AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

[FINI] Oh Princesse, montre nous ton tendre coeur. (Pv Elizabeth)
Top-voteur
avatar
Messages : 79
Date d'inscription : 20/06/2017
Age : 17

Description
Avatar: Shintaro | Kagerou Project
Pouvoir/Hybridité: Chat
Âge: 17
Ven 7 Juil - 6:55

Oh Princesse, montre nous ton tendre coeur.


Je quittais les portes de mon école vers 16 heures, pour retourner dans ma routine habituelle. Je regardais le magnifique ciel qui était ensoleillé et remplit de doux nuages. La chaleur était présente, ce qui me fis transpirer bien évidemment.
Je me baladais sous forme humaine tout souriant, entant encore trop proche de mon école pour me transformer en chat. Bizarrement je n’aimais pas être sous forme de chat. Cette hybridité m’insupportais mais c’était mon seul moyen d’avoir de l’affection et surtout à manger. Car oui si j’utilisais cette forme ou je me trouvais horriblement moche, c’était uniquement dans ce but.
Ça devait faire quelques années que je vivais à droite à gauche, sans jamais trouver de logement fixe.
Mais cela ne m’empêchait pas de sourire et d’être heureux dans ce magnifique qu’était ariesten.

Après une longue heure de marche, j’arrivais enfin sur la place. C’était un très grand endroit que je n’appréciais pas spécialement. Bien trop bruyant à mon gout !
C’était l’heure, l’heure d’être ce maudit chat noir aux yeux vert brillant. Ma transformation se déroulait rapidement comme à mon habitude.
Je déposais mes affaires dans une poubelle, pour venir les reprendre plus tard.

À nous deux saletés de place !
J’avançais en longeant les nombreux bars et restaurant à la recherche de quelque reste de nourriture ou de personne qui aimerais mon immonde tête de chat. Il y avait quelque chose qui clochait, ça changeait trop de d’habitude. Pourquoi y avait-il si peu de monde ? J’observais les environs à la recherche de réponse. Au centre de la place il y avait un étrange rassemblement de personne. Ma curiosité omniprésente m’avait poussé à jeter un œil. Il y avait un énorme brouhaha, j’avais vraiment du mal à le supporter dû à mes sensibles oreilles de félin. Après quelques secondes de concentration, je pus enfin comprendre ce que tous ses humains affolés disaient. Ils parlaient d’une princesse qui allait bientôt débarquer. J’étais intrigué, j’en tremblais d’envie. Il fallait à tout prix que je regarde à quoi ressemble une princesse. On m’avait toujours parlé de leur grâce et de leur beauté légendaire et comparable aux déesses.

Alors que l’excitation continuait de monter en moi. J’entendais un bruit semblable à celle d’un carrosse, je me retournai donc et fis face au carrosse. Il était magnifiquement orné de motif plaqué d’or et de rubis. Mes yeux ruisselaient de plaisir tellement que le carrosse brillait de mille feux. Je n’avais jamais vu quelque chose d’aussi beau de toute ma vie. Ce carrosse était trainé par deux magnifiques chevaux blancs à la crinière argentée.
Celui qui semblait conduire le carrosse le stoppa juste devant moi avant de crier ‘’maudit chat ! Il mérite de mourir pour avoir manqué de respect à notre princesse’’
J’ignorais ses paroles en restant au même endroit. Je voulais voir cette princesse de mes propres yeux. Ma curiosité allait peut-être me tuer mais tant pis. J’étais débordé par mon envie.    


Montre toi princesse.
RP - Elizabeth/Endid
[FINI] Oh Princesse, montre nous ton tendre coeur. (Pv Elizabeth)
Humain
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 02/07/2017

Description
Avatar: Sonia Nevermind - Danganronpa
Pouvoir/Hybridité:
Âge: 17 ans
Dim 9 Juil - 12:32
Oh princesse, montre nous ton tendre cœur

Les cours de l’après midi s’étaient terminés tôt aujourd’hui au manoir Elvenlake. Elizabeth, bien qu’appliquée comme toujours, s’était un peu ennuyée. Il fallait dire que depuis peu, elle suivit les enseignements du lycée d’Ariesten le matin, et qu’être entourée d’une foule d’élèves admiratifs était plus que plaisant. Cet après-midi, elle avait décidé d’aller se promener un petit peu en ville, le grand air et un petit bain de foule la requinquerait. Pour sortir, elle avait revêtu une courte robe blanche bouffante, parsemée de rubans et de fleurs brodées, ainsi que des sandales brillantes. Assise devant sa coiffeuse ouvragée, elle détaillait ses traits pendant qu’Astrid tressait ses longs cheveux dorés. Son visage, comme gravé dans le marbre, était le digne héritage de la famille Elvenlake et de leur dynastie de purs Humains. La fierté de sa lignée.

Elle descendit les escaliers en marbre du manoir telle une princesse, le menton haut et le dos droit. Devant l’énorme porte en bois massif gravé, la voiture personnelle de la jeune héritière l’attendait patiemment. Elle l’avait eu en cadeau pour ses quinze ans, et encore aujourd’hui, elle était sa préférée parmi sa collection. Elle ressemblait à un carrosse, blanc repoussée d’or, incrustée de rubis gros comme des têtes de chat. Un sourire aux lèvres, Elizabeth prit quelques instants pour caresser les doux naseaux d’Astérope et Érythrée, les deux chevaux immaculés qui tiraient sa diligence. D’une démarche princière, elle monta à bord, et Elliott la conduisit en ville.

Sur le chemin, elle détaillait les paysages de l’île céleste. Le manoir Elvenlake était planté sur les hauteurs de la cité, surplombant de sa superbe les habitations modestes. Dans les rues, des enfants jouaient, insouciants. Leurs parents les écartaient en vitesse des sabots des étalons, dans une grossière révérence. Royale, Elizabeth saluait la foule encore éparse de passants depuis la fenêtre d’un geste de la main.

La rumeur de sa venue l’avait précédée car, lorsqu’Elliott immobilisa la voiture sur la place, une foule compacte les encerclait. Lorsque l’altesse sortit, toute à sa grâce, elle entendit le cocher invectiver quelqu’un. Il lui suffit d’un coup d’œil pour apercevoir la boule de poils noire qui avait attiré ses foudres. Ignorant les citoyens et leurs mains tendues dans sa direction, la blonde déploya au dessus de sa tête une ombrelle en dentelle blanche pour se protéger du soleil de cette fin d’après-midi, et se pencha vers le félin.

- Allons Elliott, il n’y a rien de grave, dit-elle de sa voix mélodieuse. Vous veillerez à faire préparer par Matha un tartare de thon pour lorsque vous reviendrez me chercher, ce petit chat doit mourir de faim.

Sous les exclamations attendries des badauds, l’héritière se mit à caresser le poil foncé de l’animal avec douceur. Evidemment, comme toute enfant trop gâtée, la jeune fille avait une pléiade d’animaux au manoir : des chiens, des chats, des chevaux… Pour ses dix ans, ses parents lui avaient fait construire une superbe volière où elle pouvait observer les magnifiques oiseaux exotiques qu’ils lui ramenaient de leurs voyages. Dans le parc, il y avait aussi un superbe bassin rempli de poissons aux couleurs chatoyantes. Malgré tout cela, elle s’extasiait toujours lorsqu’elle croisait une petite bête aussi adorable.

Se redressant, elle salua le carrosse qui repartait vers le manoir. Aujourd’hui, elle avait décidé qu’elle ne voulait pas d’escorte. Se retournant vers les passants, un sourire étincelant s’étalant sur son visage, elle plongea parmi eux comme une princesse à l’écoute de son peuple.

ft. Endid Layhie
[FINI] Oh Princesse, montre nous ton tendre coeur. (Pv Elizabeth)
Top-voteur
avatar
Messages : 79
Date d'inscription : 20/06/2017
Age : 17

Description
Avatar: Shintaro | Kagerou Project
Pouvoir/Hybridité: Chat
Âge: 17
Dim 9 Juil - 23:22

Oh Princesse, montre nous ton tendre coeur.


Cet attroupement de gens heureux et chantant l’arrivée de la princesse, me donnait un mal de chien à la tête. Je me demandais vraiment pourquoi ma curiosité passait avant ma raison, m’enfin bref ce qui était fait et fait. Normalement, je me débrouillais toujours pour m’écarter des foules, car pour un hybride chat ce n’était que la source de problèmes inutile. Ses problèmes que je retrouvais actuellement d’ailleurs, mal au crâne et à mes sensibles oreilles de félin.

Alors que j’étais perdu dans mes pensées. J’entendis une voix féminine plus que mélodieuse. Je me retournais toute en écoutant sa magnifique voix. Mes oreilles étaient guéries je n’avais que le timbre de cette voix qui résonnait dans ma tête tourmentée. Je peinais encore à voir la personne qui possédé ce que je percevais. Elle parlait de moi mais qui était donc cette personne, mes petits yeux s’éveillaient enfin.
Je fis un bon en arrière quand je pus enfin l’apercevoir. Par tous les dieux, si ce n’était pas une déesse sortit tout droit du ciel je ne pourrais plus rien comprendre. Cette beauté brillait de mille feux, elle possédait de magnifiques cheveux d’orée et étincelant qui était minutieusement tressée. Mes yeux ne pouvaient lâcher les siens qui étaient bleue aurore. Bien sûr son accoutrement suivait sa grâce, revêtus d’une courte robe blanche couplée à des rubans.

Je ne regrettais rien, remerciant ma curiosité. Je comptais maintenant partir.
Mais ce n’était pas le souhait de cette princesse, qui s’était approché de moi et se mit à me câliner.
De toute ma vie je n’avais jamais eu le droit à d’aussi bonne caresse, ses mains douces avaient raison de moi je ne pouvais retenir mes ronronnements de plaisir. J’aurais bien sur tout fait pour me faire adopter par cette déesse mais, j’étais un hydride et non un chat donc impossible qu’elle voulait de moi. C’était si rare pour moi d’être pessimisme. Mais bon je devais profiter de la faveur que me donnait cette gracieuse personne. Elle salua le carrosse qui fit demi-tour. Mais pourquoi ne rentrait-elle pas dedans ? Elle veut rester avec une sale bête-t-elle que moi ?

À peine le temps de se poser quelques questions, que la princesse se dirigea dans la foule de gens qui m’observaient l’air envieux, bien sûr je les comprenais. J’étais tombé totalement admiratif de cette personne, elle était tellement à l’écoute de ces pauvres gens gardant toujours sa grâce. J’essayais de la suivre tant bien que mal malgré ma maudite haine envers la surpopulation qui nous entourait.
Il fallait trouver un endroit calme où je pourrais lui parler. C’était de mon devoir de la prévenir sur mon hybridité. Je miaulais en élevant le ton de ma voix pour essayer de captiver son attention.
Je courus ensuite vers un endroit plus tranquille en espérant que la demoiselle puisse m’y suivre. J’étais égoïste mais je voulais avoir toute son attention et toutes ses caresses pour moi seul. Malheureusement étant un peu dans mes esprits. Je trébuchais à cause d’une racine d’arbre. Ma vision commençait à être proche du néant, mes membres ne me répondaient plus.
Je sombrais actuellement dans les vapes.  


Je ne veux que toi !
RP - Elizabeth/Endid
[FINI] Oh Princesse, montre nous ton tendre coeur. (Pv Elizabeth)
Humain
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 02/07/2017

Description
Avatar: Sonia Nevermind - Danganronpa
Pouvoir/Hybridité:
Âge: 17 ans
Mar 11 Juil - 22:21
Oh Princesse, montre nous ton tendre coeur

C’était exactement ce qu’il lui fallait après cette journée fatigante d’ennui. L’admiration de la plèbe était pour elle comme du carburant, de l’énergie pure et intarissable qu’elle venait chercher à la source. Tous ces gens qui l’entouraient semblaient l’adorer, presque la vénérer. Certains la trouvaient belle, d’autres n’étaient là que parce qu’elle était riche. Il y avait aussi toute cette souillure, toutes ces êtres impures : les hybrides, les cyborgs, les humains dotés de dons. Elizabeth s’élevait au dessus de tous ces gens tel un soleil, un astre de lumière qui déversait sur eux sa chaleur. Avec le temps, ils savaient qu’ils ne devaient pas la toucher sans sa permission. C’était une règle qui avait été mise en place pour conserver une certaine distance entre elle et eux, qu’ils n’oublient pas qu’ils n’étaient pas du même monde. Ils n’étaient là que parce qu’elle en avait envie, uniquement pour assouvir sa soif d’admiration.

D’ailleurs, elle était à présent désaltérée et commençait à se désintéresser de la foule, toujours aussi pressante. Au loin, par-dessus le tumulte des voix qui l’entouraient, elle perçut un son qu’elle reconnut instantanément : un miaulement de chat. A quelques mètres de l’attroupement, le chaton qu’Elliott avait failli écraser avec le carrosse regardait dans sa direction. La jeune héritière ne put résister à tant de mignonnerie, d’autant que les intonations suppliantes dans les miaulements du félin lui donnaient l’impression qu’il voulait qu’elle le suive. Tant bien que mal, elle tenta de se dégager de la foule pour s’approcher de lui. Mais les habitants étaient comme un mur autour d’elle, et le petit chat s’éloignait. Pressée, La blonde se décida à élever la voix :

- Excusez moi mesdames et messieurs, mais je me sens un peu souffrante, j’aimerais me promener seule.

Sans se faire prier, les badauds se dispersèrent, non sans un dernier geste envers la princesse, qui le leur retourna, un sourire crispé sur le visage. En quelques secondes, Elizabeth était à nouveau libre de ses mouvements. Pressant le pas, elle se dirigea dans la direction où elle avait vu partir la boule de poils, lorsqu’elle l’aperçut au sol. Elle haussa un sourcil, curieuse. Il s’endormait dans des endroits peu communs cet animal. Mais lorsqu’elle se pencha pour le caresser de nouveau, elle se rendit compte qu’il ne réagissait pas. Paniquée, elle en lâcha son ombrelle pour saisir le petit corps inerte à deux mains. Il ne lui fallut que quelques instants pour se rassurer de son état. Il respirait, mais il semblait sonné.

Précautionneusement, la jeune fille blottit le chat contre sa poitrine, au creux de son bras, ramassa son ombrelle et chercha un endroit ou se poser. Non loin de là, elle aperçut un muret à l’ombre d’un chêne. Elle s’y rendit et, après avoir replié son ombrelle, s’assit, le chaton sur ses genoux. Le contraste était amusant, chat noir sur jupe blanche. La princesse promenait ses doigts fins dans le pelage noir, ses ongles parfaitement manucurés grattant certains points stratégiques. Elle attendait qu’il se réveille pour l’entendre ronronner à nouveau.

ft. Endid Layihe
[FINI] Oh Princesse, montre nous ton tendre coeur. (Pv Elizabeth)
Top-voteur
avatar
Messages : 79
Date d'inscription : 20/06/2017
Age : 17

Description
Avatar: Shintaro | Kagerou Project
Pouvoir/Hybridité: Chat
Âge: 17
Mar 11 Juil - 23:39

Oh Princesse, montre nous ton tendre coeur.

Ou suis-je ? Qui suis-je ? C’était les premières questions qui me torturaient mon simple esprit de félin.
J’avais très mal à la tête, et souffrais étrangement du bas du corps principalement. Je ne savais réellement pas ce qui m’était arrivé, j’avais aussi perdu toute notion du temps.
Mais malgré tous ces petits détails, j’étais confortablement installé sur une chose qui m’étais inconnue. Ce que je savais, étais la douceur et la chaleur de cet endroit. Malheureusement mon manque cruel de force ne me permettait pas une simple observation, alors je dus attendre patiemment.

Après un certain temps, je pus enfin me rappeler de ce qui j’étais. Je me sentais mieux, même très bien. Je regardais tranquillement autour de moi ce qui se passait, et ce qui me semblait être un rêve il y a quelques secondes était au final la réalité.
J’avais bien vu une déesse, euh oups une princesse. Un long frisson d’étonnement me prit quand je réalisais enfin ce qui se passait actuellement. J’étais actuellement sur les genoux ou plutôt la douce robe de la princesse.
Elle me caressait avec la même grâce que la dernière fois. Bien sûr la magnifique princesse visa mes points sensibles et je ne pus m’empêcher de miauler, pourtant en temps normal je me forçais toujours à miauler pour que les gens me donnent l’affection qui me manquait, mais là, il n’y avait besoin d’aucun effort de ma part.

Je me laissais câliner encore. Mais, après un petit temps de réflexion je m’étais aperçus que j’avais totalement perdu la raison. J’étais un hybride ! Et un hybride n’avait aucunement droit toucher une princesse. La mort allait bientôt m’épouser pour mes crimes, mais je me devais d’être honnête, après tout je n’avais rien à perdre, si le paradis et aussi bien que cette princesse je n’allais point être déçu.
Par la suite de mon long temps de réflexion, je me décidais déjà à quitter ma douce place pour sauter sur le dur sol.
C’était l’heure pour moi de faire les présentations. Un, deux, trois et voilà ! J’étais un mi-chat, mi-homme, je gardais donc mes oreilles et ma queue de félin. La princesse allait sûrement sursauter mais, je n’avais pas d’autre choix.
Au bout d’une fraction de minute, je réussissais à baratiner certains mots toute en plissant le genou.

‘’Veuillez …. excu.. excuser mon impolitesse. J’aurais voulu vous faire parvenir de mon hybridité un peu plus tôt. Mais, j’étais sous le choc envers votre incroyable beauté et empathie envers autrui. Voilà m’en voyez sincèrement désolé. J’accepterai toute sentence à mon égard de chat’’

Je regardais ensuite le sol, toujours à genoux, je tremblais devant le jugement de la princesse. La peur m’envahissait rapidement. Je ne voulais qu’une chose une réponse, un mot pour entendre sa douce voix qui allait à tous les coups me consoler dans mon chagrin. C’était bien la première fois que je ressentais un aussi gros sentiment pour quelqu’un, j’aurais tellement voulu être un chat pour vivre avec cette déesse toute ma pauvre vie.


Ô Princesse, pardonnez mon impolitesse.
RP - Elizabeth/Endid
[FINI] Oh Princesse, montre nous ton tendre coeur. (Pv Elizabeth)
Humain
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 02/07/2017

Description
Avatar: Sonia Nevermind - Danganronpa
Pouvoir/Hybridité:
Âge: 17 ans
Mer 12 Juil - 21:45
Oh Princesse, montre nous ton tendre coeur

Le chat finit par revenir à lui doucement sous les caresses d’Elizabeth. Il frissonnait et miaulait, ce qui eut le don de la faire fondre. C’était un instant reposant, dans un cadre superbe. Une légère brise soufflait dans les feuilles du grand chêne qui les surplombait, faisant onduler les volants de la robe blanche. Personne ne venait les déranger dans leur bulle, ils étaient seuls au monde, tranquilles, comme hors du temps. L’héritière ne pensait plus à rien, ni à ses cours, ni à ses responsabilité, toute son attention était captée par le petit animal dans le poil soyeux duquel elle fourrageait ses mains.

Mais apparemment, le félin n’était pas satisfait des petites papouilles qui lui étaient dispensées car il sauta à terre. L’altesse allait lui demander s’il voulait aller se promener, mais ses mots s’étranglèrent dans sa gorge avant qu’elle ne puisse les prononcer. Sous ses yeux azur, le chat était en train de se transformer. Le pelage noir laissa place à des vêtements, le petit museau rose à un nez tout ce qu’il y avait de plus humain, et ses doux coussinets devinrent des mains et des pieds. Soudain, un garçon d’à peu près son âge se dressait devant elle. Sous sa tignasse de cheveux noirs, il la fixait de ses prunelles émeraude, si différentes des yeux aux pupilles fendues de chat qu’ils étaient quelques secondes auparavant. Il avait tout de même conservé ses oreilles noires et sa queue touffue de chat, histoire qu’Elizabeth ne puisse pas se dire que tout cela n’était qu’un mauvais rêve et qu’elle n’avait pas caressé un hybride, qu’elle allait juste se réveiller dans son lit aux draps de soie.

Le garçon posa un genou à terre et balbutia quelques excuses maladroites. Même agrémentées de compliments, elles ne parvinrent pas à détendre la blonde, qui se leva comme si elle avait été montée sur ressorts. Elle était sous le choc. Elle avait touché un hybride ! Elle avait été manipulée par un chat qui s’était avéré être un homme ! Un impur était monté sur ses genoux ! C’en était trop. Ses yeux clairs étaient tellement écarquillés qu’ils semblaient prêts à lui sortir du crâne. Dans son esprit défilait des images plus horrifiantes les unes que les autres : ce garçon lui faisant du chantage contre la menace de révéler à tous qu’elle était entrée en contact avec quelqu’un de son espèce, ses parents la reniant pour son erreur idiote, toute la plèbe venant quémander à ses pieds de similaires faveurs… Un instant, la tête lui tourna et elle fut prise de nausées. Ce ne pouvait pas être vrai ! Elle était finie.

Toujours les yeux comme des soucoupes, droite comme un piquet, les poings serrés, Elizabeth ressemblait à une statue de marbre. Comment avait-elle fait pour se faire berner de la sorte ? Elle était furieuse contre elle-même, ce qui la poussa à partir. Son sang battait à ses tempes, elle bouillonnait et son visage devait avoir pris une couleur cramoisie très peu seyante. Elle avançait vite, d’un pas rageur, plantant là cet hybride. Elle ne savait pas comment réagir, devait elle fuir ? L’affronter ? Ah, si seulement Elliott l’avait écrasé avec la voiture ! Elle n’aurait jamais eu tous ces problèmes à présent. Elle devait absolument trouver une solution à cette situation, il était hors de question qu’elle incarne la ruine et le déclin de la dynastie Elvenlake, qui s’était construite au prix du sang de ses ancêtres. Derrière elle, elle laissa aussi son ombrelle blanche, posée contre le muret, vestige d’une époque révolue où la princesse Elvenlake avait partagé un moment hors du temps avec un petit chat noir.

ft. Endid Layihe
[FINI] Oh Princesse, montre nous ton tendre coeur. (Pv Elizabeth)
Top-voteur
avatar
Messages : 79
Date d'inscription : 20/06/2017
Age : 17

Description
Avatar: Shintaro | Kagerou Project
Pouvoir/Hybridité: Chat
Âge: 17
Jeu 13 Juil - 1:48

Oh Princesse, montre nous ton tendre coeur.

La situation avait totalement changé, et comme je l’avais appréhendé, la princesse qui avait fait virevolter mon pauvre cœur, avait réagi très mal à mon hybridité. C’était bien pour cette raison que je la cachais, les humains détestaient souvent les personnes différentes ce que je comprenais totalement.
Je n’avais pas peur pour moi, mais surtout pour elle. Elle devait me voir maintenant comme un bon à rien, je ne pouvais acquiescer son jugement divin.
Son attitude changeait bien évidemment, la colère, le dégout se lisait comme un livre ouvert. Ses yeux bleus me traduisaient toutes ses émotions et l’observation était un de mes points forts.
Elle était si tendue, je m’en voulais tellement. J’avais fait perdre à cette princesse sa grâce légendaire c’était impardonnable.

J’étais collé au sol froid. Étant totalement ankylosé, il m’était impossible de placer un mot ou encore de me lever. Si seulement je pouvais l’aider par n’importe quel moyen, même si je dois disparaitre je le ferais. Elle avait l’air torturée dans ses pensées elle ne bougeait pas. Je m’inquiétais réellement pour la princesse il fallait absolument l’aider peu importe comment. Je cogitais un moment dans ma tête cherchant désespérément un moyen de l’aider. Aller !! Vite il fallait que je trouve creuse toi la tête.
Mais la déesse ne me laissa pas une possibilité de rédemption. Elle tourna les talons, droite comme un piquet et commença à marcher. La grâce l’avait quitté, et on ressentait la colère dans chacun de ses pas. Pour appuyer ce sentiment, la fille aux magnifiques cheveux blonds fermait ses douces mains. J’observais la mignonne petite princesse, qui s’éloignait au plus vite. Comme tout homme stupide j’aurais bien voulu lui crier ‘’Attends !’’ ou encore ‘’Pitié revient’’ mais je n’étais pas ce genre d’humain. Actuellement j’oubliais totalement ma personne, il fallait que je l’aide et mon but était juste pour elle non pour moi.

Dans les quelques minutes qui suivaient, je pus enfin me relever avec difficulté certes, mais j’étais debout. Je cherchais toujours un moyen de l’aider, alors je regardais de droite à gauche à la recherche de n’importe quoi.
Elle avait oublié son magnifique parapluie blanc. Il était posé sur le muret ou, j’avais passé le meilleur moment de ma courte vie. Il fallait que je lui rende. Mais comment ? Par quel moyen.
Pendant ma réflexion, je cueillis des magnifiques roses blanches et rouges pour en faire un bouquet. Mes mains étaient couvertes de griffure mais qu’importe le prix. Il fallait que la princesse de mon cœur aille mieux au plus vite.

Après un court temps, une idée me sourit enfin. J’écrivais sur un petit bout de papier

‘’Bonjour, je tenais à vous rendre votre ombrelle blanche. Je tiens réellement à m’excuser, j’ai déjà du mal avec les filles en général alors, je vous laisse imaginer avec une déesse-t-elle que vous. J’ai paniqué par votre grâce et beauté qui est juste légendaire. J’aimerais tellement vous la rendre. Alors je vous donne ma vie pour la récupérer. Je sais c’est maigre comme don, mais je n’ai rien appart des mots et ma vie. Je vous souhaite bon rétablissement magnifique princesse.’’  

J’espérais de tout cœur que mon vocabulaire n’allait pas l’offenser, et je glissais le petit bout de papier dans l’ombrelle.

C’était l’heure de la transformation ! Et en une fraction de seconde j’étais redevenu un minable chat.
Je pris le bouquet et l’ombrelle par la canne avec ma mâchoire. C’était lourd !
J’utilisais mon odorat pour la suivre il fallait que je la retrouve.
Et enfin alors que la pénombre commençait à tomber, je retrouvais cette magnifique princesse.
Je lui déposais le bouquet et l’ombrelle à ses pieds.
La faim m’avait pris, je ne pus empêcher un gargouillement de mon ventre. Mes pattes tremblaient aussi dû à l’effort que j’avais fourni. Mais je gardais toujours un regard plein d’amour et de détermination. J’attendais le jugement de cette douce personne.


Je vous offre mon pauvre cœur.
RP - Elizabeth/Endid
[FINI] Oh Princesse, montre nous ton tendre coeur. (Pv Elizabeth)
Humain
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 02/07/2017

Description
Avatar: Sonia Nevermind - Danganronpa
Pouvoir/Hybridité:
Âge: 17 ans
Ven 14 Juil - 18:56
Oh Princesse, montre nous ton tendre coeur

Elizabeth était de retour au centre de la place, et la colère avait laissé place à la panique. Elle ne savait pas quelle image elle renvoyait, mais elle devait faire peur car aucun citoyen ne se risqua à l’approcher. Affolée, elle tordait ses fines mains blanches et faisait les cents pas, faisant voltiger sa tresse et les volants de sa robe dans son sillage. Aucune solution miracle ne semblait vouloir lui venir, elle se repassait les détails de l’affaire en boucle dans son esprit. A quel moment avait-elle pu se faire berner ? Comment faire pour que l’affaire ne s’ébruite pas ? Lorsqu’elle se repassa pour la quinzième fois la scène épouvantable de la transformation de l’hybride, elle ne put retenir un gémissement. Et pourquoi Elliott mettait-il aussi longtemps à venir la chercher ? La luminosité commençait peu à peu à baisser. Bientôt, la place ne fût plus éclairée que par des lampadaires.

Un mouvement sur sa gauche attira l’attention de la blonde. Sortant de l’ombre, le chat noir, ou plutôt l’hybride trompeur, s’approchait, tenant dans sa gueule un bouquet et l’ombrelle en dentelle. Un instant, Elizabeth resta interdite, raide, immobile comme une statue taillée dans le plus pur des marbre. Le chat déposa son fardeau devant ses pieds et resta là, ses yeux fendus fixés sur elle, insolent. Un air dégoûté sur le visage, la princesse se pencha pour ramasser son bien, laissant les fleurs coupées gésir sur le sol. En tapotant son ombrelle pour enlever la poussière qui s’y trouvait, le regard azur de la jeune fille fût attiré par un bout de papier glissé dans la dentelle. Intriguée, elle s’en empara et le lit doucement.

Elle était déroutée par cette prose. Les excuses se mêlaient aux compliments dans un tourbillon de sincérité. Le chat était resté là tout ce temps, attendant sans doute de voir la réaction de l’héritière face à ses mots. Pour toute réponse, le carrosse d’Elizabeth arriva sur la place, dans un vacarme de sabots claquants sur le pavé. En cocher expérimenté, Elliott immobilisa la voiture de manière à ce que la porte se trouve à la hauteur de la jeune fille. Descendant du véhicule, il présenta à cette dernière une assiette en porcelaine recouverte d’une cloche en argent.

- Le tartare de thon de mademoiselle, pour le chat noir.

Sans attendre de réponse de la part de la blonde, l’homme posa le plat à côté du bouquet, le découvrit, puis partit ouvrir la porte à sa maitresse. Cette dernière était restée pétrifiée, comme si le domestique allait deviner ce qui s’était passé. C’est là qu’Elizabeth réalisa qu’en réalité, toute cette histoire pouvait rester secrète. Bien entendu, rien sur le chat ne pouvait faire deviner sa véritable nature, alors, il n’y avait nul besoin de s’inquiéter. Reprenant son air princier, l’altesse se détendit. S’accroupissant devant le chat, elle planta ses iris dans les siennes et prit la parole d’une voix basse mais inflexible.

- Tout ceci restera entre nous.

Se redressant, elle s’empara délicatement du bouquet, et monta en voiture. Un dernier coup d’œil à l’animal et un « à bientôt » murmuré plus tard, ils étaient de nouveau en route pour le manoir. Installée sur les sièges de velours rouge de la diligence, Elizabeth relisait le petit mot gribouillé par le garçon en humant le parfum enivrant des roses. Le bilan de cette après-midi était mitigé. D’un côté, elle sentait encore peser au dessus de sa tête la menace que toute cette histoire soit révélée, telle une guillotine prête à tomber. De l’autre, elle avait quand même passé un bon moment avec le chat, avant de se rendre comte de ce qu’il était vraiment. En gravissant les marches de pierre de la demeure Elvenlake, elle se demandait quand est-ce que le hasard remettrait cet être sur sa route.

ft. Endid Layihe
[FINI] Oh Princesse, montre nous ton tendre coeur. (Pv Elizabeth)
Top-voteur
avatar
Messages : 79
Date d'inscription : 20/06/2017
Age : 17

Description
Avatar: Shintaro | Kagerou Project
Pouvoir/Hybridité: Chat
Âge: 17
Lun 17 Juil - 17:07

Oh Princesse, montre nous ton tendre coeur.

J’étais vraiment dans un sale état, j’espérais de tout cœur que la princesse allait aimer mon petit mot rempli de sincérité et d’amour.
Je vibrais d’impatience, il fallait qu’elle lise mon mot rapidement par pitié. J’attendais tellement son jugement que j’en avais presque oublié ma fatigue corporelle.
Mais, ma hâte fut stoppée pour laisser place à la peur, le cochet était arrivé avec le magnifique carrosse.
C’était sûr qu’elle allait tout révéler, même un idiot pourrait remarquer que la déesse n’était pas tranquille.
Oh non, c’était impossible. Le cochet déboula en vitesse munie d’une assiette faite en matière trop rare pour être acheté par un idiot comme moi.
Cette assiette était recouverte d’une cloche en argent, on se croirait presque dans une fiction.
Le noble parla de quoi !!! Une tarte de thon pour moi !
Je n’en revenais pas. La princesse avait fait tant de chose pour moi, et moi je l’ai disgracié.

Après quelques minutes sans toucher la tarte au thon, je jetais un vif coup d’œil en direction de la déesse. Elle restait un court temps pétrifier, avant de changer mystérieusement d’attitude.
La beauté toute détendue, s’abaissa à mon triste niveau, pour me fixer. L’instant fut court, mais ses beaux yeux bleus m’avaient détendu.
Elle prit une mignonne voix pour me murmurer ses mots ‘’Tout ceci restera entre nous.’’.
Le temps de réaliser ces propos, la princesse prit avec grâce le bouquet.
J’en avais les larmes aux yeux, ma peur était devenue joie.

La princesse monta dans son magique carrosse. Je regardais partir cette déesse que j’admirais.
J’avais maintenant un but, je la voulais elle. Oui c’était beau les rêves, mais j’y arriverais, j’en étais sûr.
J’utilisais mes dernières forces pour manger. Même si je ne méritais pas un t-elle traitement. Je mangeais ce succulent plat, qui était fort bon.
Cette journée chargée en émotion avait fini par prendre fin. Mes pensées étaient torturées sur le faîte de la revoir.
Je repartais maintenant pour trouver un endroit où dormir, et rêver de cette princesse irréelle.
Je lâchais un miaulement signifiant.

‘’À bientôt princesse !’’.


Je t'aime princesse.
RP - Elizabeth/Endid
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» TROMBINOCHE ▲ montre-nous ta tête!
» " Paris, tu nous ouvre ton coeur, et tout dans Paris est bonheur " [ Rebecca ]
» TROMBINOCHE ▲ montre-nous ta tête!
» Nous n'avons pas fini notre conversation [PV Léa]
» Hayleen Blackburn, un dinosaure au coeur tendre.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ariesten :: Cimetière RPs-
Sauter vers: