Humain à don

Description
Avatar: Nagisa Shiota - Assassination Classroom
Pouvoir/Hybridité:
Âge: 22 ans
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 42
Date d'inscription : 02/04/2017
Age : 20


 Une rencontre avec un bon repas. (Ft Lukifeira Aurora)

 :: Ville :: L'Avenue Commerçante
détails
Une rencontre avec un bon repas.
sous-titre
ft. Lukifeira Aurora
Ʃkaemp はは ™

Fenrir s'étira longuement. Il avait l'esprit perdu dans les nuages depuis quelques heures déjà et la nuit commençait d'ailleurs à pointé le bout de son nez. Il allait être temps pour lui de rentrer, surtout si il voulait manger un bout. Attrapant son sac, il se releva du banc qu'il occupait avant de marcher d'un pas trainant.

La journée avait été épuisante aujourd'hui à l'école. Ses petits bouts d'habitude calme et presque adorable étaient survolté. Il avait beau savoir que c'était à cause du retour de beaux jours, lui, il était loin d'être dans le même état.
Il était continuellement en sueur, le soleil lui tapait sur les nerfs et la chaleur l'étouffait constamment. Il avait même été forcé de mettre un nombre colossal de ventilateurs dans sa salle en plus de la climatisation et il mourrait toujours de chaleur...

Aujourd'hui, la chaleur avait été telle qu'il s'était enfermé une heure dans la chambre froide du self. Le directeur de la primaire était gentiment venu l'en déloger d'ailleurs, après l'avoir menacé d'un blâme et d'une expulsion temporaire si il ne sortait pas.
Cette petite altercation l'avait mis d'humeur noire toute la journée. Et voilà qu'en fin de "service", le principal revient le voir pour lui parler d'un stage au lycée : comme si Fenrir était un môme qui avait besoin d'être babysitté !

Il shoota dans un caillou, de très mauvais poil, qui alla se cogner contre un rebord métallique. Regardant dans la direction du bruit, Fenrir vit une sorte de restaurant ambulant. Il avait l'impression de l'avoir déjà vue vers l'école...
Son don lui donnant une physiologie trop particulière, Fenrir préférais clairement se faire à manger soi même en temps normal. Mais là, il avait une flemme assez cruelle de simplement rentrer chez lui pour se nourrir. Et puis, maintenant qu'il était au crépuscule, :'air se faisait plus clément pour lui alors pourquoi ne pas en profiter et diner à la belle étoile ?

S'en approchant d'un pas trainant, son sac d'instit tenu par dessus son épaule, il avisa longuement les menus proposé. Alors qu'il avait fais son choix - une bête salade avec une glace en dessert - il se rendit compte qu'il n'y avait personne vers qui se tourner pour commander. La carriole semblait avoir été laissé là, comme une pause dans le temps.

Il resta un moment incrédule avant de regarder autour de lui. Non, il ne semblait bien n'y avoir personne. Peut-être le propriétaire était il allé au petit coin ou n'importe qu'elle autre stupide raison. Après un nouveau soupir, il s’apprêtait à repartir dépité quand des pas se firent entendre dans sa direction.
Se tournant vers le nouveau venu, un homme grand et aux cheveux marrons, Fenrir s'adressa à lui d'un ton sec et froid.

- Dites moi, c'est vous le cuistot ?   

Hors-sujet.

Cyborg

Description
Avatar: Souji Okita - Hakuouki
Pouvoir/Hybridité: //
Âge: 21 ans
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 18
Date d'inscription : 28/04/2017
Age : 20


 Une rencontre avec un bon repas. (Ft Lukifeira Aurora)

 :: Ville :: L'Avenue Commerçante
« Nuit d’hiver, nuit d’été… Oh vous me manquez sacrés sensations…

- Tu penses réellement ce que tu dis ? Que ce soit la chaleur ou la fraîcheur, notre corps a été endurci de sorte à y résister aisément, mais cela reste une sensation désagréable…

- C’que je voulais dire c’est : quand est-ce que tu m’laisses le corps ? T’as assez vécu non ? Je commence à en avoir assez de tes niaiseries. Même si je contrôle pas la matière qui nous sert à vivre, j’arrive toujours à en ressentir les effets que tu donnes. Ça me donne la gerbe.

- Et toi, tu me fais regretter de t’avoir reconnu comme étant réel. Ton caractère empire de jour en jour… Ne penses-tu pas que la chaleur y est pour quelque chose ?

- C’est surtout ce que tu fais à mon cœur qui me fait chier ! »

Si mes souvenirs n’étaient guère aussi claires, jamais je n’aurais pensé que ce rustre n’était autre que ma pauvre personne du passé. Malgré mes pauvres sentiments à son égard, je ne pouvais pas non plus le dénigrer complètement. Quelque part au fond de moi, une force inconnue troublait mon jugement. Je n’arrivais à discerner clairement si mon cœur se fiait à lui, s’il était en accord ou s’il le blâmait d’un mal caractériel. Non… En mon for intérieur, la plupart de mes pensées concordaient avec les siens, ce qui m’exaspérait en surface. Toutefois, même si je le comprenais, je ne pouvais toujours pas l’accepter comme un hôte et encore moins comme un frère spirituel, même si mes connaissances à ce propos se limitait à une affection des plus uniques.

En revanche, il n’avait pas tout à fait tort. Récemment, mon cœur… Notre cœur résonnait d’un étrange écho. Parfois, il me procurait une merveilleuse sensation… Parfois, il portait en lui une redoutable charge pareille à une explosion continue, sans pour autant me blesser réellement. Ces derniers temps , je nous octroyais ce genre de sensations. Je pouvais comprendre son point de vue. J’avais pour habitude de ne rien ressentir, hormis ce sentiment de satisfaction et de bien-être une fois que je terminais avec succès ma mission. En vérité, même cela avait fini par cesser. Je n’étais plus que ce que je devais être… Une marionnette de combat. Pourtant, aussi mystérieux que cela puisse paraître, ma curiosité me poussait à rechercher la moindre chose qui pourrait faire vibrer mon cœur, que ce soit auparavant par inconscience, ou tantôt par envie.

Et maintenant que nos esprits sont séparés, nos attitudes respectifs se sont amplifiées alors que la contraste qui nous liait se dissipe. Dénouant ces nœuds du destin, se rattache de nouvelles chaînes du lendemain, se prônant d’un récipient deux en un.

« Contiens-toi un peu, je ne prévois pas de changer ce que j’entreprends… Mais, peut-être… Peut-être vais-je te laisser un jour de sursis… Après tout, j’aimerai connaître la sensation que procure ta position. »

Comme un flot qui s’estompait, notre discussion cessa au profit de notre routine habituelle, ou du moins la mienne. Même si mes débuts furent passés seulement lors du mois dernier, je commençais à me lasser dangereusement de ce cycle de vie. Ces émotions qui piétinaient mon humeur revenaient vers moi. Ce manque qui coulait dans mes veines parvenait à réveiller certains instincts familiers. J’avais juré de ne plus me battre. J’avais juré de ne plus blesser qui que ce soit, de par mes principes de chevaliers. Pourtant, je sentais comme un énorme vide en moi. Mon corps s’y était habitué. Mon esprit n’avait de yeux que pour cela… Mais moi, là, je ne voulais plus… C’était comme si mon partenaire éternelle implantait ses propres sensations en moi. Malgré cette idée, je savais bien que ce n’était pas tout à fait le cas. Il était moi, j’étais lui… Par conséquent, il était normal que je ressente cette brûlante envie de me battre, quitte à abandonner mon travail. Tout ce dont j’avais besoin, c’était laisser parler ma force… Ou elle pour calmer mes ardeurs.

« Repense à elle une seconde de plus et je force un passage. Écoute, toi et moi, on s’entend pas du tout, j’ai compris. J’arrive même pas à comprendre à quoi tu penses, ni à lire dans ton esprit. Mais, je le ressens. Quand tu penses à cette… Tss, quand tu penses à elle, mon cœur fait des choses bizarres. Alors, pour le moment, je me tiens tranquille… Mais si tu me provoques encore, je me battrais pour ma liberté, pauvre programme vivant. »

Un soupir suivit sa longue remarque. « Un programme. » Peut-être avait-il raison après tout, je n’avais pas lieu de naître. Tous les indices forcent à croire que ma première réelle apparition fut lors de l’implantation mécanique en corps, et plus particulièrement lors des travaux au niveau de ma tête. Je me demandais si… Par exemple, mon œil subissait des dommages… Allais-je en pâtir ? Je savais que cet œil bionique m’offrait à nouveau un champ de vision complet, en plus de l’améliorer drastiquement… Mais est-ce son unique fonction ? Et si jamais ce bout mécanique conservait mon esprit ? J’avais vraiment envie de le découvrir, mais je n’étais pas idiot au point d’en prendre le risque. Bref, je ne devrais pas y réfléchir davantage, ou je risquerais de jouer au jeu de mon alter ego.

Pleinement occupé par ces sombres pensées, je n’avais remarqué la présence d’un client alors que je flânais dans les alentours, regardant à vide les pâtisseries du coin pour me donner quelques nouvelles idées en même temps que je combattais mes ténèbres. Laissant s’échapper un petit souffle, je me hâtai d’atteindre cette personnalité à la chevelure bleutée avant qu’il ne parte, ayant laissé les lieux sans surveillance. Ce cher sourire servant à cacher mes maux se dessina sur mon visage, tandis que je me tenais à proximité, à la manière d’un majordome.

« Cuis…tot ? Si vous référencer au terme cuisinier, je ne peux le nier. En revanche, je suis à la fois propriétaire de ce pauvre restaurant, cuisinier et serveur. J’admets manquer de personnel, mais inutile de vous inquiéter. Je saurais satisfaire vos papilles. »

Intensifiant mon sourire, comme pour le rassurer, je calmais les ardeurs de mon passé pour garder une image intacte de vendeur. Et puis, ce sourire d’un semblant naturel quasiment hors-norme et énervant était devenu l’un de mes aspects physiques. Impossible de me détacher de ce faux sourire, ou presque.

« C’est la première fois que je vous vois à ce comptoir. Avez-vous une préférence pour un plat particulier ? Une exigence peut-être ? »

Me penchant plus en détail sur son physique, je n’eus de peine à remarquer sa petite taille, déjà que je considérais la mienne comme étant inférieure à la moyenne. Si ses cheveux étaient d’une couleur singulière, ce furent plutôt ses yeux qui finirent par me procurer une étrange familiarité. Mon œil l’avait perçu. D’une certaine manière, un pic de curiosité s’installa, bien que je refrénais son avancé. Lui aussi devait avoir une vie aussi trouble que la mienne. En tout cas, il n’était pas rien. Malgré cet instinct, je laissais de côté tout ce bazar pour me concentrer professionnellement.

Si son allure androgyne pouvait être trompeur, impossible pour moi de le confondre avec une lady. Ce globe bionique relevait bien trop les détails pour ce faire, ce qui pouvait parfois avoir son inconvénient. Tout comme cet partie technique là… Au dessus de son visage se plaçait ce nombre en suspens, comme pour chacun des autres êtres vivants. Huit mille quatre cents soixante dix-huit unités… Encore heureux que le logiciel intégré n’incorpore pas de donnée sur les végétaux. Nonobstant, ce fut la première fois que je voyais un chiffre aussi élevé. Il devait sans doute être assez spécial, même s’il avait une allure quelque peu enfantine.

« C’est votre première commande, laissez-moi appliquer une réduction de 20 % sur le prix total. », dis-je finalement, toujours du même sourire mécanique.
Humain à don

Description
Avatar: Nagisa Shiota - Assassination Classroom
Pouvoir/Hybridité:
Âge: 22 ans
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 42
Date d'inscription : 02/04/2017
Age : 20


 Une rencontre avec un bon repas. (Ft Lukifeira Aurora)

 :: Ville :: L'Avenue Commerçante
détails
Une rencontre avec un bon repas.
sous-titre
ft. Lukifeira Aurora
Ʃkaemp はは ™

Fenrir commençait à trouver le temps un peu long seul face à cette roulotte vide. Alors qu'il s'apprêtait à partir, il entendit les pas d'un homme qu'il accueillit de manière glacial. Ce n'était pas trop dans ses habitudes mais, aujourd'hui, il avait définitivement passé une mauvaise journée entre la chaleur et son directeur ennuyeux à mourir. Au moins, il ne s'était pas trompé en apostrophant un pauvre inconnu. La manière suave et propre qu'il eut de lui répondre eu par contre l'effet de l'agacer proprement : son directeur lui avait parlé de la même manière à peine une ou deux heures avant.
Et puis, Fen trouvait que ce "cuistot" collait pas du tout à l'image habituelle : il faisait drôlement propre... Et un peut trop musclé, non ? C'était un peu cliché mais bien des cuistots qu'il connaissait, hormis dans les grands restaurants gastronomique, était assez négligé voir même carrément gras. Là, Fen trouvait que cette homme détonait un peu avec le rôle et puis son sourire... Il souhaitait tromper qui avec un sourire tellement falsifié que même un aveugle ne s'y laisserait pas tromper ?

Fenrir pouffa de rire à cette pensé, se retenant à grande peine d'éclater d'un rire qui pouvait vraiment être mal interprété avant de lui répondre.

- Effectivement, je suis du genre à me débrouiller en temps normal... Cependant, je crois vous avoir déjà vu : vous venez souvent vers l'école non ?

Le professeur eut alors l'étrange l'impression d'être passé au scanner. Certes, il avait déjà remarqué le regard inquisiteur du cuistot mais ça lui semblait plus fort que d'habitude... Comme si c'était soudainement devenu littéral. Il chassa cette mauvaise impression, la rangeant quand même dans un petit coin de sa tête, pour l'analyser de ses yeux entrainé de tueur.
Un kimono, semblable à ceux qui pratiquait nombreux arts martiaux, et une taille assez respectable sans pour autant dominer Fenrir totalement. Il lui aurait donné un mètre soixante-dix, tout au plus. Un détail sur le poignet de l'homme l'attira un instant : le tatouage caractéristique des Ombres. Ce n'était pas le premier qu'il voyait mais il continuait à se sentir attristé pour ces êtres qui se voyait arracher à leur mort brutal pour être ramener dans un monde où il n'existait techniquement plus. Pour cette raison, Fen avait toujours gardé une page pour une personne : ainsi, il savait que si l'une d'entre elle devenait blanche c'est que l'être dont elle parlait était devenu une ombre... Bien que ça ne l'aide pas à savoir qui.

Il poursuivit son inspection discrète alors que l'homme prit position vers sa roulotte. Ses muscles lui semblait trop bien dessiné... Il savait les siens plus discret, surtout tant qu'on le voyait pas nue mais là ça lui semblait trop. A croire que cet homme avait vécu en guerrier avant de se libérer pour une vie plus calme... Fen aurait même plus cru qu'il soit garde du corps ou videur que cuisinier.
Il caressa sa sacoche, se jurant qu'il noterait tout ça sur le cuistot sur une nouvelle page de son carnet avant de reprendre la parole.

- Une remise de 20% ? Je comprend mieux pourquoi vous venez régulièrement à l'école : ça doit donner envie si vous faites ça à tout le monde !

Le jeune homme observa de nouveau le menu tout en pensant au parole du cuisinier...

- Qu'auriez vous donc à me proposer si je vous demandais de me surprendre avec un plat qui doit obligatoirement être froid ?

Hors-sujet.

Cyborg

Description
Avatar: Souji Okita - Hakuouki
Pouvoir/Hybridité: //
Âge: 21 ans
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 18
Date d'inscription : 28/04/2017
Age : 20


 Une rencontre avec un bon repas. (Ft Lukifeira Aurora)

 :: Ville :: L'Avenue Commerçante
Venir près de l’école ? Il était vrai que je me plaçais souvent proche de la zone éducative en une heure et un jour pareils. Cet emplacement était comme une survie pour moi-même, étant donné qu’il n’était en aucun cas rare de croiser quelques élèves parvenir jusqu’à moi. Ainsi, ma réputation parmi ces jeunes personnes seraient assez conséquentes pour me permettre d’avoir des clients régulièrement, surtout lors des périodes scolaires. Par ailleurs, seuls quelques individus en dehors de ces établissements venaient se ressourcer dans mon échoppe nutritive, voilà pourquoi l’essentiel se portait sur les professeurs ainsi que les étudiants souhaitant manger en extérieur non loin des bâtisses pédagogiques.

Si ma popularité était si grande chez les jeunes, c’était grâce à cette réduction que remarqua l’homme à la tignasse saphir et mes offres particulières qui changeaient chaque jour. Ainsi, venir à mon stand pour la première fois n’est autre que tentant, alors que pour les fois suivantes, il était simple d’attirer avec de nouvelles saveurs disponibles avec un rabais suivant le jour de la semaine. Bien entendu, nombreux sont ceux qui aimaient tout simplement mes plats et qui décidèrent de revenir pour y trouver sensation à leur papille. J’arrivais de la sorte à tenir les journées, les semaines et même les mois.

Bref, je devais le surprendre avec un plat obligatoirement froid. Même si j’avais quelques idées de mets à préparer, j’admettais avoir quelques lacunes dans ce domaine là. Du moins, les choix se limitaient à quelques repas traditionnels mais rien de bien transcendant. Même si je les préparais à la perfection, cela ne changeait en rien que le froid était ma principal faiblesse. Même parmi les desserts, seule la bûche glacée m’était accessible. Toutefois, du moment qu’il ne possédait point une exigence digne d’un expert culinaire bourru, je pouvais toujours le satisfaire avec ce que je pouvais cuisiner.

« Aimez-vous le poisson ? Dans ce cas, il m’est simple de vous rediriger vers cette salade de pâtes couplées à des parcelles de saumon. Un plat certes assez simplet, mais pour le moins appétissant ! »

La salade. Voilà ce que composait la source même de la nourriture froide que je pouvais proposer. Cela me procurait une très légère honte, mais je ne me laissais pas non plus sombrer pour si peu. Bien que je ne pouvais lui montrer l’entièreté de mes compétences, j’étais sûr de pouvoir lui offrir un nouveau monde gustatif.

« Si vous préférez avoir un choix plus exotique, tout en restant dans le traditionnel, il m’est aussi possible de cuisiner des Sushis et autres plats orientaux du même genre, à votre convenance. »

Il était vrai que je m’axais beaucoup sur la cuisine orientale. Déjà, il était possible de remarquer mon goût pour cette culture à travers mes habits, mais cela se répercutait aussi sur les mets que je faisais.

Malgré les deux choix que je lui laissais, je préférais lui donner un dernier de secours, dans le cas où le poisson ne serait à son goût. De plus, ce serait quelque chose de plus original, une petite recette secrète très appréciée des gourmets.

« Sinon, pour quelque chose de plus unique, je peux vous concocter un plat inspiré des tomates farcies, en prenant des composants froids pour coller à votre goût. »
Humain à don

Description
Avatar: Nagisa Shiota - Assassination Classroom
Pouvoir/Hybridité:
Âge: 22 ans
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 42
Date d'inscription : 02/04/2017
Age : 20


 Une rencontre avec un bon repas. (Ft Lukifeira Aurora)

 :: Ville :: L'Avenue Commerçante
détails
Une rencontre avec un bon repas
sous-titre
ft. Lukifeira Aurora
Ʃkaemp はは ™

En temps normal, lancé un défi d'une telle manière à un autre adulte ne lui aurait guère traversé l'esprit. Mais ce soir, le jeune instit se sentait d'humeur pire que glaciale : il était massacrant. Si il masquait un minimum son humeur de chien par un ton placide, il ne se serait sans doute pas gêné pour être plus cassant si le cuistot ne se montrait pas si poli. En faite, c'était même cette politesse qu'il trouvait... presque exagéré.

Ces manières suaves, cette façon d'amadouer le client en le brossant discrètement dans le sens du poil sans pourtant exagéré ne correspondait définitivement pas à un simple cuisinier avec une petite carriole. Non, Fenrir aurait très bien imaginé cette Ombre comme serveur ou cuisinier dans un restaurant quatre étoiles comme celui qui bordait la forêt. En faite, ce qui gênait vraiment l'assassin, c'était juste que cette homme faisait trop propre.

Il écouta avec politesse la proposition poissonnière de l'homme, plus concentré sur l'anomalie qu'était cette homme ici que sur ce qui allait peut être remplir son estomac. Des pâtes... Une salade avec du poisson... Bof, ce n'était guère surprenant. Fenrir avait déjà fait des myriades de salades différentes depuis que son don avait du le forcer à changer de régime.

Cependant, sans même lui laisser le temps de réagir à une première proposition, le brun enchaina sur une seconde. Toujours basé sur du poisson, il lui proposa une autre forme plus alléchante il fallait l'avouer. Les sushis.... ça lui ramenait loin en arrière ça.
La première fois qu'il en avait déguster, c'était du fait maison par son "père". Ce jour là, il lui avait prit qu'il était essentiel de savoir toujours se nourrir soi même avec ce qu'il pouvait trouver : ça évitait les empoissonnement extérieur ou les risques de perte de force lié à une mauvaise nutrition. Bon, faut l'avouer, à l'époque Fenrir était surtout fasciné par les gestes habiles de son tueur de "père" que par ses paroles dont le sens lui échappait souvent, vois tout le temps.

Il ouvrit alors la bouche pour acquiescer, souhaitant revivre une vieille période disparu, quand le cuisinier lui coupa le sifflet très vite. Bon, ok, il voulait se montrer pro en lui laissant un choix large mais... il pouvait pas se montrer un peu plus calme ? Genre en le laissant réfléchir au lieu de l'asséner de proposition sans temps morts ?
Ouais, pour s'agacer avec si peu, Fenrir n'était pas dans son état le plus sain...

- Je vois... Vous êtes pas du genre à vous laissez abattre pour une simple problème de gout. Soit, je vais voir ce que valent vos sushis : ça me rappellera le bon temps !

Il savait qu'il s'était montré vaguement cassant -et qu'il le regretterait sans doute après- mais bon, pas la bonne journée au bout du compte. Il regarda autour de lui, s'apercevant qu'à part la carriole du cuistot il n'aurait pas grand chose où poser ses fesses. Il soupira vaguement avant de fixer un point vide à côté de la carriole. Lentement, de l'eau brilla et un vent froid entoura la zone. Se groupant en une masse vague, le liquide commença doucement à cristalliser sous le froid intense.
Imprimant bien la forme mentale, Fenrir laissa son don créer ce qu'il avait besoin. Dans une grande inspiration, il admira le résultat : une chaise très semblable à celle de l'école et une table ronde semblait être sorti de nulle part. Tout deux fait de glace pur, aucun détail n'avait été oublié à tel point qu'on aurait pu les croire tailler directement dans un bloc.

Il posa ses fesses sur la chaise, soupirant d'aise au contact froid de cette dernière, avant de lâcher son sac scolaire à ses pieds. Jetant un coup d’œil, il lui adressa un simple coucou de la main.

- Vous vous appelez comment au faite ?

Hors-sujet.

 
Une rencontre avec un bon repas. (Ft Lukifeira Aurora)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Veux-tu jouer à chat avec moi ? [Pv. Aurora Azulis]
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela
» perdu avec sa veste [PUBLIC]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ariesten :: Ville :: L'Avenue Commerçante-
Sauter vers: