il s’écroula, un gémissement franchissant ses babines retroussées. Tempérance venait assurément de lui briser les pattes arrières, là où son arme fatale avait frappée.

Sans aucune émotion, elle avança vers lui. Plus elle se rapprochait, plus l’animal pleurait. Cela ne durerait plus qu’un instant. Lui retournant la tête, la jeune femme lui brisa la colonne vertébrale. Une mort rapide, pour pas plus ne le faire souffrir. Le prenant par les pattes, elle le jeta au dessus de son épaule. Il était temps de s’éloigner. De partir, avant que quelqu’un ne la remarque. Et pourtant, en ce retournant, la demoiselle sentit un frisson glacé parcourir son échine, il y avait déjà un témoin. Gardant un semblant de calme, elle passa devant lui, le dépassant sans rien montrer de son agitation. Faire comme si de rien n’était, rester tranquille. Oui, si cela se trouvait, la peur et la curiosité allait s’emparer de cet inconnu. Si cela se trouvait, il resterait choqué, et n’en parlerait que le soir à sa famille. Trop occupée à marcher droit, elle ne remarqua pas son apparence. Elle ne remarqua pas les détails qui, en temps normal, l’aurait inquiétée.
Ce soir, c'est moi qui fais le dîner [Aza et Temp]
Hybride
avatar
Messages : 41
Date d'inscription : 19/11/2016
Mer 7 Déc - 15:26


Pas de problème boule de poile, je ne comptais pas faire la cuisine de toute façon~

Tu ne savais que faire. Aujourd'hui étais un jour sans. Rien n'allais comme tu voulais, un client s'était ramené avec la somme qu'il te devais mais SANS les intérêt, tu l'as tendrement forcé à te remboursé en prenant ses bijoux de mariage et la chaîne en or qu'il portait qu'il avait récupéré de sa mère à ce jour décédé, tu avais froid, tu n'avais pas le temps d'aller au lac et surtout pas l'envie. Tu ne voulais rien faire, rien entendre et surtout ne voir personne mais voilà que alors que tu étais tranquille dans ta boutique quand un chien Ariestenien se mit à aboyer d'une manière totalement casse-pied. Tu voulais lui faire la peau mais bon, ce n'est qu'un chien, cela te ferais perdre ton temps... Tu n'as pas que cela à faire après tout. Ce n'est qu'un vulgaire clébard qui n'a rien à faire dans ce monde et si c'est un hybride... C'est encore pire. La nuit tombait, tu le voyais de la fenêtre de chez toi... Alors tu décida de sortir faire la fête au chien qui te les brisaient. Tu restais caché dans les ruelles. Tout comme une certaine personne que tu n'avais jamais vu. Une jeune femme et, vu son magnifique physique, cela ne peut-être qu'une terrienne. Tes yeux passèrent sur le corps de la jeune femme, peu habillé, laissant voir un ventre plat, des formes voluptueuse mais... Ce qui gâcha le tout, ce fut les oreilles de chat sur sa tête.. Ah. Un félin. Ça casse tout. Elle scrute le chien et toi tu reste planqué bien plus loin.

Quand elle passa à l'action, tu regardais le moindre de ses mouvements. C'est clairement une terrienne. D'ailleurs. OH! Elle t'as remarqué. Mais elle t'ignore. D'ailleurs, elle a laissé du sang partout par terre... L'odeur allait attiré les gens.
 

▬ Et toi. Tu veux pas partager? Je voulais aussi tuer ce cleb's qui me les brisaient. De toute façon, entre terrien, tu peux bien me faire cela non?

Pendant que tu parlais, tu pris ta forme semi-animale prendre le dessus, tes yeux étaient devenus tout blanc, ta peau remplacée par des écailles blanches avec des runes couleur sang, tes tentacules avec le bout lumineux poussèrent et bien sur, tes crocs ainsi que ta langue de serpent. Tes tentacules vinrent s'enrouler autours du cadavre du chien et les petites lumières roses et bleus s'allumèrent. D'un point de vue humain, cela serait mignon l'atmosphère qui se dégageait de ces petites lumières qui envoyaient vos deux ombres et celle du cadavre qui était soulevé sur le mur en face de vous. Tu retira ta partie de masque avant de lui sourire. Ta partie difforme eut un sourire malsain et ta partie à peu près humaine avait un grand sourire.
 

▬ Ou alors tu veux venir chez moi pour qu'on se le partage?~
© By Halloween sur Never-Utopia

Ce soir, c'est moi qui fais le dîner [Aza et Temp]
Invité
Mer 7 Déc - 16:18
Tempérance s'arrêta, se retournant doucement. Un monstre blanc lui faisait face. Pas l’humain qu’elle avait croisée, mais sa forme à moitié transformée. Blanc, incroyablement blanc dans cette obscurité. C’était comme s’il attirait la lumière et la renvoyait. Cette vision avait de quoi étonner. Surtout si l’on considérait les méchants crocs qu’il arborait maintenant fièrement, ses longs appendices qui s'enroulait autour de son épaule, la délestant de sa précieuse marchandise. La jeune femme n’était pas stupide, du moins, pas autant qu’on pourrait le croire. Elle savait quand sa sécurité était menacée, et là, c’était clairement le cas. Tempérance avait beau être le roi de la forêt, pour l’instant, et temps qu’elle se contrôlait, ce ne serait pas le cas. D’un coup d’épaule, elle fit donc descendre la carcasse, la laissant aux bons soins du personnage qui continuait à lui faire face.

Quand il retira son masque, Tempérance ne tiqua pourtant pas. C’était moche, il fallait en convenir, mais des monstres qu’elle avait vu, ce n’était clairement pas le plus horrible. A force de marcher sur les routes terriennes, elle en avait vue, des choses. La peur ne faisait donc pas parti de son vocabulaire, du moins, pas pour les êtres qui lui ressemblaient un temps soit peu. Elle partageait le même fardeau, un dégoût ou une quelconque pitié serait malvenue, n’importe qui en aurait convenu. La jeune femme se contenta donc d’ hausser un sourcil interrogateur face à son sourire. Ignorant les tentacules roses, ou les runes couleur sang.

- Je n’ai pas d’allégeance particulière envers les terriens, mais soit, je ne refuse jamais un repas à quelqu’un qui a faim.

Quand il parla de venir manger chez lui, Tempérance ne le sentit vraiment pas. Elle si arrogante, si fière, n’aimait pas se sentir dictée ses faits et gestes. Pourtant, c’était bien un ordre qu’il crachait, sous ses airs de fausse modestie. Ces choses là se ressentaient, et l’instinct de la demoiselle n’était pas dupe une seule seconde. Pourtant, alors qu’elle allait le rembarrer. Lui dire de le manger seul, quitte à devoir se transformer, la demoiselle entendit des voix. Des gens approchaient, et se faire attraper était pour elle hors de question. Les amis du chasseurs la retrouveraient, elle en était sûre. Ce n’était qu’une question de temps, temps qu’elle essayait de rallonger comme elle pouvait. Alors, la perspective d’un simple dîner devenait un peu plus alléchante. De sa voix rauque, un peu féline, elle lui demanda.

Ou habites-tu l’écailleux ?
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Oksa, tu nous fais un petit coucou ce soir ?
» Hier soir sur ARTE... un téléfilm anglais super intelligent
» La patagonie sur Thalassa ce vendredi soir 26 nov
» Un soir de pleine lune
» Je fais mon choix, je vais supporter .....le 28 Novembre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ariesten :: Cimetière RPs-
Sauter vers: