Ombre

Description
Avatar: Yuuki Konno
Pouvoir/Hybridité: Hybride dragon (c'est classe je sais)
Âge: 20 étoiles !
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 16
Date d'inscription : 24/05/2017
Age : 21


 [Mission] COMME UN ROC ! [feat Endind Layihe]

 :: Alentours :: La Plaine

「Un Combat Déloyal 」
Impossible d’oublier ce visage de détresse. Celui d’un homme âgé, marqué par l’expérience et le temps. Aiko s’extasia à chaque fois du résultat que les années pouvaient faire faire à une jeune pousse. Par « chance », la dragonne avait arrêté de vieillir, mais elle savait au fond d’elle que dans  quelques années, elle obtiendrait la sagesse des plus anciens de ce monde. Même les dieux et les dragons l’enivraient. Pour l’heure, elle était encore intrépide, jeune (et fraiche), toujours prête à aider ceux dans le besoin.

Cet après-midi d’été, on alla chercher directement Aiko dans sa boutique. Celle-ci manipulée une nouvelle poudre capable de changer de couleur une fois la mèche allumée. Mais elle en était encore au stade expérimental. Ce genre d’expérience pouvait prendre plusieurs mois avant d’aboutir et d’ébahir les spectateurs toujours plus avides de fêtes et de coutume d’Ariesten. Malheureusement pour elle, son passe-temps favori fut stoppé dans sa course par ledit vieil homme. Son visage lui parut instantanément familier, car il s’agissait du patron d’une fabrique de meubles située à deux rues de son enseigne de vente d’artifices. C’était un patron discret, tantôt colérique, mais incroyablement bienveillant envers ses employés. Le genre de leader que n’importe quelle entreprise rêvait d’avoir. De plus, l’ « ancêtre » possédait un savoir-faire unique dans tout Ariesten. Et pour cause : ses meubles étaient les plus chers du marché ! Il faut dire que le marbre, l’ébène, l’or, ainsi que tous les matériaux que peuvent détenir une terre n’avaient aucun secret pour lui. Il pouvait passer des formes les plus épurées et simplistes à un tsunami d’ondulations, de courbes et de fantaisies. Aiko l’admirait beaucoup. Il était naturel pour elle d’aider ce père spirituel.    

Car oui, depuis quelques jours, le « maître des matières » dût fermer boutique pour une durée indéterminée, car il lui devenait impossible de faire fonctionner son enseigne sans son employé favori. Oui, aucun doute pour le vieillard, il s’agissait d’une disparition. Aiko comprenait la difficulté de perdre un collaborateur (qui plus est précieux) surtout dans un milieu où la qualité de la personne compte plus que la quantité. Toutefois, elle resta perplexe sur l’enlèvement. L’échange fut bref entre le vieillard et la dragonne. À peine le menuisier lui donna quelques informations accompagnées d’une photo du disparu que ce dernier fut pris en étaux entre deux de ses fidèles clients, soucieux de l’avenir de la fabrique de meubles. Tout cela, dans la boutique d’Aiko qui prit soin de les raccompagner vers la sortie.

Une fois le calme revenu, la belle observa la photo d’un jeune homme aux cheveux bruns, musclé et au regard doux. Elle soupira, se remémorant les informations du vieillard :

« Fernand. Trente ans. Fut envoyé chez un fournisseur situé dans les plaines pour récupérer des outils. Petite ferme qui possède un grand champ de citrouilles. Bien. Allons-y. »

Aiko récupéra son épée ainsi qu’un sac contenant quelques affaires (de l’eau et des biscuits entre autres), puis, dans un élan de motivation, passa le seuil de la porte. Direction les plaines.

~~

Le voyage se déroula sans encombre. Ce qui était le plus agaçant était la ville soumise à la foule et aux ralentissements. Forte heureusement, Aiko pouvait voler. Ce talent lui facilita le quotidien surtout quand elle voyait un amas de personnes bloquées entre deux rues devant les promotions du moment. Elle pouvait facilement se faire écraser sous la pointe des talons des femmes hystériques. Son jeune âge ne lui permettait pas encore de comprendre cet engouement. Elle qui n’était pas matérialiste pour un sou, peut-être ne comprendrait-elle jamais cette énigme.  Pour l’heure, le bruit de la ville était loin derrière la dragonne. Place aux chants des oiseaux et autres insectes peuplant la faune et la flore d’Ariesten.

Malheureusement, les ailes d’Aiko pouvaient se heurter aux branches, ce qui rendait le déplacement difficile. De ce fait, la traversée de la forêt s’était faite à pieds. Marcher ne déranger nullement la belle qui sourit à la vue du lac. Elle se remémora sa rencontre avec la mariée fantôme et se demanda même si elle avait retrouvé son cher et tendre « là-haut ». Une fois ce doux souvenir dévoré, la plaine se montra peu de temps après. Le vert qui parsemé le sol de cette dernière était moins vif que celui de la forêt qui se rapprochait quant à lui de l’émeraude, ce qui refroidit instantanément Aiko. De plus, le manque de relief rendait le décor ennuyeux. Heureusement, un début de chaînes de montagnes se dessinait à l’horizon redonnant un semblant de vie à la plaine.

Ce paysage avait comme unique avantage de rendre la moindre habitation visible. De ce fait, la ferme aux champs de citrouilles ne fut pas la tâche la plus complexe à réaliser pour la dragonne qui se dirigea immédiatement vers la demeure. Une immense demeure dont l’absence de vie inquiéta Aiko. Cette dernière s’empressa de toquer à la porte. Rien. Le silence. Au second essai, cette dernière s’entrebâilla. Toujours rien :

« Monsieur Fernand ? Vous êtes ici ? » Déclara Aiko à haute voix.

Nouvel échec. La jeune fille jeta un regard furtif à l’intérieur. Il faisait sombre. Terriblement sombre qu’Aiko ne voyait pas un semblant de silhouettes. Refusant de faire marche arrière, la belle entra, laissant la porte grande ouverte. Les derniers rayons du soleil permettant d’obtenir une vision éclairée de l’intérieur de la demeure. Dans un frisson qui traversa le corps de la jeune femme, le temps s’était comme arrêté. Aiko ne percevait toutefois aucun son. Pas après pas, la belle explora le ventre de la maison. C’était un champ de bataille. Outils, papiers, meubles, vaisselles. Tous étaient renversés ou cassés. La peur de découvrir un cadavre traversa son esprit, ce qui provoqua une nausée temporaire en elle.

Aiko scruta chaque pièce avec cette même crainte à chaque ouverture de porte. Mais elle n’y trouva rien. Ce n’est qu’en apercevant l’établis que l’ombre violette fut attirée par une étrange sculpture. Puis une autre dans un coin poussiéreux de l’atelier. Cependant, Aiko comprit en observant les statues de pierre qu’il s’agissait du disparu ainsi que du fournisseur. Sur le coup, la belle n’avait pas réagi, trop occupé à observer en silence le regard horrifié de l’employer de la menuiserie. Elle tâtonna le visage rigide du bout de ses doigts fins. La pierre était encore chaude. Chaude et vivante. En descendant sa main vers le cœur, celui-ci battait la chamade. Aiko fut soulagée. Mais ce soulagement allait être de courte durée. Des bruits de pas raisonnèrent dans la demeure. De toute évidence, elle n’était plus seule.

L’épée dégainée, la dragonne fixa l’entrée prête à accueillir l’inviter surprise.
Hybride

Description
Avatar: Judahl Key
Pouvoir/Hybridité: Chat
Âge: 17
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 50
Date d'inscription : 20/06/2017
Age : 17


 [Mission] COMME UN ROC ! [feat Endind Layihe]

 :: Alentours :: La Plaine

COMME UN ROC !


Moi, c’est Endid, un chat dont l’existence était surement sans importance. Mes journées étaient calmes, avec très peu d’aventures.
Il faisait chaud, rester au soleil était atroce pour un animal au pelage noir.
Je m’avançais donc vers une boutique pour profiter de l’ombre. Une petite attirait toute mon attention. C’était elle qui tenait cette boutique seule ?

Après quelques minutes dans la lune. Un vieil homme qui paraissait affolé se pointa devant la jeune fille. Ma curiosité m’obligeait à m’approcher. Il parlait d’un disparu, mais qui-était-ce ? Bref je pris le maximum d’informations.
Cette fille n’était donc pas du tout normale, je devais percer son secret. Le pauvre homme donna un endroit et à peine le temps de planifier ma route que l’étrange fillette courait dans la direction de ce fameux endroit.
Mais attend… De quoi ? Elle vole. Cette fille volante avait plein de petit secret.
Je peinais à la poursuivre, cette foule et moi je ne vole pas. Mais je savais pertinemment que son rythme était trop rapide pour le mien, mais je donnais mon maximum pour la suivre.
Mais là fillette volante s’arrêta à la vue des arbres. Elle avait donc une faiblesse ? Elle ne pouvait pas voler lorsqu’il avait des arbres. Je continuais à la suivre silencieusement.

Quelques heures étaient passées. Et je déboulais sur une plaine et dans les minutes de marche qui suivaient, une habitation se dessina.
Cette étrange fille rentra, avec un peu d’hésitation peut-être à cause du noir, les humains ont peur du noir après tout.
Une fois la fillette à l’intérieur, je me décidais enfin à entrer, après tout j’avais une mission soupirais-je.
Malheureusement je laissais m’échapper quelques bruits de pas. Raah, de toute façon je suis noire, je ne suis pas visible pour un humain dans la pénombre.
Je continuais avec prudence bien sûr. J’esquivais la fillette pour regarder les statues. C’était sûrement les individus rechercher.

Je pris un petit temps à les examiner. Ma forme de chat m’empêchait de communiquer dans la langue commune, alors il était temps pour moi de me retransformer en humain.
J’en avais presque oublié la gamine. Mince comment vais-je me débrouiller, surtout que c’est une fille. Le stress me prenait pour cible, mais je ne perdais pas de vue mon objectif aller un petit effort.

J’abandonnais ma maudite forme de chat pour récupérer mon humanité. La première chose que je fis, fut un câlin à cette pauvre fillette en lui murmurant des mots doux à son oreille droite :

‘’Bonjour jeune fille. Je m’appelle Endid et je suis un hydride chat. Tu as réellement attiré ma curiosité alors je t’ai suivie. Et… j’aimerais bien pouvoir t’aider, ça me ferait mal au cœur d’abandonner une personne comme toi.’’

Après ces quelques mots confus, je me dirigeais vers la statue tout en tournant littéralement le dos à cette fillette.
J’essayais d’engager une discussion à la statue.

‘’Bonjours monsieur, la fillette aimerait vous aider. Elle a traversé un long chemin pour te trouver. Alors si tu m’entends, dit quelques choses ! S’il te plaît.’’

La statue restait de marbre pendant une brève minute pour enfin répondre à ma requête.

‘’Merci jeune fille de venir m’aider. J’ai été pétrifié lors d’une bataille contre un humain à don. Cet homme est terrifiant. Bref… Si vous voulez m’aider il y a un remède, il suffit de se rendre aux abords de la plaine pour trouver une sorte de grotte. Cette grotte possède le remède. S’il vous plaît aidez- moi’’

Les mots du pauvre homme étaient dits avec grande tristesse. Il était temps de partir à l’aventure.



Puis-je t'aider.
RP - Aiko/Endid
Ombre

Description
Avatar: Yuuki Konno
Pouvoir/Hybridité: Hybride dragon (c'est classe je sais)
Âge: 20 étoiles !
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 16
Date d'inscription : 24/05/2017
Age : 21


 [Mission] COMME UN ROC ! [feat Endind Layihe]

 :: Alentours :: La Plaine

「Un Combat Déloyal 」
Parfois, on a la terrible sensation que le futur s’apprête à vous jeter un cataclysme sur votre vie. Cataclysme prêt à détruire toutes formes de joies et d’espoirs. Cependant, ce comportement n’est qu’une légitime défense, car en réalité cette apocalypse ne se réduit qu’à une légère brise. Ce tableau Aiko venait tout juste de l’expérimenter. Alors qu’elle s’attendant à avoir un titan prêt à la tuer d’un simple mouvement de la main, la petite brise n’était rien de plus qu’un homme même si elle avait juré voir un chat quelques secondes plus tôt.

Un homme. Et jeune en plus ! Jusqu’ici, tout aurait pu bien se passer. Mais le comportement de l’individu obligea Aiko à resserrer la garde de son épée, provoquant un silencieux sifflement de lame dans l’air. Oui, un geste qu’Aiko n’avait pas ressenti depuis longtemps. Une étreinte. Chaleureuse qui plus est ! La dragonne recula de quelques pas sous le poids de son interlocuteur. Surprise, elle n’osa répondre quoi que ce soit, se contentant d’analyser du regard ce curieux animal.

« Bonjour jeune fille. Je m’appelle Endid et je suis un hydride chat. Tu as réellement attiré ma curiosité alors je t’ai suivie. Et… j’aimerais bien pouvoir t’aider, ça me ferait mal au cœur d’abandonner une personne comme toi. »

La belle bégaya, voulant répondre ne serait-ce qu’un mot ou son. Mais rien ne sortis de ses lèvres. Toutefois, son regard parlait pour elle. Il exprimait de l’incompréhension ainsi que de la méfiance. Elle ne savait pas si elle devait être flattée ou effrayées qu’on l’ait suivis depuis sa boutique. Cependant, les nombreuses questions qui traversèrent son esprit disparurent quand elle entendit le mot « hybride » et « chat » dans la même phrase. Une partie du brouillard semblait s’éclairer en elle. Car oui, Aiko savait que les hybrides possédaient le caractère et la sensibilité de l’animal dont ils étaient la moitié. Elle qui avait des gènes de dragons, elle savait plus que quiconque la sensation d’être possédé par son instinct animal. Mais quelque chose la chagriné. Les lapins étaient des séducteurs, les taureaux sang-chaud, les singes farceurs, les dragons braves, les chiens affectueux et les chats…dédaigneux ?  Ce fameux « Endid » venait-il de détruire cette règle ?

« Bonjours monsieur, la fillette aimerait vous aider. Elle a traversé un long chemin pour te trouver. Alors si tu m’entends, dit quelques choses ! S’il te plaît. »

Aiko regarda la scène, amusée. Cet hybride avait un comportement enfantin, ce qui contrastait avec l’apparence de jeune homme qu’il était.  Quant à la dragonne c’était tout le contraire : elle avait le physique d’une enfant mais avec la maturité d’une vieille dame de cent ans. Pour l’heure, elle continua de le regarder, prenant espoir que la statue lui réponde. Elle était vivante, pourquoi ne pas y croire malgré le comportement maladroit du garçon. Quand soudain...


« Merci jeune fille de venir m’aider. J’ai été pétrifié lors d’une bataille contre un humain à don. Cet homme est terrifiant. Bref… Si vous voulez m’aider il y a un remède, il suffit de se rendre aux abords de la plaine pour trouver une sorte de grotte. Cette grotte possède le remède. S’il vous plaît aidez-moi »

La voix étouffée sous la pierre, il était difficile de distinguer certaines phrases, mais Aiko comprit le plus important. Elle ne douta pas un instant que parler sous cette forme demandait beaucoup d’effort et pour cause, l’homme n’adressa plus un mot, laissant la pièce aussi silencieuse qu’une tombe. Ce silence glaça le sang de la dragonne qui s’empressa de dégainer son épée, la pointe vers le plancher. D’un geste agile du poignet, la belle dessina une carte de leur position ainsi que les alentours. Il était hors de question de partir d'ici sans un plan solide. De ce fait, Aiko griffonna une croix sur le bois et quelques montagnes autour de cette dernière, sans oublier la forêt. Puis, d’une voix presque militaire, elle s’adressa à sa recrue féline.

« Je veux bien que tu m’aides. Cela serait idiot de refuser quand on ne connait pas l’ennemi. » Aiko poursuivit en dessinant des pointillées allant vers la montagne « Il y a tellement de reliefs aux alentours que trouver ladite source devient difficile, mais… » La dragonne commenta « La plupart des roches présentes là-bas sont constituées d’argile, donc le moindre écoulement d’eau se voit de loin, car elle laisse une trace foncée sur la roche. Avec ta vision tu pourrais trouver sans problème le gisement d'eau. »

Le raisonnement d’Aiko sonnait de manière plus ou moins barbare, mais elle savait qu’elle avait raison. De plus, l’hybride semblait avoir compris en regardant son plan « militaire ». Elle regarda une dernière fois les deux statues le regard à la fois inquiet et doux. Puis, rapidement, ce même regard vira rouge. Elle grogna en pensant à l’humain à don qui avait osé faire ça. Elle qui était contre toute forme de violence, la belle allait devoir faire une exception pour cette crapule. En tournant son regard vers l’hybride, elle avoua d’une voix éteinte :


« Seulement, et je dis bien seulement si il y a danger mortel, n’hésites pas à le ou la tuer, compris ? Moi je ne me retiendrais pas. »

Aiko soupira, n’attendant pas spécialement de réponse de la part de son interlocuteur. Toutefois, elle savait qu’elle allait devoir faire attention à sa recrue temporaire. Elle ne voulait pas avoir sur la conscience une nouvelle victime. En attendant, la dragonne se dirigea vers la sortie de la ferme. Le ciel était orangé, prêt à se coucher. Il fallait faire vite même si les rayons du soleil persistaient à éclairer le visage des deux hybrides. Le vent était particulièrement doux et rafraîchissant laissant au passage quelques odeurs de fleurs sauvages et de citrouilles. Aiko s’étira les épaules, faisant sortir ses fines ailes noirâtres. En jetant un regard rapide aux reliefs présents à quelques kilomètres d’eux, la jeune fille avait hâte de découvrir des sentiers qu’elle avait rarement côtoyer. C’était plus fort qu’elle, son hybridité faisait qu’elle aimait les monts ainsi que les endroits en hauteurs. Elle avait lu dans certains livres que les plus imposants et puissants dragons vivaient au cœur des montagnes, gardant entre leurs serres un fabuleux trésor. Qui plus est, le dragon qui la marqua le plus avait un drôle de nom sum..sug…Smaug quelque chose comme ça.

Mais elle s’égara.

Se tournant vers son compagnon de fortune, elle s’interrogea un instant sur la manière dont elle allait lui demander de prendre sa forme féline. Disons que le voyage aérien allait être plus « confortable » pour Aiko ainsi.  Elle tapota alors sa propre épaule pour faire signe au garçon de venir sur cette dernière. Les airs n'attendaient qu'eux.
Hybride

Description
Avatar: Judahl Key
Pouvoir/Hybridité: Chat
Âge: 17
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 50
Date d'inscription : 20/06/2017
Age : 17


 [Mission] COMME UN ROC ! [feat Endind Layihe]

 :: Alentours :: La Plaine

COMME UN ROC !


La pièce était silencieuse après le cours discours de la statue de pierre, j’en profitais alors observer plus profondément cette étrange enfant. Je voyais une grande méfiante dans ses faits et gestes et ses yeux rouges sangs appuyaient mon jugement à son égard.
Mais son attitude changea en un instant. Elle dégêna son arme, et à ce moment-là je fus pris de doute et de peur. Voulait-elle me tuer ? J’avais fait quelque chose de mal ? Je ne trouvais pas la réponse à mes questions.
Par réflexe je pris une posture défensive, et j’étais prêt à n’importe quelle attaque de sa part.
Au final la fillette avait dégêné sa courte épée pour dessiner ce qui semblait être un croquis.
Puis elle entama un discours, elle voulait apparemment bien de mon aide, ce qui me rassurait bien évidemment, je ne voulais pas mourir si jeune et surtout comme ça.
Pour une fois quelqu’un trouvait mon hybridité utile, elle avait besoin de mes yeux de félin pour l’aider à trouver cette grotte.
Elle était sacrément intelligente pour son âge, c’était très étrange.

Au bout de quelques minutes, la fillette poussa un grognement terrifiant avant d’entamer une phrase qui me fis frissonner : ‘’ Seulement, et je dis bien seulement s’il y a danger mortel, n’hésites pas à le ou la tuer, compris ? Moi je ne me retiendrais pas.’’
Je n’avais jamais tué d’humain de ma vie, mais j’acquiesçais tout de même.
Elle était forte ça je n’en doutais pas une seconde, je ne savais toujours pas qui elle était au fond, mais je lui faisais totalement confiance, si elle aurait voulu me tuer elle l’aurait fait bien avant.

La jeune fille prit la décision de sortir de la maison, je la suivais bien sûr. L’excitation montait en moi, c’était ma première mission après tout, alors ce sentiment était totalement normal.
Une fois sortie, elle déploya ses ailes, et après une brève réflexion je compris enfin ce qu’elle était vraiment. C’était un hydride, mais un hydride peu commun, un dragon ! Je croyais que tous les dragons étaient morts mais apparemment non, m’enfin bref ça expliquait beaucoup chose sur sa sagesse par rapport à son apparence enfantine.
Je pris une voix claire et commençai mon monologue :

‘’Je suis désolé madame de vous avoir traité de fillette. Vous êtes en fait un hybride dragon, donc vous représenter la force et la sagesse. Alors excusez ma vulgarité’’

Bon, il était temps de partir à l’aventure. Je commençais à marcher, mais la dragonne ne semblait pas vouloir bouger. D’ailleurs elle avait une posture plutôt bizarre, comme si… Mince-j’étais stupide elle voulait que je monte sur elle.
J’étais un peu lourd en forme humaine alors j’adoptais ma maudite forme de chat. Je montais donc prudemment sur son dos.
Aller ! C’était le moment d’épouser le ciel.



I believe i can fly !
RP - Aiko/Endid
Ombre

Description
Avatar: Yuuki Konno
Pouvoir/Hybridité: Hybride dragon (c'est classe je sais)
Âge: 20 étoiles !
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 16
Date d'inscription : 24/05/2017
Age : 21


 [Mission] COMME UN ROC ! [feat Endind Layihe]

 :: Alentours :: La Plaine

「Un Combat Déloyal 」
Dans la logique de cette histoire, les deux compagnons décolèrent. Une vague de poussière s’éleva au rythme des battements d’ailes de la dragonne. Cela prouver la puissance de ces dernières qui étaient plus impressionnantes que celles des oiseaux. Aiko n’avait rien à envier aux bêtes à plumes vivant dans le monde d’Ariesten. Elle était même chanceuse. Chanceuse de pouvoir survoler une partie des cieux, de sentir l’air frais sur son visage. C’était un morceau de liberté qu’elle goûté à pleine dent, elle qui n’avait plus l’habitude de ressentir du bonheur depuis sa mort.

Pour l’heure, le duo continua leur ascension vers les cieux. Par ailleurs, Aiko pouvait sentir quelques douleurs en allant trop près des sommets. Ce n’était pas à cause du félin qui avait pris ses aises sur son dos. Mais l’altitude. L’altitude lui donnait d’affreuses migraines. Ses oreilles pointues se bouchèrent. Sans oublier le froid mordant chaque parcelle de peau des deux intrépides hybrides.

Aiko redescendait de plusieurs mètres. De toute manière, à cette hauteur-là, ladite source aurait sûrement gelée. Donc elle continua. Elle continua dans l’espoir que son compagnon de fortune lui avertisse d’un écoulement d’eau suspect. Mais rien. Aiko continuait d’embrasser chaque montagne. Certaines faisaient peur de par les roches coupantes qui leur servaient d’armures. Pour preuve, elle avait déjà entendue des hybrides de type volatile parlaient de leur mauvaise expériences qui se terminées en bras cassées, jambes coupées et cotes broyées à force de flirter trop prêt de ces titans de terre. Aiko savait à quoi s’en tenir avec eux.

Mais ce fameux Endid l’a sorti de ses vieux souvenirs en lui tapotant de ses moelleux coussinets son épaule droite, faisaient signe de regarder en contre-bas. Le chat avait raison : l’écoulement de l’eau était bien visible sur la roche. Un filet ruisselait le long de la paroi abrupte. On aurait dit que la montagne pleurée.  Sur le coup, Aiko remercia le jeune félin en levant son pouce en l’air. Traduisez cela par un « bravo » ou « bien joué ».  S’il n’avait pas été présent, l’ombre violette ne l’aurait sans doute jamais aperçue.

Toutefois, ce bref moment d’échange chaleureux allait devoir se transformer en mission d’infiltration. En effet, il ne fallait pas oublier qu’un potentiel ennemi pouvait être présent aux alentours. En outre, Aiko se voyait mal se faire transformer en pierre alors qu’elle arpenter les cieux. Il fallait descendre et trouver une entrée.

L’entrée était située non loin de l’écoulement d’eau. Elles étaient comme reliées. La « gueule » de la montagne était imposante. À tout moment l’impression d’être dévorée par celle-ci se faisait ressentir. Car oui, l’obscurité grandissait au fur et à mesure que le duo avançait. De plus, chaque pas raisonnait, rendant la mission d’infiltration plus délicate qu’elle n’y paraissait. Mais le duo n’avait pas le choix : il fallait continuer.

« Tu n’as pas trop peur ? » Murmura Aiko en prenant les devants du parcours.

Tantôt les couloirs rocheux étaient restreint, tantôt aussi larges qu’une grande salle. Forte heureusement, l’obscurité n’affectait pas ou peu les deux protagonistes de cette histoire. La plupart des hybrides avaient une excellente vision dans le noir le plus complet. De plus, l’ouïe fine du dragon et du chat percevait le bruit des gouttes d’eau s’écrasant sur le sol. Ajoutez à cela la roche humide qui laissait des traces dans cet antre rocailleux. Oui, Aiko était déçue de la facilité de cette exploration. N’importe qui avec un esprit plus ou moins éclairé pouvait retrouver cette fameuse source. Très vite, la dragonne prit ses aises et marcha comme quelqu’un qui circuler naïvement dans un parc.

Cependant, un bruit suspect bloqua nette la randonnée d’Aiko qui se plaqua au mur. Voyant son collègue aux oreilles pointues continuait sa marche, la dragonne la plaqua à son tour contre la paroi et lui faisait signe qu’elle avait entendu quelque chose.


« Ils m’ont tout pris. J’étais le meilleur. Mes meubles…que dis-je !? Mes œuvres d’art ! Ils avaient un si grand succès ! Pourquoi alors ? Pourquoi avoir détruit cette ascension si vite ? Qu’importe…maintenant que j’ai écarté cet abruti de Fernand, le vieux fermera rapidement sa boutique… Et c’est à ce moment LA que je reviendrais en scène. Mais avant, ça il me reste un dernier détail à détruire…enfin je veux dire…pétrifier. »

La voix délirante de l’homme raisonnait dans toute la grande cavité. Aiko essaya de distinguer tant mieux que de mal le visage de l’illuminer. Mais elle n’y voyait rien, si ce n’est une étrange source qui épousée le reste de la pièce rocheuse. La dragonne ouvrit grand ses yeux, mais ne savait quoi faire à cet instant. Aucun doute, l’homme voulait pétrifier à jamais la source, unique obstacle à son don.
Hybride

Description
Avatar: Judahl Key
Pouvoir/Hybridité: Chat
Âge: 17
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 50
Date d'inscription : 20/06/2017
Age : 17


 [Mission] COMME UN ROC ! [feat Endind Layihe]

 :: Alentours :: La Plaine

COMME UN ROC !


Il était temps pour moi de m’envoler vers d’autres cieux. La dragonne décollait avec une telle force ce qui me fis sursauter. Plus on avançait, plus la dragonne s’amusait à monter dans les airs. C’était ma toute première fois dans l’océan de nuage et pour tout vous dire, c’était encore mieux, de ce auxquels je m’imaginais, dans mon pauvre esprit de quadrupède.
Mon stress avait laissé place à la joie, et je ressentais principalement la sensation d’une liberté profonde. En fait, c’était une situation que je ne pouvais pas définir, c’est magique !
Mais là je n’avais pas le temps de rêvasser, une mission nous attendais tout de même.
Je faisais place à la concentration qui était actuellement intangible, mes yeux émeraude étaient rivés sur le magnifique paysage vu des hauteurs.

Des minutes passèrent, toujours rien à l’horizon. Je commençais non pas à perdre patience, mais à douter de ma vision de félin. Mes ambres verdâtres étaient peut être moins bon que ce que je pensais.
Mais, au moment où je sombrais dans mon mental, l’endroit se présentait nettement à moi. L’écoulement de l’eau sur la montagne était fort bien splendide. Mais je n’avais pas le de regarder les alentour, le temps était compté. Je m’empressais donc de tapoter délicatement avec mes coussinets sur l’épaule de la fillette, et lui fis signe en passant de regarder en bas.
Elle fit un signe bizarre, levant son pouce ‘’Comme si on était sur Facebook. Haha…’’.

Bref, la fille ailée nous déposait sur le sol qui était finement recouvert d’eau froide, ce qui me gelais mes délicates petite patte de chat.
Je suivais la dragonne tout en étant un peu inquiet. La peur me rongeait au fur et à mesure de notre avancement vers cette maudite grotte.
Et enfin le moment tant attendu arrivait. Nous entrâmes dans la grotte, remplit du bruit insupportable de l’écoulement d’eau ‘’plop’’ ‘’plop’’ ‘’plop’’ sa en devenait même insupportable.
La fille aux yeux rouge sang me lança une phrase qui me fis étrangement rire ‘’Tu n’as pas trop peur ?’’ était-elle aveugle ? Ma peur se lisait comme un livre ouvert. Enfin bref je fis un mouvement de tête de la droite vers la gauche qui signifiais un ‘’non’’ pour éviter de passer pour un chat mouillé.

Quelques minutes s’étaient écoulées et la gamine, commençait à prendre ses aises et à marcher comme si elle se situait dans une ruelle pendant que moi, hydride chat que j’étais, étais limite tétanisée par la situation.
Un bruit étrange résonna dans mes oreilles, et l’artisane m’invita à la rejoindre sur son mur rocheux et glacé.
C’était un monsieur avec une allure grotesque. Je le distinguais parfaitement grâce à mes fidèles yeux de félin. Il était habillé d’une tunique rouge salis par les âges, tout ceci était couplé à une coiffe immonde, un chapeau de couleur bleu ce qui me faisais un peu penser au ‘’Rabadon’’.
Mais, à peine le temps de l’observer. L’étrange homme étama un discours des plus flippant. Alors c’était lui le fou qui avait transformer les pauvres marchants en pierre.
Ce maudit sorcier voulait détruire ce qui semblait être une source sacrée. Mais pourquoi ?

Un bref instant fila, et quand je semblais enfin comprendre à quoi servait cette source, le fou tournait lentement la tête vers nous avant d’entamer un discours avec une voix plus que terrifiante :

« Ne vous cachez pas voilons, discutons un peu en tant qu’être civilisé. Je ne ferais pas de mal à une gamine et à son compagnon le chat. »

Ses yeux brillaient d’envie et traduisaient le fait qu’il voulait plutôt se débarrasser de nous, et surement de la même manière que les pauvres commerçants.
Alors, après un court instant de réfection en prenant, je pris une inspiration et fonçais sur le fou.
Bien sûr, j’avais prévu mon coup, je me transformais dans ma course en mi-humain mi-chat, tout en criant :

« Fillette ! Occupes-toi de trouver un moyen de récupérer un remède. Je vais le retenir et une fois que tu as extrait le liquide de cette source, je te suivrais ! »

Bien sur ce n’était que des mots, et comme la dragonne préférais le combat, j’étais pris de doute. J’arrivais enfin à la hauteur de ce maudit sorcier, qui rigolait.
Il me stoppa net dans mon action et commença un dialogue à haute voix :

« Alors tu es une saleté d’hybride ! Comment oses-tu me défier moi, le plus puissant humain à don. Tu vas mourir pour ton acte disgracieux. »

Je tremblais, mon corps était complètement dans l’incapacité de bouger. Non l’humain à don ne m’avait pas pétrifié, c’était juste la peur, cette peur qui me bloquait, qui me rendait faible.
J’avais commis une erreur, et cette erreur sera la dernière de triste vie.

Need you.
RP - Aiko/Endid
Ombre

Description
Avatar: Yuuki Konno
Pouvoir/Hybridité: Hybride dragon (c'est classe je sais)
Âge: 20 étoiles !
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 16
Date d'inscription : 24/05/2017
Age : 21


 [Mission] COMME UN ROC ! [feat Endind Layihe]

 :: Alentours :: La Plaine

「Un Combat Déloyal 」

« Ne vous cachez pas voilons, discutons un peu en tant qu’être civilisé. Je ne ferais pas de mal à une gamine et à son compagnon le chat. »

Aiko n’en croyait pas un mot. Et elle faisait rarement confiance aux vieux qui perdaient la tête. Mais surtout, elle comprenait difficilement la folie que pouvait engendrer certains hommes. Pour l’heure, elle n’était pas intimidée, ce qui n’était pas le cas de notre ami félin. Aiko se contenta de sortir de sa cachette, pour faire face à l’individu, Endid fit de même. Il devait avoir facilement dix à quinze mètres qui séparés le bien du mal. Dans tous les cas, la dragonne bouillonnée de rage, ce qui était rare chez elle. Les yeux de ce serpent, de cette gorgone devrait-on dire, l’agacée. Alors qu’elle s’apprêter à lui bondir dessus, son partenaire la stoppa, prit d’un excès de confiance soudain :

« Fillette ! Occupes-toi de trouver un moyen de récupérer un remède. Je vais le retenir et une fois que tu as extrait le liquide de cette source, je te suivrais ! »

L’ombre resta bouche-bée face à ce comportement pour le moins…soudain ? Où était passé le chat affectueux et sensible de tout à l’heure ? Sûrement dans le champ de citrouilles de la ferme. Ce nouveau faciès de la personnalité de l’hybride rassura quelque part Aiko qui admirée les individus sûres d’eux. Naturellement, la dragonne acquiesça et orienta son regard écarlate vers ladite source située derrière le vieux sorcier. Pour se faire, elle utilisa à nouveau ses ailes pour « rusher » à ras du sol, la rendant aussi dynamique qu’un lièvre en pleine course. Pendant sa ruée, la belle sentit le regard du magicien se poser sur elle, pouvant à tout instant intervenir la changer en pierre. Malheureusement pour lui, Endid lui assura une autre destinée. Le chat qu’elle connaissait allait se transformer en lion. Aiko profita de l’occasion  pour arriver au pied de la source, essoufflée. Étonnement, une étrange vapeur blanche ornée la surface de l’eau. L’ombre n’y prêta aucune attention. Brandissant son sac à dos pour y extraire une gourde qu’elle avait soigneusement préparée avant de partir en mission, la dragonne en vida le contenu.

« Alors tu es une saleté d’hybride ! Comment oses-tu me défier moi, le plus puissant humain à don. Tu vas mourir pour ton acte disgracieux. »

Aiko redressa la tête et vit son compagnon en difficulté. Les yeux du magicien se mirent à briller d’un éclat jaunâtre, prêt à pétrifier l’hybride à tout instant. Situation périlleuse dans laquelle Aiko était impuissante. Se mordant les lèvres, la dragonne plongea entièrement son bras dans le liquide. Ce dernier lui glaça le sang. Sur le coup, elle eut la désagréable sensation qu’on lui piquer mille aiguilles à la fois dans son bras. Cela devait être un moyen de protection pour empêcher quiconque d’abuser de la source. La dragonne poussa un grognement de douleur, attendant que sa gourde se remplisse. Le froid était d’une telle intensité que de la vapeur sortie de la bouche de la fillette témoignant le refroidissement qu’elle subissait. Non sans difficulté, Aiko redressa de nouveau sa tête pour regarder son compagnon. Lui aussi, son sang se glaça, mais de peur. En analysant la scène, la dragonne découvrit avec horreur les pieds de son partenaire se changer en pierre. Par réflexe, la belle sortie son bras de la source gelée, dégaina son épée. Bien que trop loin pour intervenir rapidement, Aiko balança son arme favorite telle une lance vers les deux individus. On pouvait entendre son sifflement retenir dans toutes les galeries. En temps normal, jeter son épée de cette façon était fortement déconseillé de par la dangerosité de l’acte. Une tête pouvait facilement être tranchée. Pour l’heure, l’arme termina sa course au pied de son compagnon, pile à sa portée.

« Prends-là ! »

Ce dernier geste de désespoir blessa davantage le bras déjà paralysé par le froid d’Aiko. En regardant d’un peu plus près, l’habituelle couleur beige de sa peau avait virée bleuté. Ses veines ressortaient également d’un bleu plus sombre. Sans oublier la rigidité de ce dernier qui fit disparaître la souplesse du membre. On aurait dit le bras d’un noyer, ce qui faisait paniquer la dragonne qui tenta de la réchauffer en soufflant dessus. Avec son « bras de combat » en moins, la situation pouvait s’orienter de manière dramatique. Et mourir une seconde fois n’était pas de l’ordre du jour pour Aiko qui misa ses derniers espoirs sur ce fameux Endid.  
Hybride

Description
Avatar: Judahl Key
Pouvoir/Hybridité: Chat
Âge: 17
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 50
Date d'inscription : 20/06/2017
Age : 17


 [Mission] COMME UN ROC ! [feat Endind Layihe]

 :: Alentours :: La Plaine

COMME UN ROC !

Ma tête me tournait, ma vue se troublait, mais que m’arrivais-t'il. Des idées noires se baladaient dans mon esprit tourmenté. La vie avait-elle un sens après tout, moi qui croyais qu’elle était rose j’avais bien tort. J’étais un vieil hybride inutile, la risée de tous être confondus, couplé à tout ceci à quelqu’un de faible comme j’étais, obligé de se cacher tout le temps des regards et des moqueries. Et enfin la chose que je désirais le plus, partir en aventure clôturait ma misérable existence. Après tout allais se soucier d’un abject l’orphelin aux oreilles de chats.

Mais bien heureusement pour moi, une voix qui m’était familière me sortit de mon esprit torturé. Une voix douce, que je ne pourrais oublier, la voix qui allait surement de sauver de cette complexe situation. Cette voix, c’était celle de la dragonne que je surnommais fillette. Elle me disait avec force.

« Prends là !»

Elle m’avait envoyé sa fidèle épée, un lancer que je notais d’honorable. La fillette avait confiance en moi, c’était la première fois que quelqu’un prenait un tel risque pour moi.
Grâce à elle, c’était bon ! J’étais maintenant regonflé à bloquer. J’étais ce Endid, l'Endid de tous les jours qui faisais tout pour se sortir d’affaire.
Ma détermination était maintenant inarrêtable, je jetai un rapide regard à la dragonne suivie d’une phrase que je hurlai avec motivation.

« Merci ! Je ne vais pas trahir ta confiance. Je vais tuer cet enfoiré. »

Dans un mouvement rapide, je me baissais rapidement, et attrapai l’épée qui pour moi était extrêmement légère.
La rage coulait dans mes veines, et tenant l’épée de la main droite, j’en avais profité pour donner un profond coup de griffe avec ma main gauche sur le visage du magicien fou.
À ce moment je croyais que j’étais encore plus fou que cet homme, car ses hurlements de douleur me faisaient atrocement rire.
Je profitais un peu de la scène tout en hurlant :

« C’est toi qui aurais dû la fermer saleté de magicien. Je ne suis peut-être qu’une saleté d’hybride et
je l’avoue tu es sûrement largement plus fort que moi. Mais tu n’aurais jamais dû sous-estimer la force d’un duo. »

Sur ce beau discours, je serais le manche de l’épée étant prêt à donner le coup de grâce. Mais pourquoi, pourquoi je n’arrivais pas à bouger mon bras.
Je déplaçais mon regard vers mon bras droit, il n’était plus composé de chair et d’os mais de pierre. Cette vision d’enfer m’avait glacé les veines pendant un court instant. Néanmoins je n’avais pas le temps de pleurer, et dans un élan de rapidité comparable à celle de flash, je plantais mes griffes acérées de ma main gauche dans la poitrine du fou, qui resta bouche bée, ne comprenant sûrement pas ce qui lui arrivait.

J’arrivais enfin au bout de longues secondes, à atteindre le cœur du magicien. Son regard était maintenant de toute émotion et son corps ne prit qu’une fraction de seconde à tomber sur le sol.
Je n’étais pas fier non de ma prestation malgré notre victoire, tuer un homme pour la première fois n’étais pas chose facile après tout.
Je regardais la fillette pour entamer un dialogue.

« Bravo, nous avons gagné grâce à toi. Je ne pourrai malheureusement rentrer avec toi, sauf si tu as
la force de me trainer jusqu’à la maison. »

Sur ses mots, je me transformais en chat. Et dans la minute qui suivit mon corps bacula brusquement vers la gauche.
Je me sentais faible, dans l’incapacité de faire quoi que ce soit.

Je perdais au final connaissance.


Merci fillette !
RP - Aiko/Endid
Ombre

Description
Avatar: Yuuki Konno
Pouvoir/Hybridité: Hybride dragon (c'est classe je sais)
Âge: 20 étoiles !
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 16
Date d'inscription : 24/05/2017
Age : 21


 [Mission] COMME UN ROC ! [feat Endind Layihe]

 :: Alentours :: La Plaine

「Un Combat Déloyal 」

Aiko avait rarement vu des hybrides avec cette capacité à modifier à ce point leur caractère et de ce fait, leur force. Elle n’avait pas devant elle un chat, mais bel et bien un tigre. Une bête féroce qui venait de tuer cette part d’ombre cachée en elle. Mais cet animal avait encore faim. Et ce qu’il voulait, c’était la peau d’un magicien. Il saisit l’épée de la dragonne aussi facilement que le plus habile des épéistes. Bien que la scène qu’Aiko voyait sous ses grands yeux lui semblait floue, il était rare qu’elle se trompe sur le compte de quelqu’un. Dans la majeure partie des cas, les personnes sincères et justes étaient les plus difficiles à repérer. Ce qui trancha l’avis sur cet hybride fut la phrase suivante :

« C’est toi qui aurais dû la fermer saleté de magicien. Je ne suis peut-être qu’une saleté d’hybride et je l’avoue tu es sûrement largement plus fort que moi. Mais tu n’aurais jamais dû sous-estimer la force d’un duo. »

Duo. Quel étrange mot qui raisonnait aux oreilles d’Aiko. Elle qui était de nature solitaire, elle n’avait encore jamais goûté aux plaisirs d’avoir un partenaire, un compagnon de route. Elle ne trouva pas ça désagréable sur le coup. Et encore, elle ne connaissait à peine cet homme qu’elle s’était déjà attaché à lui. Le véritable problème de la vie d’Aiko venait de lui retomber à la figure et se répandant aussi vite que la pétrification du bras d’Endid : l’attachement. Ce fléau qui s’amusait avec le cœur de la dragonne. Ce démon qui lui avait piétiné ses sentiments une première fois quand elle vit les yeux vides de sa mère la dévisager comme s’il s’agissait d’une vulgaire inconnue.  En se remémorant ces douloureux souvenirs, le regard d’Aiko se vida à son tour, se contentant de regarder les deux attaquants. C’était comme si elle s’effaçait du combat, aussi passive qu’une pierre. Toutefois, le bruit de l’acier perforant le thorax vint retentir à ses oreilles. Elle reconnue le chant de son épée. Sa belle amie. Elle l’appelait pour l’extraire de ses mauvaises pensées. Vint ensuite la voix de son partenaire qui s’adressait directement à elle :

« Bravo, nous avons gagné grâce à toi. Je ne pourrai malheureusement rentrer avec toi, sauf si tu as la force de me trainer jusqu’à la maison. »

Aiko ne comprenait pas ce qu’il venait de se passer. Elle ne répondit pas directement à son compagnon. Ses yeux analysèrent chaque image de cette scène. C'est quand elle vit le magicien gisant au sol, les orbites grandes ouvertes ainsi que sa bouche qu’elle comprit. Ajoutez à cela le sang qui commençait à se rependre sur la roche humide, venant se mélanger à l’eau pure. C’était si rapide. Si vif. Si vivant malgré les circonstances. C’était ce qu’on appelait un soulagement. Ce soulagement s’incarna par une forte inspiration suivi d’un souffle qui dura cinq longues secondes. Puis, son regard se bloqua sur Endid. Ce dernier était blessé. Dans l’incapacité d’assurer sa forme humaine, ce dernier reprit sa forme animale primaire. Il était étalé au sol, le corps raidit. De loin, on aurait pensé qu’il s’agissait d’une bête morte. Aiko crut toute d’abord à cette option. Mais en voyant l’abdomen du chat se soulever, elle comprit qu’il était hors de danger. Par réflexe, elle courut vers lui, manquant de trébucher sous l’effet des nerfs qui recommençait à lâcher.

Face à face avec l’animal endormi Aiko lâcha un sourire. Par la suite, elle caressa naturellement l’animal comme s’il s’agissait du sien. Elle espérait ainsi le réconforter par ces doux gestes. Après quelques longues minutes de repos, la dragonne sentit son bras blessé se réchauffer, comme si le sang circulait à nouveau en lui. On aurait dit que la source la remercia de lui avoir sauvé la vie de ce fou furieux. D’ailleurs, Aiko prit un instant pour fouiller le corps du macchabée. Elle y trouva une lettre qui semblait être un brouillon d’une rançon. La fillette commençait à comprendre. L’ancien concurrent voulait faire du chantage au vieil ébéniste dans le but de le dépouiller de tous ses biens. Lui qui aimait plus que tous ses employés, c’était le plan parfait pour le magicien. Aiko ne prit pas la peine de lire l’intégralité de la lettre. Cette dernière servirait de preuve pour le fabricant de meubles.

Par la suite, la dragonne s’empressa de récupérer le reste de ses affaires, la gourde remplit de l’eau de la source et plus particulièrement son épée. Épée qui était encore souillée du sang de ce misérable. La belle s’empressa d’essuyer le liquide écarlate sur le manteau du vieux magicien. À l’occasion, elle la désinfecterait. Il était hors de question pour elle d’abriter l’ADN d'un criminel comme lui sur l’un de ses biens les plus précieux.  
Il restait une dernière chose à faire : rentrer. Une fois la mobilité de son bras récupérée, Aiko prit délicatement le félin dans ses bras pour le blottir contre elle. L’altitude pouvait refroidir ce petit corps. La dragonne ne voulait prendre aucun risque. De ce fait, elle sortit sa paire d’ailes et quitta la grotte avant d’effectuer une chute libre aussi rapide que professionnelle. Endid ne semblait pas réagir. Aucun doute, il dormait profondément.

Le voyage du retour ne dura que vingt minutes où Aiko traversa plusieurs champs de fleurs et de blés qui portaient un manteau argentés à cause de la lune. En soi, c’était un spectacle agréable à l’œil. Plus tard dans la soirée, la dragonne accompagnée de son chat retrouvèrent la ferme avec son fameux champ de citrouilles. Rien n’avait bougé depuis leur départ. Au contraire. Tout semblait davantage immobile. Même les potirons grandissaient à vue d’œil !
Dans la logique des choses, Aiko déposa le chat endormi dans le lit du propriétaire. Ici au moins, le félin pouvait se réchauffer pleinement. Elle glissa sous l’une de ses petites pattes un bout de papier* qu’il pourrait lire à son réveil. Pour l’heure, la dragonne pouvait passer aux choses sérieuses : la résurrection de Fernand ainsi que du fournisseur. Les choses se sont faites aussi simplement que possibles. En effet, la belle déposa quelques gouttes sur le front de chacune des statues. L’eau dégoulina le long des visages de pierre qui prirent aussitôt une teinte beiges accompagnée d’une touche de rose. La couleur du sang, les couleurs de la vie.

Les deux gaillards mirent de longues minutes pour reprendre leurs esprits. Le plus compliqué pour eux fut de retrouver la parole. En effet, les muscles de leurs mâchoires s’étaient durcis. De plus, il restait quelques résidus de pierres entre leurs dents. Pendant leurs réhabilitations, Aiko se chargea de leur raconter leurs aventures : la recherche de la montagne, la trouvaille de la source, le combat et la mort du magicien. Fernand déclara d’une voix presque gênée :

« Eh bien…je vous dois la vie…Merci à vous étrangers. Dès demain, je rentrerais en ville revoir le patron…il doit être inquiet. Vous restez dormir ? »

« Non ça ira, je rentre ce soir. Mais je veux bien que vous rameniez mon ami en ville quand il aura repris ses forces. »  Aiko tendit la lettre de demande de rançon à Fernand « Ça, c’est pour votre patron. Comme preuve de notre travail accompli. Sur ce… »

Aiko fit un geste de salutation aux deux hommes et jeta un dernier regard sur son compagnon à quatre pattes. Bizarrement, cela lui faisait de la peine de le quitter sans lui dire au revoir, mais il dormait si bien qu’elle ne voulut le déranger. Elle se contenta de le caresser une dernière fois en ajoutant :

« Au revoir petit chat, je suis ravie d’avoir fait ta rencontre. Au plaisir de te revoir bientôt dans ma boutique »

Par la suite, la dragonne disparue dans l’ombre de la nuit. Direction sa boutique. Il fallait bien que l’argent rentre ! De plus, il fallait qu’Aiko prépare un feu d’artifice pour son ami : un qui prendrait la forme d’un tigre dans le ciel.

* : Aiko Jin – Avenue commerçante -  Starfire.

Hybride

Description
Avatar: Judahl Key
Pouvoir/Hybridité: Chat
Âge: 17
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 50
Date d'inscription : 20/06/2017
Age : 17


 [Mission] COMME UN ROC ! [feat Endind Layihe]

 :: Alentours :: La Plaine

COMME UN ROC !

Tout était noir, cette noirceur je ne savais pas d’où elle venait. Étais-je mort ? Le magicien avait-il eu raison de moi ? Attends quel magicien au juste, mais que me disais-tu esprit. Je l’avais tué, moi un pauvre hybride chat aussi faible qu’un couteau rouiller. Je ne comprenais pas bien, je me confrontais même avec mon propre esprit la partie la plus importante de tout être. Avais-je perdu la raison ? Ou je n’en avais jamais eu ? Je n’étais maintenant sûr de rien, perdu dans cet océan profond qu’étais moi-même, si seulement je pouvais fuir ce labyrinthe sans fin. Quoi ? J’étais même blessé dans le combat, moi ? mettant ma vie en danger, aider une personne ? Mais oui c’était ça le véritable moi qui se cachais au plus profond de moi. En soi si on y réfléchit bien, la vie n’était qu’un livre, il y avait un début, notre naissance, il y avait ensuite nos hâtes héroïques et le triste résumer de nos proches, et après il y avait la fin de notre histoire, qui finissait au fond de leurs doux cœurs.

Après un court instant, ou j’étais perdu dans ma folie. Je me souvenais de la dragonne, cette fille qui m’avait sauvé, j’essayais d’ouvrir mes yeux impossibles, je ne sentais qu’une douce chaleur sur mes poils, je l’adorais d’ailleurs ça me faisait sentir bien. Je sentais aussi bien la chaleur, que j’entendais le cœur de la personne qui m’avait pris.

Peu de temps après, le sifflement du vent atteignait mes oreilles de félins. Je compris donc que la personne qui s’occupait si bien de moi était la fidèle fillette. Elle ne m’avait pas abandonné dans la grotte ? Pourquoi aider un aussi piètre chaton que moi.
Quelqu’un m’aidait ? La joie m’envahissait, je n’avais pour l’instant eu que l’amour de la princesse Elizabeth, cette fille si pure que je désirais du plus profond de mon être.
Alors avoir une autre personne proche ne me déplaisait pas.

Je n’avais aucune notion du temps, mais je dirais au bout d’une demi-heure, je me retrouvais dans ce qui semblait être un lit. Alors ma fidèle compagnonne m’avait amené jusqu’à la maison. Il fallait absolument que je remercie comme il se doit, elle avait fait tant de chose pour moi, rien que d’y penser j’en frissonnais jusqu’à mon âme.
Mais pas le temps d’être nostalgique, j’entendais de mes fines oreilles, des voix de personne que je ne connaissais pas. C’était sûrement les statues de pires de la dernière fois, la dragonne les avait sauvés comme elle m’avait sauvé.
Je ne pouvais retenir plus longtemps, l’envie de sombrer dans les rêves. Alors je partis dans mes rêves très insignifiants.

Des heures étaient passées, je sursautais. Il m’avait fallu d’un court instant pour comprendre ce qui se passait. C’était vrai, j’étais dans cette maison dans la prairie.
Je regardais de droite à gauche, et je vis une lettre, je me relevais délicatement, et la saisit.
C’était un cours récit rempli de chose gentille et de remerciement. Mais c’était surtout la fin de la lettre qui m’avait marqué ‘’Aiko Jin – Avenue commerçante -  Starfire.’’ Elle s’appelait Aiko, quel joli nom. Elle voulait donc que je la rejoigne à l’avenue commerçante pour un feu d’artifice.
Il fallait absolument que je me dépêche, je sortais de la chambre en courant.
Mais une voix rauque me stoppait dans mon élan.

« He ! Tu es réveillé, Aiko nous a demandé de veiller sur toi, et de ramener en ville à ton réveil. J’espère que tu vas mieux et merci de ton aide. »

Elle avait même prévu mon retour, je ne pouvais attendre de la revoir.
Je pris forme humaine pour pouvoir communiquer avec ses marchands.

« Merci d’avoir veillé sur moi. Ce serait possible de partir maintenant, j’ai quelque chose à faire en ville. »

J’étais excité à l’idée de la revoir. Quelle chance d’avoir pu la rencontrer. Je remerciais pour une fois ma curiosité, qui m’avait fait vivre une aventure hors du commun.
On partait donc vers la ville.

Le voyage était long, très long tellement long que j’en avais mal aux jambes. Et quand je fus enfin arrivé dans l’avenue un feu d’artifice en forme de tigre illuminait le ciel. Le magnifique ciel que j’avais pu toucher grâce à Aiko, j’en avais les larmes aux yeux, un jour, je la reverrais.
Merci.


Merci Aiko.
RP - Aiko/Endid
 
[Mission] COMME UN ROC ! [feat Endind Layihe]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Oh non ! Tu ne partiras pas comme ça ! [feat. Shord Kyu]
» Un entretien pas comme les autres. {feat Jade}
» [Mission] Comme par magie
» J'ai pas l'habitude de m'occuper des cas comme ça ( Feat Joan)
» Cette anguille est énorme, comme ma... planète ! | feat Menma Yadomi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ariesten :: Alentours :: La Plaine-
Sauter vers: