AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

► Dans le Parc des mômes qui galopent, et des gens assis. [Pv: Brand Evans]
Invité
Mer 24 Fév - 9:51


Dans le Parc des mômes qui galopent, et des gens assis.



Brand & Rei



La fatigue. Encore est toujours pour ne pas changer. Les yeux rivés sur le plafond blanc, chat qui ronronne couché sur le ventre, je prends un souffle avant de finir par bailler main devant la bouche. On est quel jour déjà? Quelle importance... J'ai même pas envie de savoir, mais si mon réveil n'a pas sonné, c'est qu'aujourd'hui je ne travail pas. Logique de merde, mais peut-on dire que c'est une Bonne nouvelle ? Je n'en suis pas si sûr...

C'est ennuyant de rester à la maison, comme ça, seul, avec son chat et son plant de tomate cerise. Passant ma main dans mes cheveux puis frottant mes yeux, je lâche à nouveau un soupir. La tête dans le cul, que voulez vous... Pas que je ne suis pas du matin, mais quand tu as passé la veille à taffer jusqu'à tard le soir, je vous assure que la faiblesse vous la sentez passé.
Huit heure et demi... J'aurais pu dormir un peu plus. Tant pis, une fois réveillé j'ai clairement pas envie de me rendormir.

« Maora... Bouge toi chéri...»

Caressant la tête de mon chat qui se lève doucement, un étirement puis une gueule grande ouverte à s'en arracher les moustaches, voilà qui vient se frotter à moi, comme chaque matin. Qu'est ce que je l'aime mon chat... Il me redonne la bonne humeur, pour les nombreuses fois où c'est la mauvaise qui prend le dessus. La seule chose que je peux supporter de si bonne heure, c'est bien lui.

Après quelques doux câlins, je me lève enfin. Mon lit fait, bien carré, sans une pliure ni un bout de drap qui dépasse, direction salle de bain où douche oblige. Coiffage, séchage, petit déjeuner suivi d'un brossage de dent, je ne vais pas tout vous décrire, ça risque d'être long et chiant à lire surtout. Même moi je me lasse en vous racontant tout ça.
On ne peut pas rentrer dans le vif du sujet ? Non... Ok, bon, bah continuons à nous saoulé à travers un vers de jus de pomme cassis. Je continue par quoi maintenant ? Tu veux peut-être savoir la couleur de mon boxer, bah oui quand ça parle de sous-vêtement forcément ça devient plus intéressant. Noir, voilà. Content ?
Entre nous pas de secret c'est ça? Bref, continuons. Habillé de mon jean slim noir, d'une chemise blanche et d'un pull polo col en V noir qui le chevauche, j'arrose ma petite plante qui me fait toujours penser à Joshua... Comment on en était arrivé à se détester déjà? Ah oui... A cause d'une fille.

Ça me manque tous ces moments de rigolade, ces moments de complicités. Tout à été ruiné par une simple nana... Qu'est-ce que je ne peux pas les supporter celle-là. Un regard nostalgique, puis un envahissement de solitude, pour le coup, je me sentais bien seul dans mon appartement. Ça change des jours où je vivais encore en colocation avec mon idiot d'ami. Quel con d'avoir été aveugle à ce point ... Je n'ai aucun regret, de toute façon je n'ai rien à me reprocher, sauf peut-être le fait de ne pas l'avoir repoussé le jour où Erika, sa petite amie, est venue à la maison. A quoi je jouais sérieux?

Sortons nous ça de l'esprit, j'ai pas envie de déprimer toute la journée, surtout de si bon matin, on va éviter. Donc Joshua si tu veux bien quitter mon esprit tout de suite et arrêter de le hanter je serais ravie, tu ne peux pas savoir comment.
Sans se mentir,... j'aimerais bien qu'un jour il revienne vers moi. Ne pensez pas qu'il y a des sentiments plus qu'amicaux, rien de cela, juste que je suis attaché à lui. Et disons qu'on a passé une grande partie de nos études, voir notre enfance, ensemble. La seule différence, c'est qu'après avoir eu mon diplôme j'ai arrêté les sciences contrairement à lui, préférant garder mon statut de mannequin et serveur à mi-temps. Il est vrai qu'il y a des moments où j'hésite vraiment à m'y remettre... Certain penseront que j'ai foiré ma vie, mais pas du tout, je fais ce qui me plait du coup, ça me convient parfaitement.

D'ailleurs, en voyant le Soleil passer son bras par la fenêtre, éclairant alors les différents feuillages de ma plante verte qui commençait doucement à donner ses fruits, j'ai eu cette envie de sortir un peu. Il a l'air de faire bien beau dehors, alors pourquoi pas. Ah merde!

J'ai zappé quelque chose, je dis aimer mon chat, mais je ne le nourris même pas quel con. Passant dans ma cuisine américaine bien équipée, j'ouvre rapidement un placard sous les miaulements sourds de mon minou de cinq bougies.

« Ça va, calme toi... Je te donne ça tout de suite. »

Un sourire, puis un paquet de pâté ouvert, je remplis son bol tranquillement. Il a toujours des croquettes dans son autre bol et de l'eau, mais il est assez exigent et quand il veut pâté, il veut pâté point. C'est vraiment le chat à son papa celui là...

Je l'observe un moment déguster son plat. Ce matin, je n'étais pas en conflits avec mes meubles, ni avec le ménage qui était toujours nickel à ce niveau là. Je n'aime pas la saleté chez moi, et encore moi le désordre. Un vrai maniaque, mais ce n'est pas le sujet... J'en étais où déjà? Ah oui sortir.

Prendre un peu l'air ne pouvait que me faire du bien. Enfilant mes chaussures noirs et une veste toujours de la même teinte, je prends mes clefs et finit enfin par claquer gentiment la porte pour faire un tour. J'en profiterais pour faire quelque courses en soirée, je n'ai plus rien pour ce soir, du moins pas ce que je veux, et j'ai pas envie de me manger resto' ou encore me rouler au sol pour ne pas manger les croquettes bien savoureuses de mon matou. Non, je n'ai jamais gouté le num num de Maora.

Mais avant, petite marche tranquille. Dévalant les escaliers de mon appartement, je n'ai même pas fait attention à l'heure, en plus de ne plus savoir quel jour nous sommes, je ne sais pas non plus l'heure, la seule chose que je sais, parce que je le vois c'est le temps. Une fois dehors, certes le Soleil tapait, mais on ne pouvait pas dire qu'il faisait très... Chaud, j'ai quand même bien fait s'enfiler cette veste. Passant une mèche de cheveux derrière l'oreille, je surprends une conversation sur le parc pas loin d'où je me trouve. C'était juste un dialogue de « On va au parc aujourd'hui ? Oui aller. » Voilà, tout con, tout bête. Les choses connes m'attire c'est dingue. Alors, direction le parc, sur un coup de tête. Ma vie est passionnante.

Main dans les poches et écouteur dans les oreilles, j'aurais peut-être du prendre mon jogging pour courir un peu, cela aurait été plus rentable pour le coup. Levant les yeux au ciel, puis les rabaissant au sol mes yeux se rive ensuite sur lui. Un jeune garçon au style décalé qui m'intriguait fortement dans un sens. C'est comme ça que mon esprit s'est finalement jeté dans l'idée du: va lui parler, il est tout seul.

Pourquoi pas après tout. En plus il est plutôt mignon, mais j'ai pas envie de passer pour un pédophile si le gamin n'est pas majeur. Attend une minute, je t'arrête tout de suite, tu ne crois quand même pas que je comptais en faire ma proie pour je ne sais quoi. Ah non, détrompe toi, j'ai surtout envie de voir qui ce cache derrière ce physique et ses vêtements voyant. Alors j'ai envie d'aller le tester, oui il m'arrive d'avoir des envies comme ça, d'aller parler à un total inconnu juste pour un simple délire. De toute façon qui tente rien n'a rien, et je ne perds rien en faisant ça. Quand ça m'intrigue, ça m'intrigue et si je peux rendre cette journée plus sympathique à vivre, pourquoi pas?

D'un pas assez décontracté je m'avance vers le blondinet, et sans complexe je 'installe à côté de lui, yeux rivés sur sa personne. Sans attendre quelque instant de plus, je brise... Mon silence.

« Salut toi. Dis moi, t'es tout seul ?»

Un sourire légèrement en coin je ne tente ni de le rassurer ou de l'inquiéter, je tape une simple discute amical, qui sait où ça va nous mener, surtout que je suis d'humeur taquine aujourd'hui... J'ai envie d'en gouter plus.

« Moi c'est Rei, mais appel moi Shizun'. Faut dire que tu m'intriguais pas mal de loin, alors si ça te chante, pourquoi ne pas faire simplement connaissance. »

Ça a l'air de bien commencer...


Code par Dehvi sur Never-Utopia

► Dans le Parc des mômes qui galopent, et des gens assis. [Pv: Brand Evans]
Invité
Mer 24 Fév - 21:17
DANS LE PARC DES MÔMES QUI GALOPENT, ET DES GENS ASSIS

Le jeune homme s'était réveillé tôt. Il avait beau aimer dormir et ne jamais cracher sur une sieste (dans le calme, s'il-vous-plaît!) eh bien aujourd'hui, quelque chose l'avait poussé à sortir de son lit un peu beaucoup confortable. Quelle était donc cette chose ? Ah oui, la tenture qui n'était pas fermée et le soleil qui lui faisait mal aux yeux même sous ses paupières closes. C'était pas le plus agréable pour le jeune félin pas trop fan de la lumière.

Il se glissa hors des couvertures chaudes et frissonna. Il avait froid pour le moment, là. Une douche ne lui ferait logiquement pas de mal. Avec cette résolution en tête, il alla fermer à moitié le rideau et prendre quelques vêtements dans l'armoire : un t-shirt motif tête de mort, un jean troué avec une chaîne et un gilet en simili cuir. C'était parfait. Il rajouterait des accessoires après mais au moins, il aurait des vêtements pour sortir de la salle de bain après.

Il s'y rendit et fit ce qu'il avait à faire le plus simplement du monde. Il sortit et mit les habits précédemment cités avec un boxer propre évidemment avant de mettre ses boucles d'oreilles à piques, son collier ras-du-cou, un autre collier car à deux c'est mieux et des bracelets qu'on aurait pu qualifier de pointus et métalliques.. oui car c'était le cas. Une fois ces petits détails mis, il se maquilla à peine (plus noir c'est, mieux c'est !) et alla mettre une paire de baskets qu'il trouvait potables. Il ne les attacha pas vraiment car il jugeait que ça lui donnait un style et alla rapidement déjeuner : deux tartines avec du salami et un verre de jus d'orange puis un autre de coca, c'était parfait, et il était fin prêt pour sortir.

Il prit les clés et quitta la maison du mec qui avait choisi et accepté de l'héberger. Un vrai chieur celui-là, un pot-de-colle en puissance à son humble avis, mais il ne pouvait pas trop agir contre lui car il était gentil au fond, même s'il était exaspérant. Il marcha dans la rue pour aller au parc. Il aimait bien cet endroit au fond, il y allait assez souvent même s'il préférait quand il faisait nuageux. Mais il n'avait rien d'autre à faire concrètement et bon, il ne voulait pas poireauter à la maison comme un perdu. Il s'installa sur son lit fétiche et sortit du sac qu'il avait emporté avec lui (ouais, un sac un peu féminin mais tant pis) un livre à la hauteur de son instruction, c'est-à-dire pas très élevé. Mais en même temps, il n'avait pas été longtemps à l'école, ne s'était pas appliqué et la lecture n'était pas vraiment son fort. Alors mieux valait commencer par une bêtise même si c'était chiant.

Alors qu'il lisait, il mit une jambe sous lui. Il était pas super bien concentré, il y avait un peu beaucoup d'animation autour et ça le perturbait. Jusqu'à ce que quelqu'un s'assoie à côté de lui. Là, oui, il était vraiment perturbé et se mit à lire la même ligne en boucle sans même la comprendre. Il était vraiment trop peureux, mais n'avait pas forcément envie de prendre la fuite tout de suite, surtout s'il ne faisait rien.

Malheureusement, il ouvrit la bouche et ce qu'il dit le perturba au plus haut point. Ce genre de phrases « tu es tout seul ? » ça sonnait tellement pervers. Il releva la tête et planta son regard rougeoyant dans celui de l'inconnu qui en plus de cela semblait vachement vieux à son goût. Et les personnes de plus de vingt ans, tolérance zéro (même s'il en a l'occasion, il les emmerde innocemment car bien fait pour leur gueule, mais là, pas envie). Il feule tel un chat sur l'inconnu qui n'a logiquement rien fait de mal à cette heure.

« Y'a un banc plus loin, tu peux aller poser ton gros cul dessus, ça m'arrangerait ! Tu pues ! »

Directement l'agressivité, lui, mais c'était un moyen de défense qu'il jugeait efficace. Il sortit même un tout petit peu les griffes, à peine, un petit croc dépassant de sa bouche, du côté gauche. Il avait peur, il était tendu comme un slip mais ne voulait pas le montrer. Il voulait juste continuer sa pseudo lecture en paix, loin de ce type louche.
► Dans le Parc des mômes qui galopent, et des gens assis. [Pv: Brand Evans]
Invité
Ven 26 Fév - 9:59


Dans le Parc des mômes qui galopent, et des gens assis.



Brand & Rei


« Y'a un banc plus loin, tu peux aller poser ton gros cul dessus, ça m'arrangerait ! Tu pues !
- Eh gamin. Tu vas tout de suite me parler sur un autre ton. T'as vraiment aucun respect pour tes aînés? Que je sache, je n e prend pas toute la place sur le banc. Et si t'es myope, va falloir te prendre des lunettes, parce que les autres bancs, sont tout simplement... Prit. Et je ne compte pas changer de place.  »

Le regard fixé sur son visage, mes yeux dorés se sont alors dirigés vers les autres bancs pour être sûr de mes dires. Effectivement les plus proches étaient bien prit par les vieilles dames du coin, ou encore des mamans en poussette avec leur bébé chouineur bercé dedans.
Bon ok, un banc plus loin ne supportait sur lui qu'un homme avec un journal dans les mains, mais il est prit aussi alors bon...

J'ai pas envie de me déplacer pour ses beaux yeux, surtout qu'il est assez facile de voir la nervosité du gamin. Entre le croc qui commencent à dépasser et... Ses ongles qui commence à sortir, ou plutôt ses griffes ?

Observateur, je finis par sourire voulant pousser le jeu plus loin. Tout n'est qu'un jeu de toute manière, alors jouons comme si nous déplaçons des pions à travers un damier. Jetons les cartes, et c'est sans dire que je compte être le Jocker, l'as de pique, le tyrannique.
Pour ce fait, ma main gauche se glissa pour passer une des mèches de cheveux du blond derrière son oreille. Rapidement et simplement, sans mauvaises pensées, ni mauvaises intentions pour le coup. Juste un rapprochement, qui n'a ni but ni objectif, juste peut-être l'envie de gêner ma cible du jour.

« D'ailleurs poussin, tu devrais aussi faire voir ton odorat aussi, c'est surement ta propre odeur que tu sens. J'ai fait ma douche ce matin, alors si c'était juste de la provocation, évite de me fâcher tout de suite. C'est bien d'avoir du répondant, mais faut choisir la bonne personne. Il y a d'autre moyen de dire à quelqu'un de partir, tu comprends? »

Oui, la réaction impulsive du gamin me plaisait pour le coup, mais m'agaçais à la fois. Même si j'ai horreur des mômes, il faut dire qu'ils sont amusants à persécuter après tout. Quand je dis persécuter, je ne veux pas me qualifier d'homme cruel, ou méchant, c'est juste que comme dit, j'aime bien jouer avec eux, en bien ou en mal. Et ça se dit avoir la vingtaine? Bah dit donc... je sais pas ce que je fous avec un enfant à peine sortie de la couche. Par contre, ne me prenez pas pour un pédophile, clairement pas. Je vais surement pas chercher à développer des sentiments pour un pisseur au lit, n'importe quoi. Pourtant, je n'ai pas envie de le laisser tranquille, surtout que le blondinet à l'air plutôt réceptif à mes paroles, j'ai envie de savoir où ça va nous mener.

J'aurais pu calmer le tout, au lieu de sortir mon pavé, j'aurais peut-être du être plus amical, à la limite du: « Tu lisais quoi? ». Sauf que, ça n'a rien d'intéressant, surtout que le livre en soit n'a pas l'air des plus fun, quoi que, qui sait? Il n'y a rien d'amical non plus aux piques qu'on s'envoie. Pour ma part, je trouve ça puérile et ça ne vole pas bien haut. C'est idiot de commencer ainsi, mais si c'est comme ça qu'on a décidé d'écrire la suite de ses lignes, eh bien allons-y. Écrivons aussi, notre propre livre. Après tout chaque histoire à une fin et chaque fin est le début d'une nouvelle histoire.


Code par Dehvi sur Never-Utopia

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Promenons-nous dans le parc pendant que le lapin n'y ais pas... Oh wait...
» Dans un parc
» Un marsmallow perdu dans un parc d'attraction[Pv Lise]
» Quoi de plus tranquille que d'être seule dans un parc ? [PV Luuna Mc Gregor]
» Une jolie fleur dans le parc {Molly}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ariesten :: Cimetière RPs-
Sauter vers: