AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Il y a des choses que l'on ne peut pas savoir... [PV Kerry]
Dérivé
avatar
Messages : 109
Date d'inscription : 20/01/2016
Age : 16

Description
Avatar: Nakigitsune > Touken Ranbu
Pouvoir/Hybridité: Renard Polaire
Âge: 19 ans
Sam 19 Nov - 21:34

Saoki
Kangai
Il y a des choses que l'on ne peut pas savoir...
"Pense-t-il à moi de là-haut?"
Le temple... Saoki n'y va que très rarement. Pourtant, il croit en Ying comme si c'était son père, il est prêt à tout faire pour lui. Après tout, c'est grâce à Ying si il est en vie aujourd'hui. Car en 8 ans de vie dans la rue, il est facile de mourir, de faim, de froid, de soif, d'un assassinat ou autre... Il y a tellement de manière de mourir dans la vie de tout les jours... Mais non, quand il allait au plus mal, Ying lui envoyait de l'aide, il le savait. Soit une personne arrivait vers lui quand il est assoiffé, quand il a vraiment faim, il y a le marché ou alors sa chasse est fructueuse... Il le sait, Ying l'aide partout où il est, Ying est comme un père pour lui, bien qu'il ne l'ait jamais vu, il y croit dur comme fer.
Mais pourtant le petit renard ne vient pas seulement le remercier... Il vient s'excuser aussi... S'excuser de plein de chose. De ne pas avoir pu prendre de douche avant d'entrer dans le temple, s'excuser d'avoir blessé un animal, un homme et surtout... S'excuser d'être violant durant ses crises, s'excuser d'être un dérivé bien qu'il n'y puisse pas grand chose... Il déteste cela. C'est une punition et chaque matin, il se réveille en espérant s'être transformé en hybride simple, ceux qui se contrôlent... Mais... Tout les soirs il déprime d'avoir encore fait une crise... Ses crises sont de plus en plus fréquentes... Il a de plus en plus faim, de plus en plus froid... L'hiver est là et les denrées se font rares... Mais Ying ne l'abandonnera jamais...


-Pas vrai? Tu ne m'abandonneras jamais hein...


Sa voix se répercutait sur la façade de bâtiment car oui, il prie en dehors. Il ne peut pas se laver et il marche tout le temps pied nu, il n'allait tout de même pas salir la maison de son Père! C'était impensable pour lui! C'est pour cela qu'il était à genoux, sur les marches du magnifique temple, la couverture sur ses épaules, ses pieds nus qui se serraient à cause du froid, ses petites mains jointes l'une contre l'autre et son visage fermé tellement il est concentré. Il vient rarement mais quand il vient, il reste comme cela une ou deux heures, le temps qu'il soit complètement satisfait de sa prière. Quand il eut fini, il s'inclina, posa ses lèvres sur la dernière marche avant de se lever. Il descendit doucement l'escalier enneigé et il s'y assit, posant sa tête contre la rambarde. Il fait tout le temps cela, il s'assied et il regarde le ciel, se posant milles et unes questions... Est-ce-que Ying entend ses prières même si il ne vient pas souvent au temple? Est-ce-qu'il va réussir à manger aujourd'hui? Est-ce-qu'il aura très froid? Toute ses questions, généralement, il se les posaient en s'endormant. Alors il s'enroula dans sa couverture, laissant juste sa tête dépasser et il ferma ses yeux dorés. Il était rassuré si il s'endormait ici, il n'allait pas mourir de froid et rien ne pourrait lui arriver... Son "Père" le protège.
Kerry
Escobar
Il y a des choses que l'on ne peut pas savoir... [PV Kerry]
Humain
avatar
Messages : 62
Date d'inscription : 13/11/2016

Description
Avatar: Lance; Voltron
Pouvoir/Hybridité:
Âge: Dix-neuf ans
Ven 25 Nov - 15:56




CES CHOSES QU'ON NE SAIT PAS
feat. saoki

Tu n'es pas plus croyant que cela, Kerry, car pour toi la chose la plus importante n'est guère la métaphysique, mais les astres qui peuplent le ciel. Il pourrait y avoir un dieu ou plusieurs que tu ne sais pas si tu pourrais y croire, si tu pourrais comprendre. Parce que tu ne comprends. Tu n'as jamais compris. As-tu fait quelque chose de mal, dans ta vie ou dans une autre ? Car s'il y a un être supérieur, il est sans aucun doute la raison de ta faiblesse, de ton être. Si Ying existe bien, écoutant les nombreuses prières, alors il est forcément la raison de ton humanité si pure, si faible, morose et pâle. Alors, quand tu viens au temple, Kerry, c'est rarement pour prier. Il t'arrive de te plaindre, parfois, d'essayer de comprendre. Et puis, tu te rends compte que tu parles tout seul, que tu n'auras pas de réponses. Alors, tu te tais et repart, avant de pester contre le monde lorsque tu es enfin loin des regards. Les autres fois où l'on t'aperçoit dans ces alentours, c'est bien souvent le soir, à l’affût d'un peu de hauteur lorsque le ciel se dégage de tout nuage. Ces soirs-là, tu t'installes sur les marches et tu attends, silencieux, le regard qui se noie dans l'étendue infinie du ciel nocturne.

Aujourd'hui, tu étais venu pour te plaindre, sans doute, bien que tes raisons étaient sans but. Peut-être resterais-tu assez longtemps pour observer le couché du ciel qui se faisait de plus en plus près. Ah, l'hiver. Malgré les températures glacées que tu supportes bien mal, tu ne peux pas t'empêcher d'aimer cette saison. Tu te lèves aux aurores le matin, avant même que le ciel ne soit visible à l'horizon, et tu t'endors sans même t'en rendre compte, tourné vers la fenêtre à côté de ton lit, le télescope toujours pointé en sa direction. Sans cela, tu ne supporterais pas le ce froid. D'ailleurs, cela explique probablement le monstrueux manteau que tu portes, si épais que l'on te donnerait facilement vingt kilos de trop. Tes mains profondément enfouies dans tes poches sont tout de même protégées par des gants, et ton nez s'est niché dans ton énorme écharpe. Et, comme si cela ne suffisait pas, tu avais rajouté un bonnet en plus de tout cela, pour ne pas que tes oreilles brûlent, ne gèlent. Et pourtant. Pourtant, tu trouves toujours le moyen de te plaindre, de dire que tu te les cailles, qu'il fait trop froid, que tu n'aurais pas du sortir ou d'autres choses dans ce genre.

Mais tes plaintes sont dénudées de sens, Kerry. Elles sont même horribles. Cette température glaciale n'est rien comparée à celle que certains ressentent. Cela, tu te rends bien vite compte, alors que tu arrives devant les nombreuses marches du temple. Tu as même le cœur qui se resserre, coupable. Et pour être sincère avec toi-même, tu ne sais pas si la personne en face de toi est morte. Cela te met mal à l'aise, d'ailleurs, car tu es soit en face d'un cadavre, soit en face d'une personne probablement frigorifiée alors que tu dois être la personne la plus couverte en cet hiver. Il y a ton regard qui fuie, qui tente d'accrocher un détail autre que l'état défavorable que tu remarques. Tu n'as même pas pris le temps de chercher à voir le visage en face de toi, à savoir si tu connais ou non cette personne. Tu es trop mal à l'aise pour ça.

Pourtant, tu racles ta gorge, comme pour signaler ta présence, et tu oses même faire un pas en avant, les yeux toujours perdus dans le décors, ne sachant pas si on bouge en face de toi; si on te tue du regard pour oser te montrer ainsi, comme si tu narguais le monde. Mais il n'en est rien, Kerry. Tout ce que tu cherches à faire, c'est de vérifier que tu ne seras pas la cause d'une mort stupide. Alors, tu poses une question, d'une voix gênée. Eh, tout va bien ? Et c'est stupide, c'est mal formulé. Bien sûr que non, ça ne va pas. Alors en cet instant précis, si tu avais un peu plus le courage de le faire, tu irais t'enterrer vivant dans la neige.
Il y a des choses que l'on ne peut pas savoir... [PV Kerry]
Dérivé
avatar
Messages : 109
Date d'inscription : 20/01/2016
Age : 16

Description
Avatar: Nakigitsune > Touken Ranbu
Pouvoir/Hybridité: Renard Polaire
Âge: 19 ans
Mar 20 Déc - 11:30

Saoki
Kangai
Il y a des choses que l'on ne peut pas savoir...
"Pense-t-il à moi de là-haut?"
Il fermait les yeux dans sa bulle de chaleur fictive. Il avait l'impression d'être un enfant et que Ying, son Père, le berçait tranquillement au chaud dans une grande maison... Snif... Tiens, tu pleurs... Pourquoi? Pourtant tu n'es pas triste...Ah si. Pourquoi tu dois être à la rue? NON! Sao! Reprends-toi! Tu es à la rue car cela faisait moins à payer pour tes parents... Tu le sais cela...Tu as l'impression de revoir tout le fil de ta vie... Tu avais entendu dire qu'avant de mourir on revoit toute sa vie...
Il se revoit entouré de son père et de sa mère, tout les deux souriants, lui servant des chocolats chauds en hiver, des fondues de chocolat, tu adorais cela! La décoration du sapin de Noël, quand ton père te mettais debout sur ses épaules pour que tu puisses mettre l'étoile au sommet... Tu te recroquvilla sur toi même, tu pleurais silencieusement. Ils t'ont abandonné, pour avoir moins à payer... Tu ne mangeais même plus pour qu'ils te gardent mais non... Ils t'ont mis dehors tout de même..
Tes premières nuits dans la rue étaient rudes hein? Le froid, la faim, la crasse... Quand on a 9 ans c'est pas facile... Tu te revois encore, à cette époque, quand on t'as offert la couverture dans laquelle tu es emmitouflée encore aujourd'hui... Puis tu vis un homme que tu connaissais bien... Drassyr.

Ce cyborg racontait une histoire aux petits dans les ruelles. Alors, timidement, tu t'approches de lui, tu avais 9 ans à l'époque... Tu étais transporté dans ses histoires, tu t'y perdais, voyant les scènes qu'ils content et, tu t'endormissais toujours avant la fin... Jusqu'au jour où le Conteur t'avais proposé pour la première fois de venir chez lui... C'était en hiver, tu t'en souviens. Depuis, tu y allais de temps en temps quand tu voulais des histoires rien que pour toi ou que tu venais lui donner des détails croustillant pour son conte sur toi...

Dans ton esprit, toutes tes autres rencontrent arrivèrent d'un coup, Cassis le délinquant, Mars le justicier masochiste, Sven, celui qui te nourris en pensant que tu es un animal errant, toute les personnes qui te reccueillent même si ce n'est que le temps d'un chocolat chaud, tu ne les oublieras jamais...

Tu te sentais partir... C'est ton Père, Ying, qui t'appelais. Il te disait de venir vers lui et tu allais le faire mais... Une question te vint aux oreilles. Ceci stoppa tout, comme si l'intervention du jeune homme te permettais de rester en vie un peu plus longtemps... Tes yeux tout dorés étaient emplis de larme, un véritable torrent de larme, tu as froid, tu as peur, tu ne veux pas mourir...


-J-Je vais bien... E-e-et vous?


Mais il ne faut pas inquiéter la personne en face de toi, tout devait aller bien selon lui. De toute façon il n'avait surement pas le temps de s'occuper d'un SDF hein? Il devrait faire comme tout les autres, c'est-à-dire l'ignorer ou encore le regarder en souriant doucement. Il devait faire comme certains enfants, lui prendre le petit bout de pain rassit qu'il avait pour nourriture... Il doit faire comme les adultes, le regarder avec pitié mais sans rien faire, c'est comme cela que va la vie... Tu veux qu'il fasse comme les autres... Non, Sao, tu le sais que tu veux qu'il s'occupe de toi, qu'il te vois, qu'il te souris doucement... Mais non... Tu veux qu'il s'assied à côté de toi mais il va avoir froid. Tu veux qu'il mange un bout avec toi mais tu ne vas pas lui donner du pain rassit... Tu devais lui montrer que tu le remerciais de lui avoir parlé, de ne pas l'avoir ignoré... Tu le devais. Alors, tu te levas, gardant ta tête sous ta couverture afin de cacher les larmes qui dévalaient tes joues. Tu t'arrêtas devant lui, toujours dans ta couverture, tes pieds nus étaient enfoncés dans la neige puis tes petites mains gelées, frêles et pâles tendirent ton morceau de pain à cet homme qui ne t'avais pas ignoré... Tu étais idiot.. Tu aurais dû lui offrir plus que cela... Plus qu'un morceau de pain dur qui ne doit plus être très bon... Tu tremblais, à cause du froid qui passait sous ta couverture et à cause de tes larmes... Tu ne disais rien, pleurant silencieusement, espérant que la personne ne voit pas tes larmes... S'il te plait Ying, faite que cette personne ne voit rien, elle s'inquièterait pour Saoki et Saok se sentirait encore comme un fardeau...
Kerry
Escobar
Il y a des choses que l'on ne peut pas savoir... [PV Kerry]
Humain
avatar
Messages : 62
Date d'inscription : 13/11/2016

Description
Avatar: Lance; Voltron
Pouvoir/Hybridité:
Âge: Dix-neuf ans
Mar 7 Fév - 20:39




CES CHOSES QU'ON NE SAIT PAS
feat. saoki

Cette situation aurait pu arriver à n'importe qui, ou bien même à toi, mais à un autre moment, ainsi que dans un lieu différé. Cette personne aurait pu tomber sur un bon petit apôtre de Ying, qui aurait probablement pu faire bien plus que toi pour lui. Sauf que ce n'est pas le cas. C'est toi qui te tient devant lui, c'est toi qui le questionne, qui vérifie s'il va bien, s'il est toujours vivant, ou ne serait-ce que conscient. Ce n'est pourtant sûrement pas de paroles dont il a besoin, mais de vivres et de chaleur. Et toi, dans ton cocon climatique vestimentaire, tu as bel et bien osé lui parler, bien que cela ne vienne du fond du cœur. Tu as toujours été de l'une de ces personnes qui donnent un petit quelque chose dans ce cas là, te disant que tu aimerais que l'on t'aide si tu étais dans le même cas. C'est un peu égoïste, de penser ainsi, bien que cela ne passe par une volonté altruiste. Et cette pauvre petite chose qui se montre encore vivante alors qu'il te répond avec quelques mots saccadés, te rendant ta politesse. Sauf que cela te met un peu mal à l'aise, car oui, tu vas bien. Tu vas mieux que lui, en tout cas, qui ne devrait pas se soucier des autres mais uniquement de sa santé et de sa situation.

Alors qu'il se lève, tu as presque envie de le soutenir; il a cet air frêle qui brise des cœurs. Sous sa couverture, tu n'arrives pas à le discerner, à savoir à quoi il ressemblait, ou bien même tenter de discerner son âge. Pourtant, tu te penches un peu, comme si cela te donnerait le don de voir à travers les tissus. Ce n'est pas le cas, et ça ne le sera jamais. Mais ce que tu vois, par contre, c'est que cette personne te tend quelque chose – et c'est à tombé par terre. Le monde va à l'envers, ne fonctionne plus correctement. Et toi, face à cela, tu ne trouves qu'une chose à dire. Woah. Et ça sonne fort dans ce silence. Mais tu n'y peux rien, avec tes yeux écartes, qui clignent pour savoir si tu n'es pas fou. Il te tend son pain alors que tu devrais être celui à donner. Bien sûr, tu es gêné. Tu te retrouves à hocher négativement la tête, n'osant pas sortir tes mains de tes poches, connaissant très bien ta relation avec l'hiver. Naturellement, tu accompagnes ce geste de mots, afin que cela soit plus clair. Je pense que tu as bien plus faim que moi, tu sais. Mais en disant cela, tu n'as pas l'impression que cela soit gentil, ni même taquin, mais juste horriblement vrai et horrible, tout simplement. Tu regardes vers tes pieds, un peu gêné, mais ce n'est que pour mieux apercevoir le pauvre état du plus petit, les pieds à nus, dans la neige. Rien que de voir t'arrache un frisson.

Tu n'imagines pas à quel point il doit être frigorifié, et cela rend logique ses tremblements. Tu tentes de réfléchir, de chercher un moyen pour réchauffer ne serait-ce que ses pieds, mais la réalité est que tu ne peux rien y faire. Tu n'as pas de chaussures magiques, ou même en double avec toi, pas même une seconde paire de chaussettes. Tu ne peux définitivement rien faire pour lui, si ce n'est l'observer et te rappeler que tu n'as aucune raison de te plaindre de quoi que ce soit. Pourtant, tu te dis qu'à défaut de ne rien lui tendre, tu pourrais peut-être le rediriger vers l'intérieur. C'est ainsi que tu entreprends de lui demander, d'une voix que tu espères chaleureuse : Tu as essayé d'aller à l'intérieur ? Parce que là-bas, ils doivent sûrement être en capacité des gens comme cette petite chose fragile presque comparable à un animal qui n'a pas réussi à hiberner – et que ce temple pourrait au moins servir à ça, quitte à faire l'éloge d'un dieu bienveillant.
Il y a des choses que l'on ne peut pas savoir... [PV Kerry]
Dérivé
avatar
Messages : 109
Date d'inscription : 20/01/2016
Age : 16

Description
Avatar: Nakigitsune > Touken Ranbu
Pouvoir/Hybridité: Renard Polaire
Âge: 19 ans
Sam 18 Fév - 23:21

Saoki
Kangai
Il y a des choses que l'on ne peut pas savoir...
"Pense-t-il à moi de là-haut?"
Cette personne refusa ton bout de pain, c'est normal après tout.. Le jeune homme disait que c'était parce que tu avais surement plus faim que lui... Mais non, tu n'as pas faim, après tout, il n'y a que quand tu es en renard que tu as faim... Mais en humain tu as pris l'habitude de peu manger... Il te proposa même d'entrer à l'intérieur, ce n'est pas que tu ne voulais pas, mais tu allais salir la maison de ton père, le temple est un lieu propre et ce n'est pas avec tes pieds sales que tu pouvais entrer... Mais sa question te fis sourire. Pourquoi tu souriais, tu ne savais pas, tu es heureux? Le froid te fais perdre la tête? Tes oreilles blanches et toutes touffues bougèrent sous ta couverture et tu la maintenait déjà en place sur tes épaules pour pouvoir la remettre, alors tu baissas la tête.


-Je ne peux pas entrer... Je vais salir le temple avec mes pieds...

Tu le penses vraiment en plus. En relevant la tête la couverture tomba de ta tête. Tes oreilles blanches comme la neige du sol s'aplatirent de suite, un mouvement de recul et tes yeux dorés cherchaient un lieu où tu cacher, un petit trou où tu puisses y rester le temps que ce jeune homme oublie qu'il ait vu tes yeux dorés emplit de larmes, les traînées sur tes joues et ton petit nez rouge dû au froid et aux larmes. Tu courus jusqu'aux marches où tu te recroquevillas pour créer un Saokiboule, ta couverture te recouvrant totalement, tu tremblais. Cet homme allait s'inquiéter...
De temps à autre, un de tes yeux dorés scrutèrent en dehors du cocon de protection afin de s'assurer que ce type soit toujours là... Tu séchas tes larmes avant de te redresser, cela ne sert à rien de cacher tes oreilles ni ta queue qui est collé à tes jambes derrière... Tu as 17 ans tout de même! Tu es un grand! Tu dois être fort! Alors tu t'approchas du brun à nouveau, les oreilles tombant comme un enfant qui avait fait une bêtise... Tu rougis et tu ramenas ta main vers ta bouche alors que tu t'excusais.


-Désolé... Je...Je ne voulais pas m'enfuir comme cela mais... D'habitude, en voyant mes oreilles, les gens ont peur que je les attaquent...


C'est à moitié vrai, c'est plutôt toi qui a peur du jugement des autres, tu es sûr que quand cette personne apprendras que tu es un dérivé, elle te fuira et regrettera de t'avoir maintenu en vie... C'est obligé...

Kerry
Escobar
Il y a des choses que l'on ne peut pas savoir... [PV Kerry]
Humain
avatar
Messages : 62
Date d'inscription : 13/11/2016

Description
Avatar: Lance; Voltron
Pouvoir/Hybridité:
Âge: Dix-neuf ans
Mar 5 Sep - 17:50
[hrp; déjà désolée du retard, mais voilà je réponds enfin fdjghkdg + je réfléchis à un code plus en harmonie avec le nouveau design alors mon rp est tout nu jpp]


Tu ne t'attendais clairement pas à tout cela aujourd'hui. Cette rencontre, elle est étrange. Ses réactions, ses réponses, son état, tout t'interpelle chez lui. Tu as l'impression d'être face à quelqu'un que l'on a blessé, ou martyrisait, et qui ne sait pas comment réagir à une simple interaction sociale. Cela te met un peu mal à l'aise, d'ailleurs. Encore plus que la vision de ses oreilles blanches qui se dévoilèrent en dessous de la couverture, faisant écarquiller tes yeux en grand. Mais, plus vite que tu ne pus réagir, le jeune homme se mit à courir vers les marches, sans que tu n'ai le temps de faire quoi que ce soit.

Tu n'osas pas vraiment bouger, préférant lui laisser l'espace qu'il avait lui-même pris, afin de ne pas lui faire plus peur que ce qu'il semblait déjà être. Tu attends juste, les mains toujours fourrées dans ton manteau pour survivre à ce qui semble être, à tes yeux, un froid polaire. Ta patience porta ses fruits, vu qu'il revient vers toi, et qu'il t'adressa de nouveau la parole. Tu ne comprends pas trop ce qu'il te dit ; ça se voit sur ton visage. Tu as les sourcils qui se haussent et le regard qui s'interroge. Pourquoi est-ce que j'aurai peur ? Tu hausses les épaules, ajoutant avec un petit rire. Entre nous deux, c'est toi qui a l'air le plus effrayé. Tu lui laisses un sourire que tu espères être chaleureux, afin qu'il comprenne qu'il s'agisse d'une blague, et qu'il ne doit pas se remettre à pleurer.

Au fond, tu commences à comprendre ses réactions. Avec ses oreilles, tu as compris de quoi il s'agissait. Mais franchement, vu comment il réagi, tu le vois mal t'attaquer. Tu espères ne pas te tromper, d'ailleurs, parce que tu ne peux clairement pas te défendre face à cela. Tu peux juste croiser les doigts pour que ce soit le cas.

Tu oses refaire un pas vers lui, montrant tes mains devant toi comme on le ferait pour signifier qu'on ne veut pas de mal, qu'on vient en paix. Tu réfléchis à comment tu peux l'aider, parce que tu ne sais pas trop comment t'y prendre; tu n'es pas une maman. L'idéal, ça serait qu'il rentre dans le temple, il y fera sûrement moins frai. Tu te décides à essayer de le rassurer, afin de féliciter les choses. Tu sais, tu peux rentrer dans ce Temple, hein. Je veux dire, tu ne vas pas le salir ni rien, et c'est le but de ce genre de lieu de donner asile à ceux qui le demandent …
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La liste des choses que je n'aime pas sans savoir pourquoi
» [Archive 2006] Le Samain, ma vision des choses
» 11 Choses à faire pour passer le temps chez WalMart !!
» Excuses ou conflit ? Un temps pour chaque choses. [Asté...]
» Connaissez-vous le prix des choses...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ariesten :: Alentours :: Le Temple-
Sauter vers: