Invité


 Under the bells , we create our prayers [feat. Gabriel]

 :: Cimetière RPs
Under the bells , we create our prayers || Feat. GabrielRespirer. Expirer. Respirer. Expirer. Encore. Respirer. Expirer. Respirer. Expirer. Encore une fois ? Non, cela suffira. Tu reprends petit à petit une respiration normale. Oui, normale. Tu es épuisé. Seulement en marchant de la Chapelle jusqu’au Temple. Seulement en gravissant des marches, aussi nombreuses soient-elles. Des gestes simples, lambda, mais qui t’épuisent à un point. Maudit corps, frêle et faiblard. Maudite maladie, inutile et empoisonnée. Cadeau empoisonné. Tu as l’impression d’être la Blanche-Neige des contes, avec la pomme, avec le fruit du vice. Ironique, si ironique. Tu es à la fois la Belle au Bois Dormant pour ce qui est du nom et de l’état. Et tu es aussi Blanche-Neige, à la peau pâle comme un cadavre, les lèvres rougis comme le sang et une chevelure sombre, tel les ténèbres de ce bas-monde. Tu ricanes avec monotonie. Franchement, te comparer comme des princesses de contes de fée ? Quelle arrogance tu fais preuve en ce moment même. Calme donc tes ardeurs. Tu es misérables, tu es inutile et surtout : tu es d’une banalité aberrante.

Oui, calme donc cet orgueil qui n’a pas lieu d’être. Tu soupires un coup avant de reprendre ta route, aller, encore quelques mètres. Cela t’exaspère presque de voir à quel point un simple trajet est devenu un véritable parcours du combattant pour toi. Tu te souviens de cette époque ou tu pouvais te balader des heures et des heures sans te préoccuper des limites de ton corps. Peste de Syndrome. Rien que transporter ton matériel pour peindre est un calvaire. Tout ce poids sur tes épaules. Aussi solide qu’un squelette, prêt à s’écrouler au sol dès la première secousse. Et c’est plus ou moins ce que tu es : un amas d’os. Tu es maigre au point qu’on puisse facilement voir tes ossatures par les courbes que forment ta peau. La peau sur les os, en somme.

Peu à peu, tu vois le temple apparaître sous tes yeux, à chaque pas que tu produis difficilement. Si tu étais capable de sourire, tu le ferais. Mais le destin et la nature étant ce qu’ils sont, il te faut mille et une condition pour que tu puisses afficher un véritable sourire. Même le Prêtre a du mal à te faire dépasser le stade du rictus. Le Prêtre par-ci, le Prêtre par-là. Tu en parles, tu en parles, mais qui est-il réellement ? Tu pourrais dévoiler bien des choses, mais… Le Prêtre est juste le Prêtre, pour l’instant du moins. Non pas que tu prévois une relation ou quoi... Du moins, tu y réfléchis quelques fois. Ah, qu'est-ce que tu peux être un être de péchés parfois. Tu as souvent l'impression que l'hérésie coule dans tes veines, mais pourtant ton seul et unique ami ne fait rien pour te repousser, toi et ta souillure. Cela ne fait qu'amplifier ton impression de n'être qu'un déchet de la société.

Tu n'es qu'à quelques pas du temple. Tu le fixes longuement, lui et sa grandeur. Tu te sens petit, si petit, si misérable. Bien que cela n'est pas vraiment une nouveauté vu ton tempérament. Tu restes planté là, à fixer la devanture de cette immense bâtisse. Tu réfléchis, tu tentes d'imaginer les merveilles que pourraient regorger cette gigantesque boîte de Pandore des plus innocentes dans ce contexte-ci. Tu ressens une certaine hâte de peindre ses lieux, un sorte de picotement, de chatouillement au creux de ta poitrine. C'est à la fois agréable et désagréable, c'était tout simplement étrange. Enfin, cela explique plus ou moins ta présence en ces terres : tu es là pour y peindre. Le Prêtre t'en avait parler avec tant de ferveur, que cela t'as rendu curieux. Oui, curieux. Un intérêt, bien que bref.  

Tu retentes une série de respiration. Inspirer. Expirer. Encore une fois. Puis tu t'y lances, faisant... Un, deux, trois pas. Tu es traversé la frontière entre le temple et l'extérieur. Cela est à la fois beaucoup et à la fois moindre. Ton regard se perd déjà sur mille et un détail du temple, les yeux toujours aussi mort, mais pouvant déceler une bien grand intérêt. Tu te perds bien vite dans tes pensées, imaginant quel élément peindre et quelle méthode, quel pinceau, quelle teinte utiliser. Si un énième conte devait te décrire, tu serais en ce moment-même Alice qui contemple le Pays des Merveilles. En parlant d'Alice, ton regard aperçoit brièvement une teinte contraste, une couleur ne se raccordant pas vraiment à la teinte générale de l'endroit. C'est blond, une chevelure peut-être ?

Blond comme la représentation de l'Alice souvent faite. Pourtant en ce moment, tu es Alice, qui vient de rencontrer le Lapin Blanc de ce temple. Ce personnage qui t'emmènera pet-être dans un monde nouveau.


Sleeping Beauty.  Snow White.  Alice in Wonderland.
What a joke.
 
  
© 2981 12289 0
 
Under the bells , we create our prayers [feat. Gabriel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je n'ai pas peur des ivrognes [ Feat. Gabriel]
» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris
» Just the same //feat Matt'//
» Ne t'inquiète pas, je serai toujours la pour toi. - Feat Femme Sianouille
» Kang Chang Min feat. Yong Jun Hyung

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ariesten :: Cimetière RPs-
Sauter vers: