AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Petit amusement dans les hauts-quartiers [ PV : Aleksender Idraïl ]
Terrien
avatar
Messages : 13
Date d'inscription : 04/06/2017
Age : 20

Description
Avatar: 'Zenseiki Bakudan' (dessiné par Rei)
Pouvoir/Hybridité: Ignis Explosiones (créer des explosions ou des bombes)
Âge: Inconnu
Sam 16 Sep - 15:26

• Petit amusement dans les hauts-quartiers •

S’rieusement. C’quoi cette ville ? Elle est vraiment barbante, en fait. Tous ces gens passent leur temps dans une ’spèce de vie complèt’ment monotone. Ouais, c’vraiment ennuyeux comme la mort, ici. Dire qu’je pensais qu’ça serait amusant, d’venir sur c’tte Île. Faut croire qu’je me suis lourdement trompé. Ces gens ont une vie bête et lassante. Qui ressemble presqu’totalement à celle d’un autre. J’ai r’joint l’attaque des Terriens sur c’tte Île car j’croyais qu’ça allait être grisant. J’croyais qu’j’allais trouver un nouveau terrain d’jeux plus intéressant. Faux. Mensonges. Conneries. Y a rien, juste des escargots à peine plus réactifs. Cette milice, incapable d’m’attraper alors qu’j’l’attends quasi’ patiemment sur place. Franch’ment, on est loin des contes de fée qu’on m’a jamais lus. Si c’est l’Paradis, j’préfère encore aller en Enfers, ça m’semble plus fun. Viv’ment qu’j’en termine avec c’t endroit pour redescendre sur Terre. … mouais. Encore faudrait-il qu’je sache comment. J’avoue qu’j’ai pas pensé à d’mander avant d’venir là. B’sang, j’veux pas être coincé sur c’tte Île jusqu’à la fin d’mes jours.

Soupir. Bon, j’devrais vraiment songer à bouger d’là. J’m’ennuie. Y a sûrement bien un bâtiment d’intéressant à attaquer dans l’coin. Ces gens sont quand même sacr’ment débiles. Ils marchent d’manière tellement inconsciente dans les rues. Ils n’prennent pas l’temps d’lever les yeux pour vérifier que rien ne les guette. Vraiment une bande d’inconscients. Pas étonnant qu’ils soient si lents. Si lents à réagir. Leur p’tit monde a toujours été si grandiose qu’ils n’connaissent pas la peur de mourir à chaque instant. Triste vie monotone. Quel désagréable ennui. J’peux pas l’supporter. Non, j’peux pas. Aussi loin qu’j’me souvienne, j’ai t’jours vécu pour survivre. T’jours battu pour survivre. Et sur c’tte Île ? C’quoi les règles ? Un concours pour savoir l’quel à la meilleure vie ? N’importe quoi. Ç’a bien l’air d’être leur genre. Et ça craint à mort. Ils m’font pitié. Mais au pire, j’m’en fous, d’eux. ’S ont qu’à crever, dévorés par des monstres venus d’la Terre, tiens. C’tte une bonne idée. Nouveau soupir exprimant mon ennui ferme.

Soit. Partons en quête d’un bâtiment à détruire. Perché sur le toit d’un vieil entrepôt, observant la ville qui s’étendant sous mes pieds, je décroise les bras et me détourne du spectacle, faisant voler ma cape blanche d’un geste, pour rejoindre l’escalier par lequel je suis monté. J’me d’mande quelle partie d’la ville, j’devrais viser aujourd’hui. P’t-être les fins fonds d’la ville, ’stoire d’voir à quelle vitesse débarque la milice. Lents comme ils sont, p’t-être qu’ils arriv’ront qu’demain. ’Spèce d’escargots. Je descends l’escalier, sautant les dernières marches pour atteindre le sol plus vite. Je secoue mes vêtements de l’éventuelle poussière qui a pu se déposer sur eux, et je récupère mes affaires, en somme mes bombes, que j’accroche à ma ceinture. Puis je quitte le bâtiment, sans un regard pour celui-ci. ’Cun intérêt, d’toutes manières. Je m’aventure à travers la ville, ne prêtant pas attention aux possibles coups d’œil qu’on me lance. Quoi ? J’suis pas discret ? Qu’est-ce que j’m’en tape ? J’cherche pas à m’cacher, comme c’tains Terriens, moi. J’suis pas un trouillard.

Au bout d’une dizaine de minutes, parce que j’me suis pas un escargot, j’atteins les fins fonds de la ville. Ça s’voit. Y a moins d’maisons, et y a plus d’maisons d’riches, aussi. ’Sont moches, d’ailleurs. ’S ont mauvais goût, sur c’tte Île. Elles mérit’raient toutes d’être ravagées. Mais… oh. Celle-ci est charmante. Ç’m’a tout l’air d’être un manoir. Un manoir. La d’nière fois qu’j’ai attaqué un manoir, c’était sur Terre. Y avait eu un mort. Un domestique. Mouais. Pas très glorieux, bien qu’c’était pas l’but de l’attaque. J’voulais voir s’il était encore en vie. J’ai eu ma réponse, et j’me suis barré. J’avais plus rien à faire l’-bas. D’ailleurs, j’crois qu’le conseil qu’gère la Terre n’a jamais essayé d’me retrouver. Ou p’t-être qu’si, sauf qu’je suis pas au courant car j’suis sur c’tte Île, maint’nant. J’verrai quand j’redescendrai, sans doute. Bref. C’manoir. Ç’peut être amusant, d’voir les résidents, gros comme des porcs, sortir en courant. P’t-être cliché comme idée, m’bon. J’m’en fous. Je m’approche du portail, sur le côté, un panneau indique la famille qui vit ici : ‘Idraïl’. Jamais entendu parler. Pas une grande perte, dans c’cas. Ah, y a un interphone également. J’appuie dessus avant de m’éloigner, les laissant répondre dans le vide.

Longeant le portail, je cherche un moyen d’entrer. Pas facile, c’bien protéger, et garder. Bien qu’ce soit pas les caméras qui vont m’faire peur et m’arrêter. La milice m’connaît déjà. Je finis par laisser tomber en ayant fait le tour, et escalade le portail. Parfois, il vaut mieux aller au plus simple. Et j’ai plutôt une bonne agilité grâce à ces chers gérants. Je m’avance vers le manoir sans me presser. S’rieux, leur terrain fait combien d’kilomètres ? Finalement, je me range un peu sur le bas côté, près des buissons quand l’immense maison se fait de plus en plus proche. La porte d’entrée est une grande double porte. Sur la gauche et la droite de celle-ci, deux larges fenêtres. Tiens, j’remarque que maint’nant, mais y a pas de gardes. C’est p’t-être leur jour de vac’s. C’est des feignants, sur c’tte Île. Je me faufile jusqu’à la fenêtre de gauche. Tandis que je lève ma main pour viser la fenêtre, je choppe une de mes plus grosses bombes dans l’autre, la tenant prêt à la jeter. Je vise, un œil fermé pour la précision, et je concentre mon pouvoir. Une explosion retentit, et la vitre explose, faisant voler des morceaux de verre et provoquant un fort bruit de verre brisé.

Immédiatement, une alarme résonne bruyamment dans tout le manoir. Eh bien. Au moins, ’s ont quand même un système d’sécurité opérationnel. Et, sans attendre que des possibles gardes se montrent, je lance ma bombe par la vitre en morceaux dans le bâtiment, un large sourire aux lèvres.

« ’Ttention, ç’va faire BOUM ! »

Je m’exclame comme à mon habitude. Je me baisse un peu, sous le cadre de la fenêtre, riant légèrement. Collant mon pouce et mon majeur ensemble, je claque des doigts. Et une explosion encore plus énorme que la précédente retentit. J’cherche pas à voler quoi qu’ce soit. Ç’m’intéresse pas. Non, j’veux juste ravager toute l’Île. Un puissant courant d’air mêlé à une épaisse fumée noire s’échappe par la fenêtre brisée, retirant les derniers morceaux de verre coupants sur les rebords. Des cris et des ordres sont lancés de partout à l’intérieur du manoir. Je n’en tiens pas compte. Je profite du remue-ménage pour me glisser le long du mur et rejoindre l’arrière de la maison pour lancer une seconde attaque.



HRP:
 
Petit amusement dans les hauts-quartiers [ PV : Aleksender Idraïl ]
Humain
avatar
Messages : 12
Date d'inscription : 26/06/2017

Description
Avatar: Shin ▬ amnesia
Pouvoir/Hybridité: rien, nichts, nada, niet
Âge: 21 ans
Sam 16 Sep - 18:10
Alek soupira en regardant le jardin. Il avait la tête encombrée. L’arrivée de ces terriens était autant une plaie qu’une aubaine. La force cerbère n’avait jamais été aussi rentable, mais d’un autre côté, cela rendait aussi le recrutement plus difficile et la brusque explosion de la demande l’avait obligé à dégarnir sa propre sécurité. C’était agaçant pour lui qui avait toujours veiller à faire de cet endroit sa citadelle de ne plus voir le moindre homme en patrouille autour de sa demeure. Même le petit chenil avait été vider pour permettre à sa filiale de sécurité d’honorer tous ses contacts. Le jeune homme revint à son bureau pour se replonger dans le dossier qu’il avait quitté un peu plus tôt. Les résultats de l’entreprise étaient plutôt positifs, peut-être qu’Altaïr pourrait redévelopper plus avant sa section défense…

Quelques heures passèrent, les rapports succédant aux bilans devant les yeux du jeune homme avant qu’une détonation ne lui fasse relever la tête qui s’était poser sur le bureau en s’endormant. La demeures vacilla légèrement alors que les yeux du brun s’élargirent. Qu’est ce qui pouvait bien se passer. Une nouvelle explosion retentit en dessous alors que de la fumée sortait brutalement par la fenêtre. Alek courut vers le placard qui attendais paisiblement dans un coin de la pièce un peu avant que la porte ne s’ouvre à la volée pour laisser entrer deux hommes en tenue de combat, à l’exception du casque. Alek se débarrassa de sa veste pour enfiler à son tour un gilet de combat noir, orné d’une tête de cerbère rouge.

Monsieur, il faut vous évacuer, on va vous emmener au QG le temps qu’une équipe s’occupe de ce qui se passe ici, ils en profiterons pour appeler la milice.

Le brun acquiesça avant de suivre les deux hommes dans les escaliers pour se rendre à la voiture.

ALLEZ AU SOUS SOL !

il était sans doute impossible d’empêcher que les domestiques paniques, mais s’ils pouvaient au moins se mettre à l’abris cela pourrait sauver leurs vies. Une nouvelle explosion retentit manquant de faire tomber le trio dans l’escalier. Le trio atteint malgré tout rapidement le garage dont la porte s’ouvrit rapidement pour laisser passer la berline noire. Celle-ci ne fit néanmoins pas deux mètres qu’un bloc détacher de la façade par une explosion vint exploser le pare-brise ainsi que le conducteur et le garde assit à l’avant. Le moteur subit aussi d’importants dégâts et la voiture continua mollement son trajet sur quelques mètres avant que le brun ne puisse en sortir avec le garde toujours en vie.

Alek sortit donc son arme de poing et commença à faire le tour du manoir. De toute évidence la fuite n’était plus vraiment une option envisageable et avec l’effet de surprise il pourrait peut-être éliminer la menace.
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit amusement dans les hauts-quartiers [ PV : Aleksender Idraïl ]
» On se sent si petit, noyé dans l'Univers.
» Un petit jardin? [PV Aly]
» Le carton du petit chat mignon
» Recherche de petit boulot à Pré-Au-Lard.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ariesten :: Ville :: Le Quartier Résidentiel-
Sauter vers: