Invité


 Si votre plumage a besoin d'un petit coup de vif, que diriez-vous d'un peu de monoï ? [Pv Rémiel]

 :: Cimetière RPs
La porte grinça horriblement quand elle la poussa du plat de la main. Elle qui voulait être discrète, c'était raté. Débarquer dans un lieu rempli de personnes minces aux proportions parfaites la terrorisait d'avance. Non pas qu'elle puisse complexer sur son physique, elle avait largement appris à faire avec, mais elle imaginait déjà une ambiance terriblement chargée d'électricité, de compétition et de regards hostiles. Encore que, elle ne venait absolument pas leur piquer la vedette, elle aurait une chance de passer inaperçue du début à la fin auprès des gens qu'elle devrait côtoyer de façon exceptionnelle. Après tout, on l'avait appelée, elle n'aurait jamais pris les devants.

On lui demanda une acréditation, mais comme elle n'avait aucun badge, elle dut attendre qu'on aille chercher la personne qui l'avait appelée pour qu'elle puisse passer le hall d'entrée. Trois minutes qui auraient pu être angoissantes si elle ne les avait pas passées dans ses plus profondes rêveries. Il fallait trouver une chorégraphie pour occuper l'espace de la scène, à trois reprises : une au début, une au milieu, entre les deux séries du défilé et une à la fin, à la présentation finale. On lui avait donné le nom de trois musiques qu'elle connaissait, mais on ne lui avait pas donné les passages exacts sur lesquels elle devrait se déhancher comme une sauvageonne ou onduler comme une anguille car elle se doutait bien que dix minutes complètes de danse sur un défilé, ça ferait beaucoup. Cependant elle réfléchissait déjà aux pas, aux mouvements, ne pas oublier de sourire... Et puis il faudrait s'assurer que le costume serait à sa taille...

Elle vit arriver Edd, le jeune homme avec qui la présidente de l'association de danse où elle avait été depuis toute petite avait longuement travaillé. Elle lui avait envoyé une autre fille qui s'était désistée pour une raison X ou Y, tout ce qui comptait étant que Mohana, quoique toujours en train de rêver et rarement à vouloir se mettre en avant, pouvait se débrouiller à la dernière minute. C'était un peu son secret, en quelque sorte, celui de passer de petit rat de bibliothèque timide à reine de sensualité et du déhanché. Il n'y avait rien de honteux à cela, juste une envie de rester tranquille dans son coin, et de se faire plaisir de temps en temps. Et rendre service quand elle le pouvait. Il vint lui serrer la main, et ils échangèrent un sourire.

« Bonjour, Mohana, c'est ça ? C'est super que vous ayez pu venir si tôt, on va pouvoir commencer. Je vous amène voir la scène pour que vous puissiez vous familiariser avec l'espace, puis je vais vous amener auprès de la costumière pour qu'on puisse ajuster les pièces sur vous et on fera la répétition pour être sûrs d'être prêts à l'heure. On va avoir suffisamment de problèmes avec tout le reste, alors autant que vous soyez une des satisfactions de la soirée, hein ? »

Un peu long pour une introduction, et surtout assez angoissant d'entrée de jeu, même si quelque part, elle savait qu'au pire, elle improviserait et ça passerait toujours aux yeux d'un public de néophytes. Et tant que les mouvements seraient parfaits, personne n'aurait rien à redire, de toute façon. Après un chassé-croisé de couloirs et de portes qu'elle manqua de se prendre sur le nez à force de perdre peu à peu son attention, ils débouchèrent sur l'arrière-scène où on lui expliqua par où entrer et sortir à chaque fois. Bien, au moins une indication. La scène était immense, mais elle ne devrait aller jusqu'au bout du podium pour la toute fin, ouvrant la marche avec le mannequin vedette qui ce soir serait un tout jeune homme qui commençait à monter en puissance dans le domaine de la mode. Elle oublia la suite car elle n'écoutait déjà plus, trop absorbée à retenir le genre d'évolution spatiale qu'elle devrait suivre pour que ce soit un minimum joli et que cela suive la musique. Au pire, elle improviserait en effet.

Pas le temps de penser plus, il l'embarqua de nouveau pour cette fois aller en coulisses. Elle vit passer un nombre d'étoffes chatoyantes avec des motifs parfois d'un goût douteux mais toujours dans un style exotique prononcé et parfois plus doux, ce qu'elle préférait déjà. La mode, ce n'était pas vraiment sa tasse de thé, elle le savait déjà, et elle ne pensait pas être convaincue par cette soirée-là. Elle se savait parmi les cas désespérés, et sans aucun doute qu'un styliste s'évanouirait en voyant sa garde-robe ou crierait à l'apocalypse. Le tout, c'était de ne pas sortir complètement nue, non ? Nouveau chassé-croisé et on la mena près de ce qui semblait être une sorte de loge en open-space où tout le monde se faisait coiffer, maquiller, réajuster ce qu'il y avait à réajuster... Et se trouvait déjà là un jeune homme d'une beauté à couper le souffle. Edd s'en approcha et le désigna d'une main relativement bienveillante :

« Mohana, voici Rémiel. C'est lui que vous amènerez jusqu'au bout du podium à la fin, autant que vous l'ayez repéré avant. Rémiel, voici notre animation pour la soirée. Voilà, je vous laisse, j'ai encore une tonne de choses à m'occuper. »

Elle salua le jeune homme, le gratifiant d'un sourire avenant et regarda l'organisateur partir... puis revenir.

« Oh, et posez vos affaires là, jeune fille. Et détachez vos cheveux et enlevez votre veste, je vous envoie la costumière. Si vous voyez une personne courir dans tous les sens avec des feuilles de palme dans les mains, faites-lui signe, elle est au bord de la crise cardiaque. »

Et il repartit, tel un courant d'air sur deux pieds. Elle était tellement heureuse de travailler en temps normal dans une bibliothèque, au moins tout était calme, c'était de toute façon exigé. Obéissant aux consignes, sagement, elle posa son sac par terre, le fit glisser sous une table pour ne pas gêner le passage déjà bien encombré, enleva sa veste, l'y jeta dessus et détacha ses cheveux, comme indiqué. Personne en vue. Elle en profiterait pour commencer à s'échauffer, elle ne comptait pas se claquer un muscle pour une soirée qui lui importait somme toute assez peu. Ne voulant pas paraître impolie en partageant le même espace que le jeune homme, elle lui adressa un sourire et commença des étirements, une jambe tendue, en appui sur l'autre pliée.

« Désolée, on ne m'a pas alloué de salle pour m'échauffer, je risque d'empiéter un peu sur votre espace vital en attendant qu'on me dise où déménager. » Elle fit un légère pause, surveillant la possible arrivée d'une personne échevelée, avec une tenue atypique dans les mains. « C'est toujours aussi stressant, les jours de défilé ? »
Invité


 Si votre plumage a besoin d'un petit coup de vif, que diriez-vous d'un peu de monoï ? [Pv Rémiel]

 :: Cimetière RPs















Acharnement et épuisement

Le fatidique jour finit par arriver. Celui où l'un des plus grands défilés de l'île était sur le point d'étaler toute sa splendeur. Propageant un parfum venu d'ailleurs, l'exotisme était ainsi la vedette de la journée du mannequin. Les différents membres de l'équipe que ce soient costumiers, techniciens ou encore maquilleurs prenaient soin de préparer la scène dans l'esprit de cette ambiance destinée à faire voyager les spectateurs et potentiels acheteurs. Paré d'un ensemble aux motifs et couleurs chatoyantes, Remiël était assis sur une chaise au sein d'une spacieuse loge à proximité de ses collègues. On s'évertuait à décorer leur faciès en accord avec leurs accoutrements. Voilà que les paupières du phénix se retrouvèrent serties d'un khôl cendré agrémenté de fards aux teintes vives et pailletées. Le vert anis de ses prunelles en fut de ce fait davantage ravivé. Et ce dernier se posa soudainement sur Edd qui s'était empressé de se rapprocher de lui afin de le présenter à une danseuse prénommée Mohana qui serait chargée de l'accompagner durant le défilé. Le rosé la salua avec toute la grâce et le professionnalisme dont il en était capable.

Ils semblent plus dépassés. C'est pour cela que vous vous retrouvez contrainte de répéter dans cette loge. Les défilés sont normalement calmes et bien organisés. Celui-ci étant cependant le plus grand et prestigieux de l'été, la tension se révèle être palpable pour certains ...

Il l'observa s'étirer avec soin. Au vu de ses mouvements plus qu'agiles, elle devait sans doute avoir l'habitude dans le domaine de la danse. Malheureusement pour elle, Remiël ne tolèrerait aucune faute de sa part durant le défilé. Cette dernière devrait en effet se montrer toute aussi parfaite que lui durant sa gracieuse marche sur le podium. Le phénix avait par ailleurs tout de suite senti cette tension qu'elle s'évertuait à placer sous silence. Contrairement à elle, il demeurait à la fois calme et détendu. Il se savait parfait après tout alors à quoi bon être victime de la sournoiserie du stress ? Il connaissait comment se comporter sur scène sans aucune faille. La question était de savoir s'il en était de même pour sa partenaire.

Est-ce la première fois que l'on vous demande d'accompagner un mannequin sur le podium ?

Remiël désirait confirmer ses doutes au vu de son inconfort notable à des kilomètres à la ronde. Il pouvait en effet parfaitement dire qu'elle n'avait guère l'habitude de ce genre d'ambiance quelque peu chaotique ni même de cet endroit grouillant de monde se bousculant de droite à gauche dans le but d'achever les derniers préparatifs du défilé. Même si aucun des défilés auxquels il avait participé auparavant ne se révélait être aussi anarchique, il n'en fut pas pour autant déstabilisé en constatant le retard de nombreux membres de l'équipe concernant leur part du travail à réaliser. Il savait très bien qu'ils feraient tout pour être dans les temps ce qui lui fit esquisser un petit sourire en coin tandis qu'il ferma les yeux, attendant patiemment la réponse de la jeune femme à ses côtés tandis que la maquilleuse avait passé le flambeau à la coiffeuse ...




code © Firefly
Invité


 Si votre plumage a besoin d'un petit coup de vif, que diriez-vous d'un peu de monoï ? [Pv Rémiel]

 :: Cimetière RPs
Il l'avait saluée avec beaucoup de grâce. Elle n'en attendait pas moins. La cruelle réalité d'être manequin, danseur ou comédien : on attend de vous que vous soyez irreprochables à chaque instant, on vous scrute pour déceler une quelconque normalité voire qui sait ? Un peu de vulgarité, un brin d'ordinaire et de mauvaise éducation qui vous ramène vers le reste de l'humanité de laquelle vous n'avez pas nécessairement demandé à sortir mais puisque le reste de l'humanité a décidé pour vous de vous jeter hors de la norme il vous faut bien vous y plier un instant. C'était bien pour ça en partie que Mohana était bien contente que peu de monde soit au courant de son activité en tant que danseuse, ça lui permettait d'en rester au stade de jeune femme en dehors des réalités et pas très à l'aise avec son corps. Même si paradoxalement, elle avait tout de même fait de la danse sportive et appris une demi-douzaine de danse pas piquées des vers dont le swing jazz pendant ses années de collège et de lycée, et qu'a priori une bonne partie de ses connaissances aurait dû s'en souvenir. Ils avaient juste dû accepter le fait qu'elle était différente une fois que la musique démarrait.

Elle l'écouta avec un léger sourire lui mettre la pression sans trop le vouloir. Son calme olympien lui laissait présager que travailler avec lui ne serait pas chose facile, mais elle ferait de son mieux pour être impeccable. De toute façon elle ne se laissait elle-même aucun droit à l'erreur, et ce même si la personne qui l'avait envoyée sur ce podium lui avait répété à plusieurs reprises qu'elle avait qu'avec elle, elle n'avait aucun souci à se faire, contrairement d'avec la fille qu'elle avait envoyée en premier lieu. C'était certes une très bonne danseuse, elle n'était pas capable d'inventer une chorégraphie ni d'improviser en cas de pépin. Et puis surtout, il fallait répéter dans la loge. Et pour cela, il fallait ne pas avoir de problème d'égo ni de fausse pudeur. C'était bien là l'avantage de la bibliothécaire, une fois la musique en place, elle entrait comme dans un nouvel espace d'elle-même et rien ne pouvait la faire douter, sauf un faux pas d'une personne non avertie. Pour autant, elle adorat les chorégraphies collectives, c'était un vrai bonheur. Bouger en rythme, se déplacer en respectant une ligne stricte tout en donnant une impression de facilité extrême, garder un sourire franc, plein de vie, pousser des cris suraigus, et puis finir en apothéose, dans un chaos de feuilles et de rafia de toutes les couleurs, de i'i agités dans tous les sens, de coiffes pleines de plunes pour faire un salut parfaitement millimétré dans un seul cri final. Bon sang, ce que ça aurait bien rendu une équipe complète de danseuses, mais à croire que la direction avait trouvé qu'une ferait plus prestigieux.

Elle se redressa de ses étirements et ne voyant pas arriver la costumière, elle se pencha pour sortir de son sac un grand paréo noir tout en suivant la question du dénommé Rémiël. Il avait dû déceler son angoisse, et s'il avait su que c'était bien plus l'agitation que le podium qui la rendait nerveuse, il aurait sans aucun doute ri. Comme elle n'était pas là pour lui raconter sa vie, elle opterait pour une réponse plus neutre. En attendant, elle lui sourit tandis qu'elle nouait son paréo à deux endroits, acquiesçant d'un petit signe de tête. Les deux nœuds tenaient bien, elle commença à roulotter l'étoffe à la taille, bien calée sous les os de ses hanches, laissant une fente découvrir une petite partie de sa cuise gauche.

« C'est en effet la première fois que je danse pour un défilé. J'ai déjà fait pas mal de représentations différentes avant ça, mais jamais avec des personnes qui n'ont aucune notion de danse tahitienne. Et puis je dois admettre que même quand on fait de grosses représentations, on est plus... Rectification, on est trop décontractés. »

Elle acheva dans un demi-rire en enlevant ses chaussures, ses chaussettes et son caleçon pour finir jambes nues sous son paréo. Bien, maintenant que c'était fait, il fallait qu'elle commence à trouver des pas sur la musique. De nouveau elle farfouilla dans son sac pour chercher son lecteur, mais quand elle allait mettre les écouteurs sur ses oreilles, la coiffeuse qui arrivait vers Rémiël lui signala qu'on lui avait installé un poste de radio avec un CD incluant les trois musiques dans les versions du défilé. Parfait ? « Je m'en voudrais de vous gêner dans votre travail. » avait-elle lancé avant que la coiffeuse ne lui réponde qu'au contraire, ça la changerait de d'habitude et que ça mettrait les garçons dans le bain. Ah. Super ? Elle n'allait pas vraiment se plaindre du fait d'avoir autre chose à faire que contempler d'un air un peu perdu ce jeune homme qui se transformait de minute en minute sous ses yeux. Décidément, il y avait des gens qui naissaient pour être modèle, c'était presque injuste si ça ne permettait de mieux apprécier des détails imperceptibles chez des personnes plus ordinaires. Il faut bien de tout pour faire un monde !

Elle fit d'abord un premier test. Première musique ? De l'otea. Ah. C'était un peu violent pour commencer, non ? Bon, tant pis pour leur direction artistique, pour s'échauffer, ce n'était pas négociable. La musique de transition, alors. Ce n'était pas forcément la plus typique, mais elle restait très belle. En introduction pour les hommes, donc, pourquoi pas ? Bon, elle verrait bien pour la troisième, de toute façon elle avait plus d'une heure pour trouver des chorégraphies mais à peine tout ce temps pour ne pas se claquer un muscle. Elle remit la musique à zéro, se releva et le temps des premières notes replia son haut en spandex jusqu'à ce qu'il ne recouvre que sa poitrine. Même si les premiers temps toutes les filles étaient pudiques sur ce fait, il était important d'avoir le vendre découvert dans la danse tahitienne, ou du moins dans la plupart des cas, sinon on perdait de vue une bonne partie de mouvements et c'était le cas de le dire. Le rythme lent lui permit de faire bon nombre de gestes lents, d'ample rotation de bassin, des vagues avec ses mains, son corps, et sentir que chaque muscle se réveillait doucement pour se préparer à la musique de fin qui si elle se souvenait bien du tiercé dans l'ordre allait être beaucoup plus vive. Choix étrange pour terminer un défilé, mais il fallait bien marquer les esprits. Et elle avait bonne mémoire. Elle en profita pour s'échauffer sur un rythme beaucoup plus rapide, avec des mouvements nettement moins orthodoxes mais toujours avec un sourire sincère, vraiment heureuse de se défouler.

Puis la costumière passa dans son champ de vision et manqua de se prendre un magistral coup de hanche en passant un peu trop près. Mohana s'arrêta immédiatement et alla couper la musique.

« Eh bien, j'espère que les feuilles ne vont pas tomber, avec tous ces coups de bassin que vou donnez ! »

ça, c'est ton travail, ma cocotte, pensa la bibliothécaire au plus profond d'elle-même.

« Allez, venez là que je prenne vos mesures, et puis je vous habillerez à la dernière minute. Si c'est pour que tout tombe, ce n'est pas la peine que je refasse le travail dix fois ! »

Au pire, ça fera un numéro d'effeuillage au sens premier du terme. Il fallait qu'elle tienne sa langue, sinon elle sentait qu'elle allait se faire jeter. Cette personne était beaucoup trop stressée.

« Alors, Rémiël, tu en dis quoi de ton faire-valoir pour le final ? »

Oh bah j'te remercie, vieille peau ! Décidément, cette soirée s'annonçait compliquée.



HRP :
Spoiler:
 
Invité


 Si votre plumage a besoin d'un petit coup de vif, que diriez-vous d'un peu de monoï ? [Pv Rémiel]

 :: Cimetière RPs















Acharnement et épuisement

Le beau phénix ne pardonnerait guère la moindre erreur de la part de la jeune femme, aussi minime pouvait-elle être. Il désirait être parfait lors de son défilé, embelli de mille feux par sa danse si exotique. Il savait que tous les regards du public seraient captivés par leurs deux corps au moment du final attendu de tous. Cette dernière lui confirma son expérience avant de lui avouer que c'était la première fois qu'elle se donnait en spectacle aux côtés d'une personne n'y connaissant strictement rien à son domaine. Son petit rire ainsi que ses airs légèrement nonchalants mélangés à de la béatitude étirèrent un fin et satisfait rictus sur les lèvres de Remiël. Il se complaisait dans son état si relaxé. Il ne pouvait s'imaginer défiler sur le podium accompagné d'une personne tendue. Ses mouvements en seraient alors plus qu'affectés.

Cet état décontracté est plus avantageux. Le stress enlaidirait tes pas.

Pas de laideur. Que de la beauté serait acceptée durant la représentation, une des rares occasions pour le rosé de décrocher des contrats en or en plus de devenir l'effigie de grandes marques de vêtements ou produits. Le phénix projetait de devenir un mannequin international dont la figure ornerait ces gigantesques panneaux trônant au coeur de ces diverses et vastes mégalopoles. On pourrait ainsi admirer les traits si attrayants de son visage ainsi que son corps agréablement modelé à travers le monde entier. Remiël savait qu'il devait se démarquer plus que quiconque pour atteindre ce but ultime. Il continua à faire fonctionner ses méninges, réfléchissant aux expressions qu'il allait adopter sur scène afin de capter l'attention du public et des créateurs. La maquilleuse revint vers lui quelques temps plus tard afin d'ajuster et de perfectionner une énième fois le maquillage décorant son faciès. Coloré et subtil, il faisait ressortir le vert anis de ses prunelles qui ne tardèrent pas à se poser sur Mohana. Elle prit le temps de se préparer convenablement, ne se souciant guère de la pudeur en cet instant présent avant d'entamer des pas que le phénix trouva particulièrement attrayants. Il seraient parfaits pour le magnifier davantage. Cette musique endiablée et originale s'alliait à la perfection au moindre de ses mouvements empli d'une légèreté et d'une grâce qui comblèrent Remiël. La jeune femme ne manqua cependant guère de se cogner contre une des nombreuses costumières ne cessant de vagabonder de droite à gauche afin de remplir leurs nombreuses tâches. Un semblant de colère envahit cette dernière, quelque peu inquiète que son costume ne soit ruiné avec des pas aussi prononcés.  

Ta danse est parfaite. C'est certain, tous les regards se porteront sur nous durant le final.

La voix du présentateur retentit soudainement, venant résonner jusqu'à la loge dans laquelle ils se trouvaient tous les eux. On l'entendait faire l'annonce du début du défilé et des bruits et applaudissements d'une foule de spectateurs retentirent peu après. Une musique de fond ne tarda alors pas à s'enclencher tandis qu'un des nombreux organisateurs vint dans la loge pour appeler successivement les différents mannequins et accompagnateurs dans l'ordre afin qu'ils puissent se rendre à temps dans les coulisses non loin du podium pour pouvoir défiler. Remiël demeura parfaitement calme contrairement à une poignée de ses collègues qui commença à s'affoler avec légèreté. Il savait que le stress ne serait pas en sa faveur et n'avait par ailleurs aucune raison de se montrer tendu avec le physique dont il était doté. Le final lui était en outre réservé et c'était alors davantage un sentiment de fierté et de supériorité qui l'animait.




code © Firefly


HRP: Merci beaucoup pour tes vidéos *^* C'était génial à visionner ♥
Invité


 Si votre plumage a besoin d'un petit coup de vif, que diriez-vous d'un peu de monoï ? [Pv Rémiel]

 :: Cimetière RPs
Il était relativement arrogant, mais elle ne s'attendait pas vraiment à moins dans un milieu à ce point réputé pour être mesquin et cruel. Ça lui était bien égal, une fois son intervention terminée, elle retournerait à ses livres, ses histoires fantastiques et ses illustrations anciennes et tout serait parfait dans le meilleur des mondes. Il fallait savoir faire un choix drastique dans ses rêves et se méfier de certains : les dragons et les chasseurs de sorcière avaient cela de bien qu'ils n'étaient pas réels et pouvaient à tout moment quitter votre esprit, même au beau milieu d'un quelconque cauchemar. Les garces qui sont prêtes à vous voler vos affaires pour vous empêcher de monter sur le podium à la dernière minute, en revanche, sont beaucoup trop réelles pour ne pas être prises au sérieux. Et surtout pour ne pas réellement vous empoisonner l'existence. Elle n'épiloga pas sur cette phrase qui après tout lui faisait un compliment déguisé, et puis de toute façon elle n'avait pas grand chose à prouver à qui que ce soit, depuis le temps ! Elle se contenta de lui renvoyer un sourire, chose qu'il n'avait sans doute pas vraiment remarquée, et de se focaliser sur ce qu'elle avait à faire.

La costumière arrivée en plein milieu de son échauffement fut d'une rapidité sans égale pour l'habiller tandis que Rémiel lui dit la seule chose qui pouvait lui faire redescendre le trac qui venait toujours avec le fait d'enfiler un costume. C'était dingue comme la pression pouvait monter d'un coup à cet instant précis, à chaque fois, depuis toute petite. Une pression qui disparaissait aux premières notes qu'elle pouvait entendre. Entendre que ses mouvements étaient parfaits dans tous les cas lui faisait plaisir. Au moins il n'aurait qu'à se soucier de lui-même au moment de défiler et elle n'aurait pas le stress de se demander si sa manière de remuer des hanches lui convenait ou non. Ce n'était pas pour autant qu'elle se reposerait sur ses lauriers, au contraire, elle redoublerait même de vigilence pour tenir sa tête bien haute et ses épaules bien relaxées, le sourire de circonstance aux lèvres et si possible naturel.

« Plus sur toi que sur moi, j'espère ! Je ne suis là que pour mettre un peu d'originalité au format traidtionnel. »

Une voix retentit et avec elle la costumière s'écria. Elle n'avait pas eu le temps de terminer de préparer la danseuse que voilà qu'elle devait déjà se présenter en tête de file pour inaugurer le début du défilé. Pas de panique, la jeune femme acheva de prendre les rênes : tant pis pour la coiffure, tant pis pour le maquillage, elle se contenterait de la coiffe et de secouer ses cheveux une ou deux fois de bas en haut. Voilà, c'était assez ébouriffé. Elle posa sa coiffe sur sa tête, en fit dépasser les mèches du commet du crâne à l'arrière pour masquer l'attache et après un rapide clin d'oeil à la star de la soirée, alla d'un pas rapide vers le bord de la scène, terminant d'attacher les crochets de la jupe de feuilles artificielles qu'on lui avait confectionné. Il n'y avait pas une minute à perdre, on la maquillerait pour la prochaine intervention, de ce qu'elle avait compris, elle allait devoir changer de tenue, de toute façon, les spectateurs n'y verraient que du feu !

Le responsable du défilé ne fit même pas attention à sa tenue, bien trop occupé qu'il était à passer en revue les pauvres filles qui recevaient à tout va des « Mais non, ça ne va pas ! Oh, tant pis, ça ira bien va ! » comme si avoir passé des heures à se faire préparer ne suffisait pas. L'insatisfaction constante de certaines personnes la consternerait toujours, mais c'était bien pour cette raison qu'elle ne travaillait pas dans ce milieu, n'est-ce pas ? On lui demanda si elle était prête, elle fit signe que oui, les premières notes retentirent.
Ah ! Les musiques commençant pas quelques notes de flûte, quel cliché ! Mais c'était en même temps la meilleure entrée en matière possible pour un public non averti. Elle se déplaça le temps des notes dans de grandes enjambées souples au ras du sol, dessinant des arabasques avec ses mains dans les airs, autour de son visage, vers le public. Puis les percussions démarrèrent et elle put s'en donner à cœur joie. Roulements de bassin, de fesses, coups de bassin dans un sens, dans l'autre, petits pas sur la pointe des pieds ou à croupi au sol. Une minute vingt, ce n'était pas rien à tenir en improvisation, même si elle connaissait la musique sur le bout des doigts. Occuper l'espace, sourire, rester grâcieuse, penser au salut final. Et partir en quatrième vitesse pour laisser place au défilé sous des applaudissements plus excités à l'idée de voir les créations que de la voir danser.

Elle courut vers la loge, entendant à peine les remerciements du responsable, il fallait qu'elle se change et qu'elle passe au maquillage. A peine fut-elle arrivée qu'elle commença à défaire la jupe de feuilles, se moquant absolument qu'on voie ses sous-vêtements de sport. Après tout, s'ils devaient se moquer de son corps imparfait, ils devaient tous déjà le faire depuis un moment. Et ce n'était pas grave du tout ! On lui passa un grand paréo à partir d'un morceau d'étoffe qui restait des diverses compositions proposées ce soir-là. Pour un aparima, une danse lente, il convenait de l'attacher d'une certaine manière, et la costumière ferait avec son savoir-faire à elle ou irait se damner.

Mohana attacha son paréo de sorte à couvrir son soutien-gorge bandeau et ses hanches dans la foulée, laissant son ventre découvert et une longue fente partant d'une de ses hanches jusqu'au sol. On lui demanda de s'asseoir devant une glace pour passer au maquillage et de suivre scrupuleusement les indications de la maquilleuse qui n'en aurait pas pour longtemps. Du temps qu'elle revienne, la jeune femme se tourna vers la star :

« Je me suis bien échauffée, je pense que ça devrait largement le faire pour le final. Sauf que je serais beaucoup plus présentable, on pourra penser que c'était fait exprès ! »

La maquilleuse commença se mit à l'oeuvre, mais la bibliothécaire surveillait du coin de l'oeil son jeune interlocutaire.

« Tu m'épates. Tout le monde est stressé mais tu es si calme. C'est impressionnant. Mais c'est une bonne chose, j'imagine. »



HRP : Tu peux faire avancer jusqu'au passage que tu souhaites, je ferai les descriptions des danses ensuite ;)
Invité


 Si votre plumage a besoin d'un petit coup de vif, que diriez-vous d'un peu de monoï ? [Pv Rémiel]

 :: Cimetière RPs















Acharnement et épuisement


Le beau phénix était affligé de voir à quel point tous étaient en retard sur la préparation du défilé. L'incompétence de la majeure partie des membres du staff en train de courir à droite et à gauche par manque de temps tout simplement parce qu'ils n'avaient guère su le gérer correctement l'insupportait au plus haut point. N'en parlons même pas de cette maquilleuse en train de littéralement péter les plombs à cause du stress causé par son travail vraisemblablement incomplet. Remiël soupira d'irritation en lui lançant un regard empli de noirceur. Il aurait préféré que la danseuse soit sur son trente et un même si elle n'allait pas danser pendant qu'il défilerait pour le moment mais surtout lancer l'ouverture de l'événement si attendu. Mohana eut quand même l'intelligence de préparer rapidement ses cheveux avant de lui lancer un petit clin qui lui fit esquisser un sourire carnassier avant d'aller monter sur la scène du podium.      

L'hybride mythique, lui, demeura calmement dans la loge, snobant presque ses collègues quelque peu pétrifiés par le trac. Qu'est ce qu'ils pouvaient manquer de professionnalisme. Ils devraient être habitués à ce genre d'événement avec le temps alors pourquoi perdre son temps inutilement sachant que le public présent n'était là que pour admirer le mannequin sous toutes ses coutures. Remiël étouffa un petit rire méprisant à cette pensée. Il allait les éblouir de sa magnificence il en était certain ...
Le retentissement des applaudissements le sortirent de ses pensées. Le public était vraiment en feu, sans doute à cause de la danse de Mohana qui devait être particulièrement agréable visuellement parlant et cela mettait une touche d'innovation dans le défilé. Le beau rosé quant à lui se regarda intensément dans la glace dans le moindre angle afin de déceler le moindre défaut physique. Il n'y en avait aucun et heureusement. Il se plut en outre à perfectionner le maquillage que sa maquilleuse avait réalisé. Ce dernier était bien criard avec ces vives nuances de fard à paupières et ce cendré de l'eye-liner sublimant ses prunelles. Il était vraiment beau aujourd'hui ...

Il s'était tellement admiré dans la glace qu'il ne remarqua qu'au dernier moment que Mohana était revenue. Il porta alors son attention sur elle.

Bon boulot ! Oui ils n'y verront que du feu. Je ne comprends pas pourquoi mes collègues stressent autant. Ils devraient avoir l'habitude d'être sous le feu des projecteurs.

Une des maquilleuses et costumières s'empressèrent d'aller vers la danseuse pour la préparer de nouveau. Le défilé continuait en attendant à battre de son plein, entrecoupé de petits speechs du présentateur ainsi que des quelques vagues d'applaudissements des spectateurs. Il semblait très certainement avoir du succès mais ce ne serait rien comparé au final réservé au phénix. Ce dernier étira par ailleurs gracieusement ses imposantes ailes afin de les préparer avant de monter sur le podium. Son tour n'allait pas tarder à arriver dans une heure, deux tout au plus.

Il était finalement grand temps pour Remiël de monter sur le podium. Son prénom fut prononcé et tous les regards se posèrent littéralement sur lui. Il se leva en jetant un regard à Mohana lui signifiant de le suivre tranquillement jusqu'aux coulisses juste derrière l'immense rideau de la scène. On leur demanda alors de patienter quelques temps une fois sur place, histoire que le présentateur termine de faire son petit discours clôturant le défilé. Le phénix croisa les bras et ferma les yeux, un petit sourire hautain en coin venant s'esquisser sur ses lèvres. Il savait qu'il était parfait et n'avait ainsi aucune crainte à s'exposer aux regards de tous. Il ne ferait qu'une bouchée de leurs yeux déjà tant ébahis.

Soyons parfaits ma chère !




code © Firefly
 
Si votre plumage a besoin d'un petit coup de vif, que diriez-vous d'un peu de monoï ? [Pv Rémiel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» On a toujours besoin de plus petit que soi [PV Iraki Ukiama] | Terminé
» Boire un petit coup c'est agréable, boire un petit coup c'est doux [PV : La Veuve Noire]
» Besoin d'un petit coup de main pour l'avatar
» Un petit coup de main ? (pv Shitsu)
» Petit coup de déprime [Jeremy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ariesten :: Cimetière RPs-
Sauter vers: