AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

[Mission] I Got No Time ~ [ PV : Mehel R. Eshi ]
Rang Niel
avatar
Messages : 39
Date d'inscription : 23/02/2016
Age : 20

Description
Avatar: Oliver (Vocaloid)
Pouvoir/Hybridité: Revocare (annuler toute forme de magie dans un rayon de 5m)
Âge: 16 ans
Dim 10 Sep - 12:02




I Got No Time ~




Vous vous êtes déjà dit que, lorsque vous êtes malchanceux depuis la naissance, faire des paris, c’était pour tout le monde sauf pour vous ? Oui ? Moi, je me le suis déjà dit, en tout cas. Cependant, je suis incapable de résister à la tentation. En même temps, c’est si amusant ! Comment y résister ? Je ne peux pas ! Et quand bien même, je connais déjà le résultat à l’avance, j’aime jouer ! J’aime profiter de la vie ! Hein ? Vous voulez savoir pourquoi je dis ça ? Eh bien, tout simplement parce que j’ai encore perdu à un pari ! Et cette fois, le gage paraît beaucoup plus ‘effrayant’ ! Mais je m’en fiche ! Moi, ça ne me fait pas peur ! Je devrais ? Je verrai quand j’y serai ! De toute façon, je ne mourrai pas ! Quoi qu’il arrive, je ne laisserai pas ma malchance gagner, donc je ne mourrai pas ! En plus, ça n’a pas l’air aussi terrifiant qu’on le dit ! Je suis devant le bâtiment… ou plus exactement, devant l’usine. Car oui, mon gage est de visiter une usine ! C’est pour ça que ça a l’air amusant !
***
J’étais à l’école, pour une semaine, histoire de faire un compte-rendu de ce que j’apprends en alternance. Et durant l’une des pauses du midi, j’ai rejoint mes camarades de classe. Pour la plupart d’entre eux, ce sont des Hybrides parce que je n’annule pas leur capacité à se transformer en animal. Pour mon don, une transformation animale n’est pas considérée comme de la magie. Je ne comprends pas toujours la logique de ce pouvoir qui est le mien. Enfin bon, peu importe ! En discutant avec eux, ils ont parlé de l’ancien coin industriel, comme quoi des rumeurs couraient à propos de vieilles expériences scientifiques. Ils disaient aussi que des monstres y régnaient et ils ont défié les uns et les autres d’aller vérifier. Au final, on a fini par faire un jeu, qui consistait à parier sur un cheval dans une course, auquel j’ai perdu. Même en voyant ma défaite prévisible, j’ai ri. J’allais pouvoir m’amuser un peu.

Cependant, avant de me rendre directement aux usines abandonnées, j’ai opté pour faire un détour chez mon ami, Mehel. Tel que je le connais, je risquais de le trouver soit dans sa boutique, soit à traîner dans la rue. Occasionnellement, à me suivre à chaque endroit où je me rends. Un peu fou, je crois. Mais il reste ‘sympa’ et ne m’ignore pas, au moins ! Bref, j’ai donc tenté le magasin, cette fois. Et bingo ! Il était là, derrière son comptoir, à se goinfrer de bonbons ! Je peux dire qu’il était heureux de me voir, vu comment son expression s’est rembrunie avant même que je n’aie pu le saluer d’un « Hey Mel’ ! ». J’ai emprunté le surnom que son patron lui donne ! Je trouve ça amusant, même si lui le déteste. Et donc, après sa réponse habituelle « C’est Me-hel ! », je lui ai demandé joyeusement s’il acceptait de m’accompagner à l’adresse… que je lui ai désignée en montrant une carte de la ville. Un long silence s’en est suivi, mais il a fini par accepter !
***
C’est donc comme ça que nous nous sommes retrouvés… eh bien devant cette usine. Voilà. Non sans mal, d’ailleurs. Je n’ai pas cherché à compter le nombre de fois que ma malchance a essayé de me tuer pour venir jusqu’ici. Beaucoup trop, en tout cas. Sérieusement ! J’ai failli me faire écraser par un pneu ! Un pneu de tracteur ! Ça ne va vraiment pas bien, dans ce monde ! Je me demande d’où il sortait, ce pneu ! Enfin, comme toujours, j’ai survécu à cette ‘attaque’ ! Et je survivrai à toutes les suivantes ! Ce n’est pas cette usine qui va me faire peur ! En fait… elle n’a rien d’effrayant, même. Je ne sais pas, on dirait une usine… banale. Elle est immense, rien d’extraordinaire. Et elle ressemble à toutes les autres usines à côté. Elle n’a rien de suspect ou ne présente pas de ‘monstres’, dont parlaient mes camarades de classe.

Mais le pari disait que je devais entrer à l’intérieur. Parce que je dois prouver que je suis entré pour vérifier qu’il n’y a pas de ‘monstres’. Encore faut-il que je sache comment on entre ? Je pense que nous ne sommes pas arrivés du bon côté, vu que devant moi… il ne se tient qu’un haut mur blanc très sale. Je jette un nouveau coup d’œil au plan avant de prendre sur ma droite, longeant le mur. Je marche assez lentement pour éviter d’être surpris par ma malchance, surtout dans une telle zone. Elle pourrait surgir de nulle part, avec des ‘attaques’ complètement bizarres. … comme ce parpaing qui tombe brusquement de sa pile contre le mur, juste devant moi, et qu’évidemment, je me prends les pieds dedans. Je m’étale lourdement et de tout mon long dans la poussière, lâchant le plan qui s’enroule un peu plus loin. Je soupire, avant de rire légèrement et de me relever. Le bas de mes jambes est faiblement égratigné par la pierre, mais ça ne me fait pas mal. Je secoue mes vêtements pour me débarrasser de la poussière, et m’avance pour récupérer le plan.

Par la même occasion, je regarde derrière moi et adresse un grand sourire à Mehel qui me suit toujours avec une sorte d’ennui ou d’agacement flagrant. Eh bien, c’est Mehel, de toute façon. Il est toujours comme ça ! Difficile de vraiment savoir à quoi il pense ! Je ramasse donc la carte et reprends mon chemin comme si de rien n’était. Au bout du mur, je tourne à gauche et je dégote enfin la porte. Immédiatement, je me précipite en trottinant vers celle-ci et appuie sur la poignée. La lourde porte s’ouvre, et la surprise remplace temporairement mon sourire. Elle n’est pas verrouillée ? Les anciens travailleurs ne l’ont pas fermée lorsqu’ils ont quitté les lieux ? Peut-être s’était-il passé quelque chose qui a précipité leur sortie, et ils oublié ? Je ne sais pas, et je ne saurai probablement jamais. Mais je saute sur l’occasion, et je pousse aussitôt la porte pour entrer. Il fait incroyablement sombre à l’intérieur. Et la poussière flotte partout dans l’air. Je place mon avant-bras devant mon nez, et tousse un moment avant de m’aventurer un peu plus dans l’entrée du bâtiment. Néanmoins, je m’arrête pas très loin de l’entrée, attendant que ma vue s’adapte partiellement à l’obscurité. Gold, curieux, sort sa tête de sous mon béret, piaille doucement et se rengouffre sous sa ‘protection de tissu’. Je cligne des yeux, ne comprenant pas tellement sa réaction. Aurait-il peur ? C’est possible. Je n’aurais peut-être pas dû l’emmener ici… qui sait ce qui pourrait arriver…

À nouveau, je me tourne vers mon ami avec un sourire. Je me demande vraiment ce qui nous attend dans cet endroit ! Mais je présume qu’il est juste totalement vide, et au final, il n’y aura rien de bien effrayant. Au contraire, ça risque même d’être plutôt ennuyeux. Enfin… c’est comme ça ! On va bien voir ! Si ça se trouve, ça ne sera pas si ennuyeux que ça ! Peut-être que je me trompe lourdement ! Oh… j’aurais sans doute dû songer à prendre une lampe torche ou deux aussi. C’est idiot de ma part. Je n’ai jamais été vraiment prévoyant ! J’attends que Mehel me rejoigne pour avancer un peu plus encore dans le bâtiment. Je passe sous une imposante porte blindée, sans m’en préoccuper particulièrement. Vieux comme c’est, ici, elle ne doit même plus fonctionner. Eh bien… ou tout du moins, c’est ce que je croyais. Jusqu’à ce que je marche sur une espèce de bouton surélevé au sol, et qu’une alarme retentisse brusquement, de manière assourdissante. Je place mes mains sur les oreilles, tandis que la porte blindée s’ébranle et se ferme tout d’un coup, envoyant valser un tas de poussière dans tous les sens, me faisant tousser encore plus que tout à l’heure. Et nous bloquant toute sortie. … je crois que je viens d’activer le système de sécurité… c’est bien ma malchance, ça. Incapable de me laisser tranquille cinq petites minutes.

« Bon… eh bien… je crois que nous allons devoir trouver le poste de contrôle pour désactiver la sécurité, si nous voulons sortir, hé, hé ! À ton avis, c’est par où ? »

Au loin, dans les profondeurs de l’usine, un léger bruit ressemblant à un cliquetis résonne, et fait écho contre les parois. Encore trop loin pour être perçu par le duo. Mais quelque chose se cache. Quelque chose attend et guette. Qu’est-ce que cela peut bien être ?

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Première mission
» Une mission pour changer la face d'Haïti !
» Libellé de la lettre officielle de démission du Commissaire Claudy Gassant
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ariesten :: Ville :: Rues & Ruelles-
Sauter vers: