Cyborg

Description
Avatar: 2A : Nier Automata
Pouvoir/Hybridité: Overclocking
Âge: 19 en apparence
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 36
Date d'inscription : 05/07/2017
Age : 21


 Quand le passée rencontre le présent [PV Yul]

 :: Alentours :: Le Lac

Quand le passée rencontre le présent [PV Yul]

ft. Yul
Et voici mon premier RP. Une petite mise en scène qui n'as rien avoir avec Yul, pour fêter ça! Après tout, il faut bien expliquer ce qui arrive à la suite de mon histoire sur ma Pres ! Enjoy!

Fraîchement sortie de ma veille, le scientifique nommé Lecceh et moi-même sortirent de l'ancien QG pour se retrouver dans une usine désaffecter. Ici, d'après ma base de donnée, ce trouvait une usine de textile, mais elle n'est plus active en ce jour.

* MODIFICATION DE LA BASE DE DONNÉE – CHECK *

Un des ravages du temps, ou bien… la fin du projet A3 à aussi potentiellement amener à la fermeture de l'usine, qui était une couverture pour camoufler le QG. Il faudra que je fasse des recherches pour découvrir la vérité sur tout l'histoire. Bien que ma fonction première est le combat, je voulais savoir pourquoi tout cela est arrivé, qu'est-il advenu de mes créateurs ? Cette curiosité, comme on l'appelle chez les organiques, est un signe de mon ancienne identité que je ne peux effacer. Le Directeur dirait probablement que c'est un défaut de conception, que je ne devrais pas ressentir une telle nécessité… Et pourtant, cette étrange dualité paradoxale… Fais de moi un être complet et unique. Le directeur à lui-même fini par le comprendre finalement : cette anormalité dans mon fonctionnement est ce qui fait ma force par rapports aux autres unités.

Mais qu'importe ce qu'est mon existence pour le moment. Je me retournais vers le scientifique qui m'accompagnais jusqu’à la sortie puis se mit à parler.

« Éos, attend ici s'il te plaît. Je vais aller te chercher des vêtements pour cacher les parties de ton corps les moins humaines, en particulier les lignes d'aérations, qui tranche ta 'peau' »

J’acquiesçai, ayant accepté de suivre temporairement ses directives. Me fondre dans la masse pour ne pas paraître trop suspicieuse. Il sortit de l'usine pendant que j'allais m'asseoir sur une ancienne chaîne de fabrique. Oui, cette dualité me faisait faire des choses inutiles, j'aurais bien pu rester debout, ça n'aurait rien changé, le temps n'a aucune emprise sur moi. Mais j'avais souvent cette envie… de me comporter comme une organique. Étais-ce ça aussi une erreur ? Je n'en savais rien, et ce n'était pas à moi de juger si oui ou non c'est une chose futile pour un être comme moi.

Une heure, deux minutes et trente-sept secondes plus tard, le scientifique est revenu, portant un sac en papier, qu'il me tendit.

« Tiens, enfile ça. Ils devraient te couvrir suffisamment pour cacher ce qui doit être caché. »

« Affirmatif. »


Je pris les vêtements et les enfilai. Regardant mon reflet dans un morceau de glace brisé, je constatais qu'en effet, il n'y avait aucun moyen de me différencier à l'oeil d'un être humain. Je devrais pouvoir me fondre dans la foule sans difficulté.

« J'approuve le déguisement. »

« Content que ça te plaise. Écoute, je vais fouiller un peu les environs puis rentrer commencer à écrire mon rapport sur la situation. Toi, va en ville et observe, met à jour ta banque de donnée. Évite les ennuie aussi, il serait bête de perdre ta couverture dès le premier jour. Une fois cela terminée. Rejoins-moi chez moi, à l'adresse suivante. Tu as des questions avant de partir ? »

« Négatif, je pars accomplir la mission. »


Je parti sans demander mon reste, laissant faire le scientifique ce qu'il avait à faire, et moi, m'occuper de mes objectifs de mission : De la reconnaissance de terrain. Utilisant mes intégrés dans ma mémoire, je me dirigeai vers le centre-ville.

Première constatation, les chemins ont très peu été modifier. Juste quelques modifications pour mettre à jour le plan seront nécessaires. Conclusion, peu de temps sur l'échelle cosmique c'est écoulé depuis ma mise en veille. Deuxième constatation : La ville a grandi en taille, et pas seulement en superficie terrestre. Des tours se dressent maintenant au centre ce celle-ci, visible de la zone industrielle.

Vingt minutes et quarante-deux secondes après mon départ de l'usine en abandons, j’arrivai au centre-ville d'Ariesten. Troisième constatation : LA ville est plus peuplée que lors de ma mise en veille. Il sera plus délicat de faire des opérations de discrétion dans ses conditions, excepté pour la prise en filature. Quatrième constatation : Il semble avoir encore moins d'humains sans don. Sont-ils voués à disparaître ?

Je me balladais dans les rues, observant les alentours, les personnes, les bâtiments, et récoltais le plus d'information possible. Ariesten avait quelques peu changer sur divers aspects :

-La technologie à fait de grande avancée. Si j'ai bien compris les spécifications du vendeur de l'objet ordinateur, qui sont maintenant vendu au civil, les processeurs qu'ils contiennent sont aussi performants que les miens, des processeurs militaires.

* DEMANDE DE POTENTIEL AMÉLIORATION ENREGISTRER *

Je n'ose pas faire le calcul sur les matériels militaires, et à quel point cela à progresser… À ce niveau, ça ne sera pas une demande, mais une obligation de mettre à jour mes systèmes. Je ne pouvais affronter les nouveaux modèles sans cela, c'est comme demander à un archer d'affronter une infanterie moderne, du suicide.

-Le niveau de bonheur a chuté. Des signes d’inquiétude, de peur sont discernables dans la population. Si les informations du scientifique était correct, les terriens frappent n'importe où. Ce n'est pas une guerre ouverte où deux armées s'affrontent, non, ce sont des actes de terrorismes, pour semer la panique dans l'esprit des gens. De plus, les terriens arrivent pour la plupart à cacher leur apparence et à se fondre dans la foule. Qui sait, j'ai peut-être écouté certains d'entre eux sans le savoir. Il sera difficile de les débusquer. Prudence sur le niveau social donc, je dois m'assurer de l'origine de la personne avant de discuter sur des points sensibles.

Je continuai mon exploration de ce monde à la fois si familier et pourtant totalement inconnue, d'après toutes les modifications que je faisais sur le plan, quand soudain, j'arrivai devant une enseigne. « Fantastique tenue. » . Aucun doute, ce nom me disait quelques choses, mais pourquoi ? J'eus la réponse très vite, quand un flash si connu désormais éblouis mes capteurs… Ou plutôt l'illusion d'un flash.




J'étais devant l'enseigne, mais le magasin était plus petit. Une femme plus âgée me tenait le bras et semblait me traîner à l'intérieur. Je ne pouvais m'empêcher de penser qu'un air de ressemblance plus que probable était visible entre nous deux.

« Allez, du nerf petit sœur ! Comment veut-tu plaire si tu ne t'habilles pas mieux ? »

« Mais je... »

« Pas de mais. Il est temps que tu sortes de ta bulle dans laquelle tu t'es enfermé depuis ton départ de l'académie, et que tu retrouves une joie de vivre ! Et quoi de mieux qu'un petit ami pour t'y aider. Ou petite amie, si tu es de cette tendance ! »

Je semblais essayer de me débattre.

« Pas la peine de ... »

« Pas la peine de quoi ? De t'aider ? Où comme tu le dis si bien, arrêtez de perdre mon temps avec une moins que rien ? Bon sang Adélaïde, ressaisit toi ! Où est passé ma petite sœur pleine d'ambition ? La vie n'est pas ce que l'on veut, certes, mais on doit se battre pour l'obtenir ! Avant d'aider Ariesten, aide-toi déjà, petite sœur, et je vais t'y aider ! »

« Mais Sola, je ne veux plus... »

« Hop, assez de blabla, on entre et un point c'est tout. »




Un nouveau flash, et quand celui-ci s'estompa, je me retrouvais devant le magasin, avec une hôtesse qui se tenait devant moi.

« Mademoiselle ? »

« Excusez-moi, j'ai eu une absence, vous vouliez quelques choses ? »

« Mais bien sûre, je comprends, comment ne pas rêver devant les tenues que nous proposons ! Je vous ai aperçu dans la rue à observer le magasin, alors j'ai tout de suite su que vous étiez intéressée ! Venez, entrée donc, nous allons étudier la question de savoir comment faire ressortir votre charme naturel, à l'inverse de cette chose que vous portez ! »

Elle me prit par la main et commença à nous amener à l'intérieur.

« Mais je... »

« Allons, allons, la beauté n'attend pas ! Entrez donc, que vous soyez humaine, hybrides ou même un cyborg, vous trouverez forcément votre bonheur. »


Je dégageai ma main brusquement, si brusquement que l'hôtesse faillit tomber au sol, mais elle se ressaisit aux derniers moments. Sans un mot, je tournai les talons et repris l'exploration du lieu, pour essayer de récupérer des informations supplémentaires, sous le regard perplexe des gens qui ont vu la scène.

Quelques instants plus tard, j'arrivai cette fois-ci dans un magasin Hi-tech. Et… j'y passai le reste de ma journée. J'étais fascinée sur l'avancement technologique qu'avait subit Ariesten depuis ma mise en veille. Des ordinateurs, aux téléphones, ou aux divers gadgets aussi utiles qu'inutiles, tout avait l'air si différents de quelques années en arrières. Je traînais tellement dedans que le vendeur dû, malgré son enthousiasme évident de discuter de son domaine avec une intéressée, dû me demander de partir, pour ne pas passer la nuit ici.

Je sortis donc, et m’aperçus avec surprise que je n'avais pas vu le temps passer. Il faisait déjà nuit, mais ça ne me gênait pas, ça me permettra de voir comment ce passe la vie ici de nuit. Mais, au lieu du centre-ville, je me dirigeai vers le lac, d'après ma base de donnée. Je sortis donc de la ville et, une fois arrivé aux berges du lac, j'observais les environs. La lune était maintenant levée et était reflété sur l'eau du bassin d'eau. Je me baladais doucement sur le rebord du lac, tournant doucement autour. Mon but n'était pas spécialement d'aller loin… Juste de faire une petite balade. Ma dualité appréciait cet endroit où peu de personne était présente à cette heure. C'était… Relaxant. Je finis même par m'asseoir juste à côté de l'eau, en trempant mes pieds dans ce liquide qu'était source de vie pour les organiques, mais que nous, robot, évitons… Enfin, la plupart, j'ai la chance d'avoir mes circuits entièrement étanches.

Je restais ainsi quelque temps, une minute, peut-être une heure, le temps n'avait pas d'emprise sur moi. Tout ce que je sais, c'est que mes capteurs auditifs ont entendu des bruits de pas qui approchaient de ma position… Étais-ce juste un passant, ou bien… ?
Terrien

Description
Avatar: Frisk - Undertale
Pouvoir/Hybridité: JUI UN ENFANT
Âge: Huit ans
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 55
Date d'inscription : 31/05/2017


 Quand le passée rencontre le présent [PV Yul]

 :: Alentours :: Le Lac
have you ever had dreams like this
Eh bien feu follet, voilà que tu lézardes encore les murs d’une Ariesten à peine endormie. Tes joues fouettées par le vent frais et malicieux revêtent une teinte rougie tandis que tu sautilles et frayes ton chemin dans les rues désertes de la ville. Ton chemin après quelques minutes d’errance croise celui d’un chat errant au pelage écaille de tortue affreux. La bête, visiblement fier de caractère, collectionnait diverses cicatrices disséminées sur la totalité de son corps mais la plus apparente ou du moins celle qui piquait le plus ton intérêt demeurait celle qui fendait son œil gauche. En t’approchant à pas de loup, tu parviens à distinguer que ledit œil lui fait par ailleurs défaut et n’est plus rien qu’une plaie boursoufflée assez désagréable à regarder. Le félin, d’un grognement bancal et nasillard s’essaie à te dissuader de l’approcher un peu plus. Sa maigre échine se courbe en un arc de cercle et le peu de poils de sa carcasse se dressent et lui donnent l’illusion d’avoir doublé de volume. Qu’ils sont faibles ces mécanismes de défense, pas vrai ? Pour tuer le curiosité d’un gamin dans ton genre, c’est bien trop peu n’est-ce pas ? Accroupis à ras du sol, tu tends ta main et sautes d’un pas en avant. Le vieux matou feule de plus belles en te montrant ses derniers crocs. Ton prochain saut se solde par une punition sans appel. En une fraction de seconde, le chat ne se contente pas seulement d’égratigner ta main mais vient également griffonner sa signature sur ses joues et ton nez. Plus surpris par cette attaque surprise que par la douleur, tu tombes sur le dos et protège ton visage en le prenant en coupe entre tes petites mains. Une fois satisfait de t’avoir arraché un peu de peau, l’orgueilleux te laisse à ta souffrance en grimpant sur un muret et disparaît dans la nuit noire.

Un quelconque enfant aurait pu fondre en larmes à la suite d’une expérience aussi traumatisante, mais toi tu en ris. Tu ris en essuyant les quelques gouttes de sang qui dégoulinent de tes mains et de tes joues. Tu te relèves en souriant, époussette tes vêtements avant de poursuivre ta route. Plus le temps passe, plus la nuit avance et au moins tu crains de t’aventurer plus loin dans Ariesten. Cela fait maintenant des semaines que chaque nuit tu repousses un peu plus tes limites et ce soir-là, tu t’essaies à dépasser les frontières de la ville, encouragé par le fait que ta seule rencontre désagréable vu celle d’un vieux matou.
Quel bonheur d’être encore aussi jeune n’est-ce pas gamin ? Car de tes yeux d’enfant, cette étendue d’eau que tu découvres et qui se situe juste là sous tes yeux émerveillés semble s’étendre à l’infini. Le reflet de la lune argentée déformée se reflétant sur celle-ci fait grossir ton cœur d’une joie incommensurable. Alors à tout allure, tu t’élances près de celui-ci et c’est à peine si tu remarques la jeune femme assise-là, bien plus paisible que toi.

Gonflant tes poumons du plus d’air possible, tu t’interromps un instant avant d’expirer avec puissance. WOUAAAAAAAAAAAH ! C’EST BEAU ! Tu piétines le sol avec véhémence, incapable de contenir le trop plein d’émotion dans ce corps ridiculement petit. Tombant à genoux au sol, tu trempes ta main dans l’eau fraîche et promène ta main sur la terre meuble tapissant le fond du bord. Ce n’est qu’après quelques longues minutes d’exaltation solitaire que tu jettes un coup d’œil par-dessus ton épaule et que tu t’avances vers la jeune femme. Tu lui pointes l’eau, de ta main dégoulinante de terre et d’eau avant de t’empresser de demander. Dis madame tu sais ce que, euh, tu sais, madame, tu sais qu’est-ce que, qu’est-ce que, tu sais, madame, c’est quoi, euh, c’est quoi ça madame ? Tu ne te soucies pas de ton problème d’élocution dû à ton émerveillement, tu ne te rends même pas compte que tu viens de lui balbutier un fouillis de mots car ce qui t’importe plus que tout, c’est de savoir ce que c’est que ça.

tag: #disisbeautiful
BY MITZI
Cyborg

Description
Avatar: 2A : Nier Automata
Pouvoir/Hybridité: Overclocking
Âge: 19 en apparence
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 36
Date d'inscription : 05/07/2017
Age : 21


 Quand le passée rencontre le présent [PV Yul]

 :: Alentours :: Le Lac

Titre

ft. Yul
Rien à signaler '^'

Une présence pouvait être visible à mes côtés, sur les berges du lac. Un jeune enfant, l'air joyeux, sans le moindre souci au monde, semblait être émerveillé devant le spectacle du lac. L'homme en devenir avait, sur son visage, des traces de griffures, qui semblaient récentes aux vues des traces de sang, mais il en faisait fit, et continua à s'extasier devant le lac, et il finit même par lâchée un cri d'admiration qui venait sans doute de son coeur. Je le regardais sans dire mot, s'amuser de différente façon, il ne semblait pas m’avoir aperçu. Cependant, une question apparue de nul part dans mon esprit… Que faisait-il si tard, à l'extérieur de la ville ? N'était-il pas un peu jeune pour se balader ainsi ? D'un autre côté, il donnait cette impression que c'était sa première fois ici, comme s'il n'avait jamais aperçu le lac de sa courte vie.

J’observais exhibition du garçon, qui durait de courtes minutes. Sa joie de vivre affecta mon organe de pensée, qui eut la plaisante idée de m'envoyer une information qui était enterrée dans ses tréfonds, pour la deuxième fois de la journée, ce qui était, en soi, très rare. En général, il se contentait d'une fois tous les quelques jours…




J'étais dans le lac, et une femme tenait mes mains qui semblaient bien plus petites qu'elle le sont aujourd'hui. Je flottais sur l'eau grâce à ses mains, et je battais de mes pieds frénétiquement.

« Continue comme ça Adélaïde, tu sauras très vite nager à cette vitesse ! Courage. »

« Oui maman ! »


Elle recula petit à petit, et ainsi on faisait un manège qui tournait en perpétuel cercles, pendant que sur la berge le reste de la famille regardait avec plaisir la scène sous leurs yeux.




À mon retour à la réalité, le jeune enfant continua de batifoler dans l'eau. En regardant ma réflexion sur le liquide que la lune éclaira de toute sa splendeur, je vis sur mon visage un sourire apaisé, bien loin de mon habituel visage froid. Est-ce ce jeune enfant qui me faisait sourire, ou bien le “souvenir” d'une vie passée qui me rendait heureuse ? Je ne connaissais pas la réponse.  À cette question… Cependant, je connaissais celle de la suivante. En effet, comme s'il venait à peine de remarquer ma présence, ce qui est à l'air d'être le cas, le petit vient à moi, et pointa du bout le lac, pour indiquer probablement l'eau elle-même. Et il posa sa question, très maladroite. Mais je compris, oui, enfin je pense. Il parlait bien de l'eau, n'est-ce pas ?

Je me penchais, et pris de l'eau dans ma main droite, que celle-ci contenait sans difficulté aucune. J'approchai ma main de son visage, puis plaça un doigt dans le liquide. J'allais répondre au jeune curieux. J'étais… de bonne humeur.

« Ceci est de l'eau. Ce liquide est nécessaire à la vie d'un humain. Et elle a de nombreuse propriétés. Je pourrais tout t'expliquer mais… Ça risque d'être long, donc je vais plutôt te demander : Que veux-tu savoir sur l'eau ? »

Je m'accroupissais pour arriver à son niveau, ayant toujours l'eau dans la paume de ma main. J'attendais la réponse du jeune garçon.
Terrien

Description
Avatar: Frisk - Undertale
Pouvoir/Hybridité: JUI UN ENFANT
Âge: Huit ans
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 55
Date d'inscription : 31/05/2017


 Quand le passée rencontre le présent [PV Yul]

 :: Alentours :: Le Lac
have you ever had dreams like this
Tu fais papillonner tes yeux amandes tandis que tu bois les paroles de la femme aux cheveux d'argents semblant luire dans la nuit noire. Pinçant tes petites lèvres, tu fronces les sourcils alors que tu songes à une manière de mieux lui faire comprendre ce que tu cherches vraiment à savoir. Tes pieds piétinent toujours le sol, mais avec bien plus de retenue qu'il y avait quelques minutes auparavant et ce n'est qu'une fois avoir longuement réfléchis que tu rétorques. M-mais non ! Je sais ce que c'est l'eau ! Même qu'on la boit et que ça tombe de là ! Il pointe le ciel au-dessus de sa tête puis désigne l'étendue d'eau de nouveau, expliquant par la même occasion qu'il n'a jamais rien vu de tel. Pourquoi c'est comme ça ? Ça, c'est pas une flaque ! Tu l'affirmes assurément parce que les flaques d'eau et toi, vous êtes bons amis n'est-ce pas ?

Depuis tout petit tu aimes sauter dans l'eau et tu ne perds pas une occasion Yul. Si l'une croise ton regard, tu saisis ta chance et éclabousse tout autour de toi. Tu aimes sentir l'eau fraiche dégringoler sur tes jambes et trouve amusantes les formes des tâches de boues sur tes vêtements. Ta mère n'avait que faire, de son vivant, de la propreté impeccable de tes vêtements car tout ce qui important dans le fond était que toi, tu sois en vie. Pourvu que tu puisses manger, qu'importe si ton pantalon était tâché.

Tu t'accroupis ensuite puis replonge la main dans l'eau afin de mesurer la profondeur. Ça c'est pas une flaque parce que les flaques quand je saute dedans, ben même si je tombe c'est pas grave, ça fait juste mal aux fesses. Et puis y'a jamais autant d'eau dans une flaque, alors dis madame, c'est quoi ça ? Ton regard vient chercher le sien et l'appuyer longuement dans l'attente d'une réponse suffisamment satisfaisante pour calmer ta curiosité. Mais avant qu'elle puisse répondre, tu avales un grand bol d'air, la mine interdite, et te figes littéralement sur place. Ce n'est qu'après une poignée de seconde que tu expires avec enthousiasme. C'est ça la mer ?! Maman m'a dit que c'était grand et tout plein d'eau partout alors, ça doit être ça ! Parce qu'elle se trompait jamais !

tag: #disisbeautiful
BY MITZI
Cyborg

Description
Avatar: 2A : Nier Automata
Pouvoir/Hybridité: Overclocking
Âge: 19 en apparence
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 36
Date d'inscription : 05/07/2017
Age : 21


 Quand le passée rencontre le présent [PV Yul]

 :: Alentours :: Le Lac

Quand le passée rencontre le présent

ft. Yul
Rien à signaler '^'

Le jeune garçon ne semblait pas satisfait de ma réponse, à tel point qu'il se met à piétiner le sol, pour le montrer. Puis, après un petit moment de réflexion, le petit en face de moi m'expliqua ce qu'il recherchait réellement comme réponse. Non pas ce que c'est l'eau, bien que j'ai faillit le couper pour signaler la faute sur l'origine de l'eau. Mais je laissai couler et écoutait ce qu'il voulait savoir… En gros, d'où vient le Lac, et qu'est-ce que le Lac.

Laissant tombé l'eau dans ma main, je me relevais pendant qu'il continuait sa réaction, en utilisant un terme étrange. La mer… Qu'est-ce qu'une mer ? C'était un mot inconnu pour moi. Certes, ça définition, techniquement, convenait mais… Étais-ce vraiment la même chose ? Mon instinct me disait que non… Mais, malgré cette expression bizarre utilisé par le jeune garçon, j'allais lui répondre.

« Ce n'est pas une 'mer', mais un Lac, le Lac d'Ariesten voyons. C'est la plus grande source d'eau de l'île sur laquelle on vit. Il à été crée il y à très longtemps, certains disent par les Dieux, d'autres par la fonte d'un glacier.

Je ne sais pas ce qu'est une mer, mais c'est quelques choses qui n'existe pas. Tu es sûr de ne pas t'être trompé sur ce qu'à dit ta mère ? »


Je me posais des questions, oui. Malgré mon ancienne éducation, et ma base de donnée, rien indiquait l'existence de mer sur Ariesten… On parle peut-être de mer de nuage, mais de mer d'eau ? C'est une idée complètement farfelue voyons…

Puis, une idée me vient à l'esprit, même si mon visage était toujours de marbre… Non, ce n'est pas possible, pas un enfant si jeune quand même ? Mais… Je devais m'en assurer, et voir ce qu'il en découlait.

« Dis-moi, tu ne connais pas l'île ? Tu ne vas pas à l'école ? On apprend très tôt la géographie de l'île pourtant. Du moins, ta mère ne te l'as pas apprise ? Je trouve ça… Étonnant. »

J'espérais me tromper, mais, si ce que je pense est vrai, alors dans ce cas...
 
Quand le passée rencontre le présent [PV Yul]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand le passé vient frapper à ta porte! - feat: greg
» (fini) quand le passé se mêle au présent » ft. seung hyun
» Quand le passé laisse une trace indélibile sur notre vie, il ne reste qu'une chose à faire: l'affronter
» Quand le passé ressurgit [Pv Leif]
» Quand le passé croise le présent - MinJae

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ariesten :: Alentours :: Le Lac-
Sauter vers: